Fistuline hépatique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Fistulina hepatica, de son nom français Fistuline hépatique, et de ses noms vernaculaires foie de bœuf ou, plus souvent, langue de bœuf est un champignon basidiomycète de la famille des Schizophyllaceae et autrefois de la famille des Fistulinaceae dont elle était quasiment la seule espèce.

Elle pousse en consoles, essentiellement sur chênes et châtaigniers dont elle est un parasite de blessure ; présente aussi sur certains peupliers (Populus nigra L.).

C'est l'une des quelques espèces de champignons recherchés en 2014 dans le cadre du programme français de science participative dit Observatoire de la biodiversité des forêts (OBF) par le Muséum et l'INPN[1]


Description[modifier | modifier le code]

Fistuline hépatique ou langue de bœuf
  • Chapeau 10 à 25 cm, épais de 2 à 6 cm, globuleux puis allongé comme une langue ou bien en demi-cercle, brun rouge, brillant et visqueux par temps humide et couvert d'aspérités évoquant des papilles. Le chapeau excrète parfois des perles de liquide rouge semblables à du sang.
  • Tubes de 0.5 à 5 cm, fins, s'ouvrant par des pores de couleur crême, brunissant à la meurtrissure. Sporée ocre.
  • Pied parfois quasi-inexistant ou bien mesurant 3 à 4 cm, concolore au chapeau.
  • Chair épaisse, dense, tendre et étonnamment ferme quand elle n'est pas trop gorgée d'eau, elle évoque clairement la viande. Rouge carnée, parcourue de veines blanchâtres, elle est souvent comparée à la chair sanguinolente du foie de bœuf mais plus proche encore en couleur et en consistance de celle du thon rouge ; odeur faible et saveur acidulée.

Écologie[modifier | modifier le code]

Commune sans être très fréquente, la fistuline pousse surtout à l'automne mais peut se voir pratiquement toute l'année dans les régions tempérées, au niveau des blessures ou des cavités des chênes ou des châtaigniers, dans la portion basse du tronc (jamais plus d'1m de hauteur). Elle provoque une pourriture brune chez son hôte, mais considérée comme noble en ébénisterie car elle ne corrompt pas le bois.

En effet, Fistulina hepatica colonise principalement le duramen car il apprécie tout particulièrement les tanins. Il ne touche quasiment pas à la structure du bois au début, mais charge les cellules parenchymateuses avec des composés phénoliques résultants de la dégradation des tanins. La couleur du bois devient brun-rouge, sans que la solidité ne soit remise en cause (dans un premier temps... et pour longtemps). Ce « chêne brun » est recherché en ébénisterie.

Comestibilité[modifier | modifier le code]

Pas trop vieille, la fistuline hépatique est considérée comme un bon comestible, bien que son goût et sa texture insolites puissent ne pas plaire à tous. On peut effectivement la cuisiner comme une tranche de foie : son aspect et sa consistance la rapprochent sensiblement de la viande (ainsi que sa chair rose qui brunit à la cuisson), et certains l'aiment en « steaks ». Ce champignon fait aussi partie des rares espèces comestibles crues : on peut donc aussi en agrémenter une salade, ou même en faire des sushis et sashimis.

Espèces proches et confusions possibles[modifier | modifier le code]

Quasi-seule de son genre et même de sa famille avec Fistulina antartica (introuvable en France) et quelques variétés rares, elle possède peu de parents proches, n'étant ni une polyporacée ni une boletacée. En outre sa forme de langue rougeâtre (avec même des papilles) et la texture de sa chair ne prêtent guère à confusion.


Fistulina hepatica plus âgée.



Notes et références[modifier | modifier le code]

Références taxonomiques : Référence Index Fungorum : Fistulina hepatica (en) (+ MycoBank)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]