Fiscus judaicus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie À ne pas confondre avec l'allégation antisémite de « taxe juive » sur les produits cachères
Médaille de l'époque de Nerva : Fisci iudaici calumnia sublata (« Abolition des poursuites intentées au sujet de l'impôt sur les Juifs »)

Le fiscus judaicus (latin : fiscvs jvdaicvs fiscous ioudaïcous, hébreu : המס היהודי HaMas HaYehoudi, « [l']impôt juif »), est une taxe annuelle prélevée sur les Juifs dans l'Empire romain à partir de l'année 70 AD.
Il s'agit d'une mesure discriminatoire, visant à punir les sentiments nationaux et religieux des Juifs pour s'être opposés à Rome lors de la Grande révolte[1].

Histoire du fiscus judaicus[modifier | modifier le code]

Imposition des Juifs par Vespasien[modifier | modifier le code]

Le fiscus judaicus est instauré par Vespasien à l'issue de la première guerre judéo-romaine, en 70 AD, comme mesure de rétorsion envers les vaincus.

Cette institution est techniquement calquée sur celle du mahatsit hasheqel, l'impôt annuel d'un demi-sheqel prescrit par la Torah pour l'entretien du sanctuaire[2]. Au vu de la centralité du Temple de Jérusalem pour l'ensemble des Juifs, il était versé par ceux de la terre d'Israël comme ceux de la diaspora. Après la destruction du Temple par les Romains, le mahatsit hasheqel aurait dû disparaître[3]. Cependant, Vespasien ordonne qu'un impôt soit prélevé sur les Juifs, et eux seuls, pour l'entretien et l'embellissement du temple de Jupiter capitolin à Rome. Des sources rabbiniques suggéreront que ce fiscus (panier d'osier et, par extension, d'argent, désignant le trésor impérial[4]) était un châtiment divin pour les Juifs qui avaient négligé le devoir du mahatsit hasheqel à l'époque du Temple[5].

À l'époque romaine, la monnaie grecque est la plus usitée en Palestine ; l'impôt porte alors le nom de "δίδραχμον" (didrachmon, les deux drachmes) : c'est ainsi qu'il est signalé par les textes grecs, chez Dion Cassius ou dans le Nouveau-Testament. Le montant du fiscus est fixé à deux drachmes[6] (équivalant à huit sesterces[7]). Un fonctionnaire est nommé procurator ad Capitularia Judaeorum et chargé d'établir la liste des Juifs assujettissables à l'impôt[8]. Contrairement à la taxe payée pour le Temple de Jérusalem, qui ne concernait que les hommes âgés de 20 à 50 ans, le fiscus judaicus est imposé à tous les Juifs, hommes ou femmes, jeunes ou vieux[9] jusqu'à l'âge de 62 ans.

Cet impôt assure non seulement un revenu non négligeable à l'empire mais est aussi une humiliation collective pour les Juifs et une entrave à leur prosélytisme[7] : en effet, seul celui qui a abandonné le judaïsme en est exempté. L'idée également que l'impôt dû à Dieu aille à une divinité polythéiste, Jupiter Capitolin, est également pour les Juifs la plus forte humiliation.

Fiscus Judaicus ou didrachmon ?[modifier | modifier le code]

Comme l'a souligné Mireille Hadas-Lebel en 1990 dans sa thèse d'État[10], le terme latin de "Fiscus" désigne non pas un impôt, mais un trésor. Pour preuve, l'un des fameux trésors de l'Empire se nommait le Fiscus, ce qui a donné le mot actuel du "fisc". Il semblerait alors que l'impôt ait gardé le nom de didrachmon, mais que Vespasien ait constitué une caisse spéciale, le Fiscus Judaicus, destiné à le recevoir.

Cet avis a été repris par Jérôme France [11] en 2007.

