Finance du carbone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La finance du carbone est une branche de la finance développée[1], découlant des mécanismes de marché inclus dans le Protocole de Kyōto. L'objectif est de réduire dans l'atmosphère les émissions de gaz à effet de serre, en favorisant des investissements financiers dans des techniques moins polluantes.

La finance du carbone est née d'une jonction entre les domaines de l'environnement et de l'énergie. Ces deux secteurs sont amenés à se développer au cours des années à venir. Dans un contexte d'accroissement de la demande énergétique mondiale, ainsi que du prix des ressources naturelles, la finance du carbone a pour objectif de diminuer la dépendance aux énergies fossiles, et notamment la dépendance au pétrole. La prise de conscience de l'impact du développement humain sur l'environnement est une nécessité révélée par des changements visibles dont les impacts économiques peuvent s'avérer dommageables à la prospérité collective, et à la création de richesse à l'échelle planétaire[1].

La période d'éclosion de la finance du carbone coïncide avec la mondialisation des échanges commerciaux et le développement du commerce électronique. L'ère de l'information induite par l'usage répandu d'internet, permit l'établissement d'un réseau planétaire d'échange de crédits-carbone visant à unir les efforts menés sur l'ensemble du globe afin de combattre un problème planétaire, celui du réchauffement climatique. La finance du carbone est le fruit de la nouvelle économie qu'est l'économie du savoir[1].

Principe[modifier | modifier le code]

Une entreprise A et une entreprise B se voient chacune attribuer par le gouvernement un quota d'émission de gaz à effet de serre. L'entreprise A n'ayant pu réduire ses émissions à un niveau voulu, devra acheter des crédits d'émission provenant d'une entreprise B, qui a investi afin de réduire ses émissions. L'entreprise B se voit financièrement récompensée pour son effort environnemental alors que l'entreprise A, se voit pénalisé selon le principe du pollueur-payeur.

Les mécanismes de la finance du carbone permettent un résultat global à un coût inférieur à ce qui aurait été requis pour des investissements dans des secteurs où les technologies propres sont moins développées ou plus dispendieuses.

Il existe plusieurs bourses du carbone, [Bluenext), l'Intercontinental Exchange, ainsi que l'European Climate Exchange. La Bourse de Montréal s'apprête aussi à lancer son marché climatique, en 2008.

Selon la Banque mondiale, la valeur du marché du carbone était de 11 milliards de dollar US en 2005, la première année de négociation du EU ETS. Le marché est évalué à 30 milliards de dollars pour l'année 2006, et est estimé à 60 milliards de dollars pour l'année 2007. Le marché du carbone est un des secteurs connaissant la plus forte croissance. D'ici 2020, le marché mondial du carbone pourrait atteindre 565 milliards de dollars US selon Point Carbon, une entreprise de recherche spécialisée d'Oslo.

Changements climatiques[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Changements climatiques.

Selon le GIEC, les émissions de carbone, venant principalement des énergies fossiles, doivent être stabilisées d'ici 2015 et ensuite réduites. Faute de quoi, les conséquences pourraient être désastreuses, selon le président du GIEC, Rajendra Kumar Pachauri. Déjà, dans la situation actuelle, dès 2020, entre 75 et 250 millions de personnes en Afrique souffriront de pénurie d'eau, les habitants des mégapoles d'Asie seront menacés par les inondations des rivières et de la hausse du niveau de la mer, nombre d'espèces vont disparaître en Europe, et l'Amérique connaîtra des vagues de chaleur torrides. La conférence de l'ONU organisée à Bali, en Indonésie du 3 au 14 décembre 2007, doit lancer les négociations pour un nouvel accord international sur la réduction des gaz à effet de serre, en remplacement du protocole de Kyoto, expirant en 2012.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Carbon finance and the new economy, Steven Gray is an associate at Climate Change Capital, December 08, 2008