Fir Bolg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour la créature fictive du jeu Donjons & Dragons, voir Firbolg (Donjons et dragons).

Les Fir Bolg (ou Fîr Bholg), dans la mythologie celtique irlandaise, sont un peuple de guerriers et d'artisans, dont le nom signifie « hommes-sacs[1] » ou, plus vraisemblablement, « hommes-foudre[2] ». Ils sont avant tout doués pour les arts du feu et de la forge.

Mythologie[modifier | modifier le code]

Selon le Lebor Gabála Érenn (Livre des Conquêtes d'Irlande) , ils sont les troisièmes envahisseurs de l'Irlande, après le peuple de Partholon et les Nemediens, qui avaient été chassés par les Fomoires. Ils sont arrivés en trois groupes : celui des Fir Bolgs qui viendrait de la Belgique, celui de Fir Domnain qui serait originaire de la Domnonée insulaire, et celui des Galiain, fondateur du royaume de Leinster. Ils sont les premiers à utiliser des pointes de lance en fer.

Selon l’ancienne tradition, c'est à eux que l'on devrait la division de l’Irlande en cinq royaumes : l'Ulster, Leinster, Munster, Connaught (celles-ci correspondant aux points cardinaux) et Meath.

L'introduction en Irlande de la royauté et de ses règles de gouvernement serait également le fruit de leur venue. En effet, le règne du roi Eochaid Mac Eirc est réputé pour être le premier à avoir appliqué la justice, et fait disparaître le mensonge. Il n’y a plus de pluie en Irlande, uniquement de la rosée. Son épouse est Tailtiu (la terre), fille de Mag Mor, et mère adoptive de Lug, elle est la personnification de l'île.

De nouveaux envahisseurs débarquent en Irlande, ce sont les Tuatha Dé Danann, les gens de la déesse Dana, une race de dieux. Une guerre sans merci va les opposer, le roi Nuada des Tuatha va perdre un bras ce qui va le disqualifier pour l'exercice de la souveraineté. Les Fir Bolg refusent une trêve, alors les druides du camp ennemi vont user de leur magie et dissimuler les sources et rivières. Le roi Eochaid perd la vie durant cette « Première Bataille de Mag Tuireadh » ainsi que 100 000 de ses sujets. Les Fir Bolg sont vaincus et doivent fuir pendant que les Tuatha Dé Danann prennent possession de l'Irlande.

Compléments[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le terme gaulois bulga, qui signifie « sac de cuir », est à l'origine du mot « budget ». L’équivalent en celtique insulaire est bolg, qui peut avoir 2 sens : « sac » ou « crevasse » (La « lance de Cuchulainn », la Gae bolga). Cf. Xavier Delamarre, Dictionnaire de la Langue gauloise, page 94, éditions Errance, Paris, 2003, (ISBN 2-87772-237-6).
  2. D'autres auteurs, dont Marcel Brasseur in Les Celtes, les guerriers oubliés, (1997, Rennes) donnent au terme bolg < bolga le sens de « Belges » mais cette thèse n'est pas étayée, voir Guyonvarc'h et Le Roux (Les Druides, page 391) et Kruta (Les Celtes, histoire et dictionnaire, page 622).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul-Marie Duval, Les Dieux de la Gaule, Paris, éditions Payot,‎ février 1993, 169 p. (ISBN 2-228-88621-1)
    Réédition augmentée d'un ouvrage paru initialement en 1957 aux PUF. Paul-Marie Duval distingue la mythologie gauloise celtique du syncrétisme dû à la civilisation gallo-romaine.
  • Albert Grenier, Les Gaulois, Paris, Petite bibliothèque Payot,‎ août 1994, 365 p. (ISBN 2-228-88838-9)
    Réédition augmentée d'un ouvrage paru initialement en 1970. Albert Grenier précise l’origine indo-européenne, décrit leur organisation sociale, leur culture et leur religion en faisant le lien avec les Celtes insulaires.
  • Christian-J. Guyonvarc'h, Magie, médecine et divination chez les Celtes, Bibliothèque scientifique Payot, Paris, 1997 (ISBN 2-228-89112-6).
  • Christian-J. Guyonvarc'h et Françoise Le Roux :
    • Les Druides, Ouest-France Université, coll. « De mémoire d’homme : l’histoire », Rennes, 1986 (ISBN 2-85882-920-9) ;
    • La Civilisation celtique, Ouest-France Université, coll. « De mémoire d’homme : l’histoire », Rennes, 1990 (ISBN 2-7373-0297-8) ;
    • Les Fêtes celtiques, Rennes, Ouest-France Université, coll. « De mémoire d’homme : l’histoire »,‎ avril 1995, 216 p. (ISBN 9782737313158)
      Ouvrage consacré aux quatre grandes fêtes religieuses : Samain, Imbolc, Beltaine, Lugnasad.
  • Philippe Jouët, Aux sources de la mythologie celtique, Yoran embanner, Fouesnant, 2007 (ISBN 9782914855372).
  • Venceslas Kruta, Les Celtes, Histoire et Dictionnaire, éditions Robert Laffont, coll. « Bouquins » , Paris, 2000 (ISBN 2-7028-6261-6).
  • Claude Sterckx, Mythologie du monde celte, Paris, Marabout,‎ octobre 2009, 470 p. (ISBN 978-2-501-05410-2).
  • Consulter aussi la bibliographie sur la mythologie celtique et la bibliographie sur la civilisation celtique.