Le fiscus sous Domitien[modifier | modifier le code]

Domitien, fils de Vespasien et successeur de Titus, son frère aîné, fait appliquer l'impôt avec une rigueur extrême : il le généralise à tous ceux qui se conduisent more judaico (« à la façon des Juifs »), sans faire la différence entre de nombreuses pratiques juives et philosophiques[12], fait mener par le procurateur et ses agents des enquêtes généalogiques pour débusquer des « crypto-Juifs » et ne respecte pas la limite d'âge des 62 ans (Suétone se souvient avoir vu un homme de 90 ans dévêtu pour vérifier s'il n'était pas circoncis)[13]. Le satiriste Martial fait allusion à des Juifs qui tentent de cacher le signe visible de leur religion[14].

Cette politique encourage un climat de délation et de chantage à Rome et dans l'ensemble de l'Italie, car l'accusation de judaïser est facile à porter et difficile à infirmer. De nombreuses victimes préfèrent s'arranger hors tribunal avec leurs adversaires, à des conditions souvent fort désavantageuses, encourageant par là-même les maîtres-chanteurs à poursuivre leurs pratiques[12].

Devenir du fiscus[modifier | modifier le code]

Nerva, qui succède à Domitien, fait abolir cette campagne vexatoire, ce qui figure sur l'une des pièces de monnaie frappées lors de son règne (« Fisci iudaici calumnia sublata » - « Abolition des poursuites intentées au sujet de l'impôt sur les Juifs »). Cependant, l'impôt continue à être prélevé. Il est possible que Nerva l'ait restreint à ceux qui pratiquaient le judaïsme ouvertement, ce qui aurait alors marqué une étape dans la séparation des Juifs et des premiers chrétiens[15].

La date de l'annulation du fiscus judaicus n'est pas connue avec exactitude et se situe au IIIe siècle[7]. Certains attribuent cette initiative à l'empereur Julien[16].

Mireille Hadas-Lebel interprète différemment la monnaie frappée par Nerva en 96, en regardant les écrits de certains auteurs. Appien[17], en effet, dit qu'en Palestine, la capitation est plus importante que dans les pays voisins à cause des nombreuses révoltes de cette province. Origène, au IIIe siècle, écrit : «  Maintenant que les Juifs paient le didrachmon...»[18]. Selon Mireille Hadas-Lebel[19], Nerva aurait donc absorbé le fiscus judaicus dans l'habituelle capitation. Par là, il aurait mis fin à la différenciation entre Juifs et non-Juifs, et donc aussi aux poursuites occasionnées par cet impôt particulier, sans pour autant amoindrir les revenus de l'État.

Un équivalent du fiscus judaicus fut réinstauré en Allemagne au XIVe siècle, sous le nom d’Opferpfennig[20], par les empereurs du Saint-Empire.

Influence du fiscus judaicus sur les relations entre Juifs et chrétiens[modifier | modifier le code]

