Finito de Córdoba

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Finito de Córdoba
{{#if:
Image illustrative de l'article Finito de Córdoba
Le matador Finito de Córdoba lors d'une vuelta en 2010
Présentation
Nom de naissance Juan Serrano Pineda
Naissance 6 octobre 1971 (43 ans)
Sabadell
Nationalité espagnole
Site internet elfinocalifa.blogspot.com
Carrière
Alternative 23 mai 1991 à Cordoue
Parrain Paco Ojeda
Témoin Fernando Cepeda
Confirmation d'alternative 13 mai 1993 à Madrid
Parrain José Ortega Cano
Témoin Manuel Caballero
Escalafón général Premier de l’escalafón en 2001

Juan Serrano Pineda dit « Finito de Córdoba », né le 6 octobre 1971 à Sabadell (Espagne, province de Barcelone), est un matador espagnol.

Présentation[modifier | modifier le code]

Petit-fils de mayoral, fils de vacher, il porte pour la première fois l'habit de lumières le 27 juin 1987 dans les arènes de Santiponce, (province de Séville), communauté autonome d’Andalousie, à 7 km de Séville. Puis il débute en novillada piquée le 25 mars 1989 à Marbella, (province de Malaga) en compagnie de Francisco José Ruiz « Espartaco Chico » et de Pepe Luis Martín. Ce jour-là, il coupe quatre oreilles et il devient dès lors la coqueluche des aficionados cordouans qui le suivent avec enthousiasme[1].

Taureaux graciés par Finito de Córdoba[modifier | modifier le code]

Finito de Córdoba lors de la feria de Mérida, en septembre 2008

Finito de Córdoba a gracié de nombreux toros lors de sa carrière tauromachique, plus de seize au total à fin 2008.

Le 28 mai 1994 à Cordoue, il gracie son premier toro « Tabernero » de la ganadería Gabriel Rojas.
Il gracie également le toro « Culito » de La Dehesilla y María José Pereda à Huelva le 28 février 2000[2], coupant deux oreilles et la queue symboliquement puis obtient à nouveau la grâce du toro « Consentido » de Rancho Grande à Mérida le 7 mars 2000[3].
Le 12 mars 2006 à Morón de la Frontera, indulto de « Generoso » de l'élevage Luis Algarra puis le 30 avril 2006 également indulto du toro « Turronero » à Mora de la ganaderia Hermanos Sampedro. Le 25 août de la même année à Almagro, il gracie « Sabueso » de Fuente Ymbro[4].
Entre 1998 et février 2003, sur les 48 toros adultes indultés, un seul l'a été dans une arène de première catégorie où le toro doit recevoir au minimum deux piques : il s'agit de « Zafiro » de l'élevage Torrealta combattu le 9 juillet 2000 à Barcelone par Finito de Cordoba[5].
Il obtiendra aussi l'indulto de deux toros en 1998, en 2001, en 2003, en 2007 et un toro en 2004 et 2008[3].

Carrière[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert Bérard (dir.), Histoire et dictionnaire de la Tauromachie, Paris, Bouquins Laffont,‎ 2003 (ISBN 2221092465)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bérard 2003, p. 870
  2. (es) TOROS EN HUELVA, portaltaurino, 2000
  3. a et b (es) INDULTOS, FAENAS GRANDES Y FECHAS INOLVIDABLES, http://elfinocalifa.blogspot.com, 23 juillet 2008
  4. (fr) Toros graciés en Espagne en 2006, www.torosfrance.com, 11 septembre 2006
  5. (fr) Des toros touchés par la grâce, Libération, 6 février 2003
  6. Bérard 2003, p. 871