Fira

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir FIRA – Association européenne de rugby et FIRA.
Firá
(el) Φηρά
Image illustrative de l'article Fira
Administration
Pays Drapeau de la Grèce Grèce
Périphérie Égée-Méridionale
District régional Cyclades
Démographie
Population 2 348 hab. (2010)
Géographie
Coordonnées 36° 25′ 12″ N 25° 25′ 54″ E / 36.42, 25.431667 ()36° 25′ 12″ Nord 25° 25′ 54″ Est / 36.42, 25.431667 ()  
Altitude 206 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Grèce

Voir la carte administrative de Grèce
City locator 14.svg
Firá

Géolocalisation sur la carte : Grèce

Voir la carte topographique de Grèce
City locator 14.svg
Firá

Firá (en grec Τα Φηρά), aussi appelée Thíra/Théra (Θήρα) ou Chora, est la ville principale de l'archipel de Santorin dans les Cyclades, en mer Égée, en Grèce. Elle se situe sur l'île principale, au bord de la falaise surplombant la caldera.

Administrativement elle constitue le chef-lieu de la municipalité de Théra qui comprend les îles de Santorin et Thérassia et quelques îlots.

Construite vers le XVIIIe siècle, elle est devenue la capitale de l'île à partir du début du XIXe siècle.

Elle est reliée à son port, Ormos Firon (Baie-de-Fira), par des escaliers et un funiculaire.

Elle est le siège d'un évêché orthodoxe : la Métropole de Théra, Amorgos et des îles.

La population de la commune est de 2 348 habitants selon le dernier recensement de 2010.

Histoire[modifier | modifier le code]

Vue de Fira depuis la mer.
Les marches du port

La ville de Fira commence à se peupler pendant la seconde moitié du XVIIIe siècle, lorsque les nobles vénitiens et la communauté catholique abandonnèrent le château médiéval de Skaros (Imerovigli), ancienne capitale de l'île, après sa destruction par un ou plusieurs tremblement de terre.

En 1835[1], Fira devient la capitale de l'île, succédant à la ville de Pyrgos Kallistis qui avait succédé un peu plus tôt à Imerovigli.

Après le tremblement de terre de 1956 une partie de la ville a été détruite (une petite partie des édifices du XVIIIe siècle ont été sauvés).

Quartiers[modifier | modifier le code]

Firostefani[modifier | modifier le code]

Firostefani est un village ancien au nord de Fira qui a fusionné avec ce dernier, devenant un de ses quartiers. Le nom de Firostefani signifie couronne. Le quartier compte de nombreuses maisons traditionnelles, des chemins étroits, une vue sur la caldeira et le volcan Néa Kaméni

Kontochori[modifier | modifier le code]

Kontochori est situé à 15 minutes à pied de la place principale, au nord en direction de Oia. Kontochori compte en été un cinéma en plein aire.

Ormos[modifier | modifier le code]

Le vieux port de Santorini est au pied des falaises de la caldeira à Fira. Le petit port compte des restaurants, des tavernes et quelques échoppes. Pour rejoindre le vieux port, il faut descendre les 600 marches en pierre, grimper sur une mule ou prendre le téléphérique. Un nombre important de navires de croisière accostent à Ormos, les passagers étant transportés par bateau jusqu'au rivage. Le vieux port est aussi le départ des excursions marines en caïques ou autres embarcations à destination de Néa Kaméni, Thérassia ou Oia.

Économie[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Fira est une destination touristique très populaire avec un grand nombre important de touristes tout au long de la journée. Pendant la saison estivale, les petites rues étroites de la ville sont bondées avec tout type de magasins, bijouteries, restaurants, cafés, bars et discothèques.

Culture[modifier | modifier le code]

Fira compte deux principaux musées. Le Musée archéologique de Théra (en), situé à proximité de l'entrée du téléphérique, a été construit en 1960 par le Ministre des infrastructures, des transports et des réseaux (en), afin de remplacer l'ancien musée construit en 1902 et détruit à l'époque du séisme de 1956. Le musée présente des expositions de la cité antique de Théra qui comprend des sculptures et des inscriptions allant de l'époque archaïque à la période romaine. L'exposition compte aussi des vases et des figurines en argile datant de la période géométrique à la période hellenistique[2] .

Le Musée Préhistorique de Théra, près de la cathédrale orthodoxe, est construit sur le site de l'église Ypapanti détruite dans le tremblement de terre de 1956. Il expose les différents objets et fresques principalement découverts sur le site d'Akrotiri au sud de l'île et datant du XVIe siècle avant Jésus-Christ.

La ville compte aussi le Musée Lignos Folklore, fondé en 1974 par l'avocat et journaliste Emmanuel A. Lignos. La collection du musée, abritée dans une maison traditionnelle construite en 1681, renferme d'authentiques objets traditionnels de l'île de Santorin [3].

Fira compte aussi le Musée Megaro Gyzi et le Musée Santozeum mettant en scène les fresques d'Akrotiri.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Transports aériens[modifier | modifier le code]

L'aéroport de Santorin est situé à Monolithos, à environ 8 km de Fira.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]