Finito de Córdoba

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Finito de Córdoba
{{#if:
Image illustrative de l'article Finito de Córdoba
Le matador Finito de Córdoba lors d'une vuelta en 2010
Présentation
Nom de naissance Juan Serrano Pineda
Naissance (43 ans)
Sabadell
Nationalité espagnole
Site internet http://elfinocalifa.blogspot.com
Carrière
Alternative 23 mai 1991 à Cordoue
Parrain Paco Ojeda
Témoin Fernando Cepeda
Confirmation d'alternative 13 mai 1993 à Madrid
Parrain José Ortega Cano
Témoin Manuel Caballero
Escalafón général Premier de l’escalafón en 2001

Juan Serrano Pineda dit « Finito de Córdoba », né le 6 octobre 1971 à Sabadell (Espagne, province de Barcelone), est un matador espagnol.

Présentation[modifier | modifier le code]

Petit-fils de mayoral, fils de vacher, il porte pour la première fois l'habit de lumières le dans les arènes de Santiponce, (province de Séville), communauté autonome d’Andalousie, à 7 km de Séville. Puis il débute en novillada piquée le à Marbella, (province de Malaga) en compagnie de Francisco José Ruiz « Espartaco Chico » et de Pepe Luis Martín. Ce jour-là, il coupe quatre oreilles et il devient dès lors la coqueluche des aficionados cordouans qui le suivent avec enthousiasme[1].

Taureaux graciés par Finito de Córdoba[modifier | modifier le code]

Finito de Córdoba lors de la feria de Mérida, en septembre 2008

Finito de Córdoba a gracié de nombreux toros lors de sa carrière tauromachique, plus de seize au total à fin 2008.

Le 28 mai 1994 à Cordoue, il gracie son premier toro « Tabernero » de la ganadería Gabriel Rojas.
Il gracie également le toro « Culito » de La Dehesilla y María José Pereda à Huelva le 28 février 2000[2], coupant deux oreilles et la queue symboliquement puis obtient à nouveau la grâce du toro « Consentido » de Rancho Grande à Mérida le 7 mars 2000[3].
Le 12 mars 2006 à Morón de la Frontera, indulto de « Generoso » de l'élevage Luis Algarra puis le 30 avril 2006 également indulto du toro « Turronero » à Mora de la ganaderia Hermanos Sampedro. Le 25 août de la même année à Almagro, il gracie « Sabueso » de Fuente Ymbro[4].
Entre 1998 et février 2003, sur les 48 toros adultes indultés, un seul l'a été dans une arène de première catégorie où le toro doit recevoir au minimum deux piques : il s'agit de « Zafiro » de l'élevage Torrealta combattu le 9 juillet 2000 à Barcelone par Finito de Cordoba[5].
Il obtiendra aussi l'indulto de deux toros en 1998, en 2001, en 2003, en 2007 et un toro en 2004 et 2008[3].

Carrière[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert Bérard (dir.), Histoire et dictionnaire de la Tauromachie, Paris, Bouquins Laffont,‎ (ISBN 2221092465)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bérard 2003, p. 870
  2. (es) TOROS EN HUELVA, portaltaurino, 2000
  3. a et b (es) INDULTOS, FAENAS GRANDES Y FECHAS INOLVIDABLES, http://elfinocalifa.blogspot.com, 23 juillet 2008
  4. (fr) Toros graciés en Espagne en 2006, www.torosfrance.com, 11 septembre 2006
  5. (fr) Des toros touchés par la grâce, Libération, 6 février 2003
  6. Bérard 2003, p. 871