Les premiers chrétiens payèrent eux aussi cet impôt, puisque les Romains, au début, considéraient le christianisme comme une secte juive[21]. Il y eut quelque répit durant le court règne de Nerva. En 96, Nerva limita cet impôt à ceux qui pratiquaient ouvertement le judaïsme, ce qui en excluait les chrétiens et les judéo-chrétiens, du moins en principe[22]. Toutefois, le christianisme n'obtint le statut de religion à part entière que lors de l'édit de Milan.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Geoffrey Wigoder (dir.), Dictionnaire encyclopédique du judaïsme, Cerf-Laffont, coll. « Bouquins », 1996, p. 1225.
  2. Exode 30: 13 ; cf. Mishna Shekalim 1:1
  3. Cf. Mishna Shekalim 8:8
  4. Dictionnaire Gaffiot, s.v. fiscus.
  5. Mekhilta sur Yitro, XII. ; T.B. Ketoubot 66b
  6. Flavius Josèphe, Guerre des Juifs VII. 6, § 6 ; Dion Cassius, LXVI. 7
  7. a, b et c Jona Lendering, Fiscus Judaicus sur Livius.org
  8. «CIL» VI., N° 8604
  9. Peter Schäfer, Judeophobia : Attitudes toward the Jews in the Ancient World, Harvard University Press, 1998 (ISBN 0-674-48778-8), pp. 113-114.
  10. Mireille Hadas-Lebel, Jérusalem contre Rome, Cerf, Paris, 1990, pp. 229-238.
  11. FRANCE Jérôme, « Les catégories du vocabulaire de la fiscalité dans le monde romain », dans V. Chankowki et J. Andreau, Vocabulaire et expression de l'économie dans le monde antique, Ausonius, Bordeaux, 2007, pp. 333-368.
  12. a et b Max Rodin, The Jews among the Greeks and Romans, p. 333, Jewish Publication Society of America, Philadelphia, 1915
  13. Suétone, Domitien, § 12
  14. Martial, Épigrammes [détail des éditions] [lire en ligne], VII, 82 et VII, 35.
  15. Wylen, Stephen M., The Jews in the Time of Jesus : An Introduction, Paulist Press (1995), (ISBN 0809136104), Pp. 190-192 ; Dunn, James D.G., Jews and Christians : The Parting of the Ways, A.D. 70 to 135, Wm. B. Eerdmans Publishing (1999), (ISBN 0802844987), Pp. 33-34.; Boatwright, Mary Taliaferro & Gargola, Daniel J. & Talbert, Richard John Alexander, The Romans : From Village to Empire, Oxford University Press (2004), (ISBN 0195118758), p. 426.
  16. Paul Halsall, Jewish History Sourcebook : Julian and the Jews, 361-363 CE, 1998, consulté le 29 mars 2010
  17. Appien, Le Livre Syriaque, 50.
  18. Origène, Epistula Ad Africanum, 14.
  19. Mireille Hadas-Lebel, Jérusalem contre Rome, Cerf, 1990, p. 233.
  20. « Opferpfennig », article de la Jewish Encyclopedia.
  21. Selon Maurice Sartre, la superstitio judaica, pour les Romains, désignait aussi bien les juifs que les chrétiens. L'Orient romain, éd. du Seuil, 1991.
  22. Wylen, Stephen M., The Jews in the Time of Jesus: An Introduction, Paulist Press (1995), ISBN 0809136104, Pp 190-192 ; Dunn, James D.G., Jews and Christians : The Parting of the Ways, A.D. 70 to 135, Wm. B. Eerdmans Publishing (1999), ISBN 0802844987, Pp 33-34.; Boatwright, Mary Taliaferro & Gargola, Daniel J & Talbert, Richard John Alexander, The Romans: From Village to Empire, Oxford University Press (2004), ISBN 0195118758, p. 426.;

Source[modifier | modifier le code]

Cet article comprend du texte provenant de la Jewish Encyclopedia de 1901–1906, article « Fiscus Judaicus » par Richard Gottheil & Samuel Krauss, une publication tombée dans le domaine public.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis H. Feldman, Jew and Gentile in the Ancient World: Attitudes and Interactions from Alexander to Justinian, Princeton University Press, 1993, ISBN 0-691-07416-X
  • Heinrich Graetz, Histoire des Juifs, troisième période
  • Solomon Grayzel, The Jews and Roman Law, Jewish Quarterly Review, 1968, 95
  • Peter Schäfer, Judeophobia : Attitudes toward the Jews in the Ancient World, Harvard University Press, 1998, ISBN 0-674-48778-8
  • Menachem Stern, Fiscus Judaicus, Encyclopedia Judaica (CD-ROM Edition Version 1.0). Ed. Cecil Roth, Keter Publishing House, 1997, ISBN 965-07-0665-8
  • Marius Heemstra, The Fiscus Judaicus and the Parting of the Ways, Tübingen: Mohr Siebeck, 2010
  • Mireille Hadas-Lebel, Jérusalem contre Rome, Cerf, Paris, 1990, pp. 229-238.
  • Jérôme France, « Les catégories du vocabulaire de la fiscalité dans le monde romain », dans V. Chankowki et J. Andreau, Vocabulaire et expression de l'économie dans le monde antique, Ausonius, Bordeaux, 2007, pp. 333-368.
  • James D.G. Dunn, Jews and Christians: The Parting of the Ways, A.D. 70 to 135, Eerdmans Publishing, Cambridge, 1999.
  • Michaël Girardin, La représentation de la fiscalité de Judée entre 6 et 135 d'après les écrits paléochrétiens, mémoire de maîtrise dactylographié, 2011.