Flûte à coulisse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Flûte à coulisse
Image illustrative de l'article Flûte à coulisse
Exemple de flûte à coulisse.

Classification Instrument à vent
Famille Idiophones

La flûte à coulisse (en anglais slide whistle, « sifflet à coulisse ») ou jazzo-flute est un instrument à vent composé d'un simple cylindre dont l'extrémité supérieure constitue le bec. L'extrémité inférieure est fermée par un piston actionné avec la main de l'exécutant.

Présentation[modifier | modifier le code]

La flûte à coulisse n'a pas de clefs, à la différence de tous les instruments de la famille des flûtes. Il n'y a donc pas de doigté pour cet instrument : la hauteur du son est déterminée par la position du piston dans le corps de la flûte.

La principale caractéristique de la flûte à coulisse est son glissando, souvent employé pour un effet humoristique. Dès les premières années de production de dessins animés des studios Disney, il faisait partie d'un vaste ensemble d'instruments « insolites », au même titre que les appeaux, le flexatone ou la sirène « sans compter toutes les inventions maison[1] ».

Instrument utilisé dans les écoles primaires pour éveiller l'attention des enfants pour la musique, la flûte à coulisse n'en est pas moins considérée par le compositeur microtonal Ivan Wyschnegradsky comme un élément intéressant « parmi les instruments artificiellement créés dans les derniers temps, tels la scie musicale » et les instruments électroniques[2].

Tessiture[modifier | modifier le code]

L'étendue de la flûte à coulisse dépend de plusieurs paramètres, le principal étant la longueur du tube, qui dépend de chaque fabricant.

Dans son Handbook of instrumentation, Andrew Stiller donne la tessiture suivante pour la flûte à coulisse, en précisant les nuances que l'on peut espérer atteindre, vers plus de douceur ou plus de force, en fonction du registre de l'instrument[3] :

Tessiture de la flûte à coulisse.

Emploi dans l'orchestre[modifier | modifier le code]

Opéra[modifier | modifier le code]

Musique symphonique[modifier | modifier le code]

Oratorios[modifier | modifier le code]

  • Passaggio de Luciano Berio, pour soprano, chœurs et orchestre (1963) qui emploie cinq flûtes à coulisse,
  • plusieurs partitions de P. D. Q. Bach (Peter Schickele) dont The seasonings (« Les assaisonnements », parodie des Saisons de Haydn) où trois flûtes à coulisses de différentes dimensions sont employées simultanément.

Musique pour ensembles[modifier | modifier le code]

Emploi dans la musique populaire[modifier | modifier le code]

Le groupe de musique festive québécois Marco et les Torvis emploie la flûte à coulisse parmi ses instruments d'ensemble.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Andrew Stiller, Handbook of instrumentation, Paris, Kallisti Music Press,‎ 1994 (ISBN 978-0-964-54310-2),
  • Pierre Michel, György Ligeti, Paris, Minerve, coll. « Musique ouverte »,‎ 1995,
  • Ivan Wyschnegradsky, Une philosophie dialectique de l'art musical : La loi de la pansonorité, Paris, Éditions l'Harmattan,‎ 1936, réed. 2005 (ISBN 978-2-747-58578-1)
  • Michel Bosc, L'art musical de Walt Disney : L'animation de 1928 à 1966, Paris, Éditions l'Harmattan,‎ 2013 (ISBN 978-2-343-00864-6)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Bosc, p. 28.
  2. Ivan Wyschnegradsky, p. 80.
  3. Andrew Stiller, p. 252.
  4. Pierre Michel, p. 138.