Final Fantasy Tactics

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Final Fantasy Tactics
image

Éditeur PlayStation
JPN Square
AN SCEA

PlayStation Portable
Square Enix
Développeur Square
Concepteur Hironobu Sakaguchi (producteur)
Yasumi Matsuno (réalisateur, scénariste)
Hiroshi Minagawa (directeur artistique)
Akihiko Yoshida (character designer)
Hiroyuki Itō (game designer)
Musique Hitoshi Sakimoto
Masaharu Iwata

Date de sortie PlayStation
JPN 20 juin 1997[1]
AN 28 janvier 1998[1]

PlayStation Portable
JPN 10 mai 2007[2]
EUR 4 octobre 2007[2]
AN 10 octobre 2007[2]
Genre Jeu de rôle tactique
Mode de jeu PlayStation
Un joueur

PlayStation Portable
Un à deux joueurs
Plate-forme PlayStation
PlayStation Portable
Média PlayStation
CD-ROM

PlayStation Portable
UMD
Langue Version originale japonaise
Version anglaise
Contrôle Manette de jeu

Évaluation PlayStation
JPN CERO : 12+ (B)
AN ESRB : Teen (T)

PlayStation Portable
JPN CERO : 12+ (B)
EUR PEGI : 12+
AN ESRB : Teen (T)

Final Fantasy Tactics (ファイナルファンタジータクティクス, Fainaru Fantajī Takutikusu?) est un jeu vidéo de rôle tactique, développé par Square (devenu depuis Square Enix), sorti sur PlayStation le 20 juin 1997 au Japon et le 28 janvier 1998 en Amérique du Nord. Ce jeu fait partie de la série Final Fantasy ; c'est un épisode « hors série » parce qu'il s'inscrit, à la différence des autres opus, dans la catégorie des jeux de rôle tactique. L'homme responsable du projet et du scénario est Yasumi Matsuno, un ancien membre de la société Quest, qui réalise son premier projet avec Square.

L'histoire du jeu se déroule dans le monde d'Ivalice. Elle est centrée sur un conflit, nommé « la Guerre des Lions », qui s'engage entre deux familles de nobles qui convoitent le trône du royaume. Le scénario suit les aventures de Ramza Beoulve, un jeune apprenti chevalier, souhaitant tout mettre en œuvre pour rétablir la paix sur le continent.

Plusieurs jeux ont repris, par la suite, le monde d'Ivalice de Final Fantasy Tactics, comme Vagrant Story et Final Fantasy XII, sortis respectivement en 2000 et 2006. Un spin-off est également sorti en 2003 sur la Game Boy Advance de Nintendo, intitulé Final Fantasy Tactics Advance. Ce dernier a connu une suite en 2007 sur la Nintendo DS : Final Fantasy Tactics A2.

Pour les dix ans de sa sortie en 2007, Square Enix réédite le jeu sous le nom de Final Fantasy Tactics: The War of the Lions, sur la PlayStation Portable de Sony, en introduisant de nombreuses nouveautés. Contrairement à l'épisode original sur PlayStation, celui-ci a la particularité d'être sorti en Europe en plus du Japon et de l'Amérique du Nord.

Trame[modifier | modifier le code]

Univers[modifier | modifier le code]

Final Fantasy Tactics prend place dans un monde imaginaire du type médiéval-fantastique. L'histoire se déroule dans le royaume d'Ivalice, une péninsule rattachée au continent par l'Est de son territoire. Sa géographie est très hétérogène, elle se compose de montagnes, de plaines, de forêts et de déserts. Ivalice est essentiellement peuplée par des humains. Cependant, de nombreux monstres vivent dans les régions reculées où la population humaine reste faible. La magie prédomine le pays, mais des ruines et des reliques indiquent que dans le passé, la civilisation reposait sur les machines, comme des ballons dirigeables et des robots[3].

Ivalice est un royaume divisé en sept territoires, gouvernés par un seul monarque, Omdolia Atkascha[4]. Les monarchies voisines sont Ordalia à l'Est et Romanda au Nord. Une organisation religieuse très influente, l'« Église de Glabados », fondée sur une figure mythique : Ajora Glabados, répand sa parole dans le pays[5].

Le monde d'Ivalice vient de mettre fin à une guerre de près de cinquante ans, et doit faire face à plusieurs difficultés économiques et politiques[6]. Depuis la mort récente du roi Omdolia, dont le seul héritier est un nourrisson, une crise importante pour la succession du trône ébranle le pays[7]. Un régent doit être désigné à la place du jeune prince, deux camps divisent le royaume : le Lion Noir d'une part, représentant le Prince Goltana, cousin du défunt roi, et d'autre part, le Lion Blanc, symbolisant le Prince Larg. Le conflit déclenche une nouvelle guerre « la Guerre des Lions ». Quatre cents ans après cet événement, un historien, Alazlam J. Durai, découvre un ouvrage de l'un de ses ancêtres. Ces écrits révèlent le véritable déroulement de « la Guerre des Lions » et dévoile le rôle majeur d'un homme désavoué par l'église et jamais cité[8]. Pourtant son intervention influera sur l'issue du conflit. Cet homme se nomme Ramza Beoulve, considéré comme hérétique par l'église.

