Flambé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Iphiclides podalirius

Le Flambé, Iphiclides podalirius, est un papillon de la famille des Papilionidae, de la sous-famille des Papilioninae et du genre Iphiclides. C'est l’espèce type pour le genre.

Son nom provient de la coloration des ailes par des bandes noires.

Description[modifier | modifier le code]

Le flambé est un grand papillon de forme vaguement triangulaire possédant une queue, d'une envergure de 50 à 70 mm (le mâle est plus petit que la femelle) et reconnaissable à ses grands vols planés. Sur un fond blanc à jaune pâle, l'aile antérieure présente six rayures noires disposées en éventail et l'aile postérieure une bordure noire et des lunules marginales bleues ainsi qu'un ocelle anal bleu cerné de noir et surmonté d'un arc orange.

Chenille et chrysalide[modifier | modifier le code]

Le Flambé pond ses œufs d'avril à août. La larve, noire devient verte après la seconde mue. Puis après huit semaines, elle se transforme en chrysalide sur sa plante hôte.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Biologie[modifier | modifier le code]

Période de vol et hivernation[modifier | modifier le code]

Le flambé hiverne à l’état de chrysalide.

Il vole de fin mars à septembre.

Il a une, deux, ou trois générations par an.

Il est migrateur dans la partie nord de son aire.

Plantes hôtes[modifier | modifier le code]

Les plantes hôtes de sa chenille sont le prunellier, les cerisiers dont le cerisier à grappes, les aubépines et aussi les pêchers et les amandiers.

Écologie et distribution[modifier | modifier le code]

Iphiclides podalirius est présent en Eurasie, dans toute l'Asie tempérée et dans toute l'Europe sauf au nord en Scandinavie, en Angleterre et en Irlande. Il est résident et migrateur en Belgique, migrateur en Hollande, dans le nord de l'Allemagne et de la Pologne et dans les États baltes[1].

Il est présent dans presque tous les départements de la France métropolitaine à l'exception du Finistère du Nord et du Pas-de-Calais [2].

Il est présent en Suisse[3] et localisé dans le sud de la Belgique [4]où il est considéré comme vulnérable (semble se raréfier en 2011).

Biotope[modifier | modifier le code]

Des lieux fleuris divers lui conviennent : jardins, vergers, bois clairs, collines, montagnes et ce jusqu'à deux mille mètres.

Systématique[modifier | modifier le code]

L'espèce Iphiclides podalirius a été décrite par le naturaliste suédois Carl von Linné en 1758, sous le nom initial de Papilio podalirius.

Synonymes[modifier | modifier le code]

  • Papilio podalirius Linné, 1758 Protonyme;
  • Iphiclides podalirius podalirius Linnaeus, 1758 (CD_NOM = 54477) ;
  • Iphiclides podalirius (Scopoli, 1763) (CD_NOM = 163498) ;

Noms vernaculaires[modifier | modifier le code]

Le Flambé se nomme Segelfalter en allemand, Scarce Swallowtail en anglais et Podalirio en italien.

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Liste des sous-espèces
  • Iphiclides podalirius podalirius présent dans le centre et le sud de l'Europe.
  • Iphiclides podalirius feisthamelii considéré par certains comme une espèce à part entière, le Voilier blanc
  • Iphiclides podalirius persica Verity, 1911
  • Iphiclides podalirius virgatus (Butler, 1865)[5].

Génétique et évolution de l'espèce[modifier | modifier le code]

Le Flambé était présent dans toute la France métropolitaine depuis le paléolithique[6].

Le Flambé et l'Homme[modifier | modifier le code]

Protection[modifier | modifier le code]

Il n'a pas de statut de protection général mais il est protégé dans plusieurs pays d'Europe, République tchèque, Slovaquie, Hongrie, Luxembourg, Pologne et dans certaines régions d'Autriche (Carinthie, Basse-Autriche Haute-Autriche, Salzbourg, Styrie, Tyrol, Vorarlberg, Vienne), d'Allemagne Bade-Wurtemberg, Bavière, Brandenbourg, Saxe-Anhalt et en France dans la région Île-de-France[7].

= Philatélie[modifier | modifier le code]

Le Flambé a illustré des timbres en Allemagne en Hongrie et en Union Soviétique.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. M. Chinery et P. Leraut, Photoguide des papillons d'Europe, Delachaux et Niestlé, ISBN 2-603-01114-6
  2. carte sur lepinet
  3. le serveur cartographique Centre suisse de cartographie de la faune
  4. Stéphane Claerebout Clé de détermination des papillons de jour de Belgique, Cercles des naturalistes de Belgique ASBL, 2010, Editeur responsable: Léon Woué, D/2010/3152/224b ISSN 0773-9419
  5. funet
  6. INPN archeologie
  7. INPN protection
Dessin de Jacob Hübner (1800)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Liens taxonomiques[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • M. Chinery et P. Leraut, Photoguide des papillons d'Europe, Delachaux et Niestlé, ISBN 2-603-01114-6.
  • Tom Tolman et Richard Lewington, Guide des papillons d'Europe et d'Afrique du Nord, Paris, Delachaux et Niestlé,‎ 1999, 2009 (ISBN 978-2-603-01649-7)