Flash de studio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un flash de studio est un flash électronique de forte puissance. Il est composé d'un générateur et d'une torche souvent montée sur pied. Un générateur peut généralement alimenter plusieurs torches et plusieurs générateurs peuvent être synchronisés pour construire des éclairages sophistiqués.

Energie d'éclair[modifier | modifier le code]

L'energie d'éclair d'un flash s'exprime en joules.

1J = 1W.s (1 watt pendant 1 seconde)

Les flashes d'entrée de gamme (150-200 J) n'ont pas suffisamment d'energie pour certaines applications mais peuvent suffire pour éclairer un portrait ou une petite nature morte. À l'inverse, les générateurs de grande energie (1 000 J et plus) peuvent être réglés pour délivrer un éclair de faible energie.

Synchronisation[modifier | modifier le code]

Pour déclencher le flash lors de la prise de vue, il existe plusieurs solutions de synchronisation.

Le câble synchro[modifier | modifier le code]

Prise synchro : PC

L'utilisation d'un câble synchro impose que l'appareil soit pourvu d'une prise synchro. La plus connue des prises synchro est la prise « PC » qui se trouvait autrefois sur tous les appareils photo reflex et le matériel professionnel. On la retrouve aujourd’hui sur le matériel numérique professionnel, par exemple sur les Nikon D200 ou D300. Le câble synchro comprend généralement une fiche différente à chaque extrémité : une fiche PC pour connecter l’appareil photo et une fiche jack pour le générateur du flash.

Le câble synchro est une solution simple et standard qui fonctionne avec tous les flashes. Cela permet aussi de déclencher des flashes masqués par des éléments de décor. Le principal inconvénient réside dans la présence même d'un câble jusqu’au flash ; cette solution peut être gênante si l’on déplace souvent les sources d’éclairage ou si l’on se prend les pieds dans le fil.

Signal sans fil[modifier | modifier le code]

Griffe flash

Certaines marques de flash proposent en option un émetteur infrarouge qui se connecte sur le sabot flash de l’appareil photo. Les flashes qui ont un récepteur infrarouge se déclenchent lors de la réception du signal. Le plus souvent l’émetteur et les flashes doivent être de la même marque pour être compatibles.

On trouve également des émetteurs/récepteurs radio, fonctionnant selon le même principe. Un module émetteur est placé sur le sabot de l'appareil photo et un module récepteur déclenche le flash au signal de l'émetteur. La portée d'un tel système est plus grande (quelques dizaines de mètres).

La plupart des flashes de studio proposent un déclenchement par cellule photoélectrique. Dès que le premier flash émet un éclair, les autres flashes se déclenchent instantanément. De ce fait, un flash intégré à l'appareil peut également être utilisé pour déclencher les autres flashes, celui-ci doit être réglé suffisamment faible pour ne pas interférer avec les effets réglés, et suffisamment fort pour déclencher les flashes.

Lampe pilote[modifier | modifier le code]

Les vrais flashes de studio disposent d'une « lampe pilote », cette lampe sert à donner un aperçu de la lumière que va produire le flash. Selon le flash, la puissance de la lampe pilote, généralement une ampoule halogène, peut varier de 60 à 650 watts.

Sur certains modèles, la lampe est dite proportionnelle, son intensité lumineuse varie en fonction du réglage de la puissance du flash. Cette fonctionnalité trouve tout son intérêt lorsque l'on utilise plusieurs flashes. Elle sert également d'assistant AF, la lumière produite permet un meilleur fonctionnement de l'Autofocus.

Les lampes pilotes produisent de la chaleur. Pour une utilisation prolongée, il faut utiliser des flashes ventilés.

Réflecteurs et diffuseurs[modifier | modifier le code]

Sur un flash de studio, on peut monter plusieurs types d'accessoires :

Les bols réflecteurs[modifier | modifier le code]

Il en existe de toutes sortes, de diamètre différents, avec des capacités de réflexion différentes.

Les parapluies[modifier | modifier le code]

Les parapluies permettent de diffuser la source de lumière, il en existe de plusieurs tailles.

On trouve plusieurs surfaces réfléchissantes ; blanc, argent ou or, et des versions translucides utilisées comme diffuseurs.

Les avantages principaux des parapluies sont la rapidité de montage/démontage et la facilité de transport et de rangement pour un rendu comparable à une boîte à lumière.

Les boîtes à lumière ou Lightbox[modifier | modifier le code]

Il existe trois types de Lightbox : carrée, rectangulaire et octogonale. Chacune d’elles a une utilité différente. Les carrées sont plus indiquées pour les portraits et natures mortes. Les boîtes rectangulaires sont utiles par exemple pour avoir une source de lumière constante de la tête aux pieds d’une personne. Les octogonales reproduisent l'effet des parapluies.

Le principal avantage des boîtes à lumière, c’est qu'elles permettent d’obtenir des ombres très douces voir inexistantes. Une boîte à lumière peut accueillir de nombreux accessoires tels que des nids d’abeille ou des masques.

Snoot[modifier | modifier le code]

Un snoot, terme anglais qui signifie « nez », est une sorte de cône qui concentre le flux de lumière pour éclairer un point bien précis.

Autres éclairages de studio[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Projecteur (spectacle).

Il existe d'autres types d'éclairages que les flashes pour le studio. Ces solutions sont nommées « éclairage continu » et sont similaires à l'éclairage utilisé en cinéma ou vidéo. L'éclairage continu permet une meilleure visualisation de la lumière, son principal inconvénient est la chaleur dégagée cependant l'éclairage en continu peut être aussi utilisé pour les photographies de studio.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Calvey Taylor-Haw, Éclairage de studio, La Compagnie du Livre, 2007 (ISBN 978-2912679680)
  • Fil Hunter, Steven Biver et Paul Fuqua, Manuel d'éclairage photo, VM, 2009 (ISBN 978-2212673128)