Personnages[modifier | modifier le code]

L'intrigue du jeu tourne autour de deux personnages : Ramza Beoulve et Delita Hyral, des amis d'enfance issus de classes sociales différentes. Ramza appartient à une famille de nobles et Delita à une famille de roturiers. Le père de Ramza, Balbanes, grand stratège de la guerre de cinquante ans et membre respecté des chevaliers Hokuten, enseigne aux deux adolescents la justice et l'honneur. Au fur et à mesure que l'histoire progresse, les deux héros font face à de nombreux conflits et se trouvent confrontés à des choix qui vont influencer leur vision du monde. Ambitieux, Delita cherche à manipuler la classe supérieure et à atteindre ses objectifs, tandis que Ramza, idéaliste, croit toujours en la justice et l'honneur, quelle que soit la classe concernée[9],[10].

Delita est considéré comme le héros qui mit fin à « la Guerre des Lions ». Après ces événements tragiques, il devient roi d'Ivalice et maintient la paix au sein du royaume durant de longues années[11]. Sa sœur se nomme Teta. Ramza est le personnage incarné par le joueur dans l'aventure. La famille Beoulve sert celle du prince Larg depuis de nombreuses générations. Fruit de l'union de son père avec une jeune femme du peuple de la famille Lugria, Ramza a toujours vécu dans l'ombre de ses frères légitimes : Zalbag, commandant en chef des chevaliers Hokuten, et Dycedarg, général au service du prince Larg ; et une sœur cadette prénommée Alma, très proche de Ramza. Après sa promotion au titre de chevalier, il rejoint le groupe chargé de la protection de la princesse Ovelia, fille adoptive du défunt roi Omdolia[11].

Au fil de l'aventure, Ramza rencontre différents personnages, qui interviendront chacun dans la guerre. Au début de l'histoire, les plus importantes factions dans le monde d'Ivalice sont celles du Prince Goltana et du Prince Larg. Tous d'eux désirent le contrôle du royaume et être le gardien du jeune héritier. Cette rivalité déclenche « la Guerre des Lions ». Pendant la progression du scénario, des personnages appartenant à l'« Église de Glabados » apparaissent dans l'histoire. Ils cherchent à acquérir traitreusement le contrôle d'Ivalice en se servant de la guerre de succession au trône[12].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Lion Noir.
Le Lion Blanc.

Un groupe de soldats à dos de chocobos parcourent les terres d'Ivalice à vive allure. Pendant ce temps, au monastère d'Orbonne, la princesse Ovelia en compagnie d'Agrias, une femme chevalier chargée de sa garde personnelle, attendent des mercenaires sous le commandement de Gafgarion. Ramza Beoulve, ancien chevalier, fait partie de cette faction[13]. La troupe de guerriers, arborant la bannière du Lion Noir, qui chevauchait dans les plaines attaquent soudainement les lieux. Cet assaut sert de diversion et permet au chef de l'escouade d'enlever la princesse, laissée sans protection. Ramza et Agrias arrivent trop tard et ne peuvent la sauver. Ramza reconnaît le visage du ravisseur, c'est son ami d'enfance, Delita, qu'il croyait mort. Il se demande pourquoi il a rejoint les armées du Prince Goltana[14].

Suite à ces événements, l'histoire fait un flashback juste à la fin de la guerre de cinquante ans. La vie est alors difficile, beaucoup d'hommes se retrouvent sans argent et sans emploi et n'ont plus aucune loyauté envers la couronne. Vols, banditisme, complots sont monnaie courante envers la famille royale et la noblesse. Dans la ville de Gariland, Ramza et Delita étudient à l'académie des apprentis chevaliers. Un messager leur apprend qu'un régiment du Corps de la Mort est sur le point d'attaquer la ville. Le Corps de la Mort est un groupuscule de soldats qui ont reçu peu de reconnaissance malgré leurs sacrifices au cours de la guerre, depuis ils sont devenus des hors-la-loi, terrorisant les villes et pourchassant les membres de la famille royale. Ramza, Delita et des soldats de l'académie sont alors chargés de les arrêter[15]. Après une bataille remportée facilement, les jeunes apprentis se rendent au château d'Igros. Sur le chemin, ils sauvent la vie d'Algus, un écuyer au service du marquis Elmdor. Algus leur explique que le marquis a été enlevé par le Corps de la Mort et qu'il risque d'être exécuté rapidement[16]. Ramza et Delita continuent leur marche vers Igros, en compagnie d'Algus, et faire part de ces événements au général Dycedarg. Ce dernier leur apprend qu'il a chargé Zalbag de rechercher Elmdor[17]. Plus tard, les trois jeunes gens retrouvent le frère de Ramza, Zalbag, en compagnie d'Alma et de Teta. Le général des Hokuten les informe que le Corps de la Mort a exigé une rançon, au grand étonnement d'Algus[18]. Ramza et ses compagnons décident de partir à leur poursuite.

Wiegraf est le leader du Corps de la Mort, mais ce n'est pas lui qui a enlevé Elmdor. Le ravisseur est le vice-capitaine, Gustav[19]. Les trois jeunes apprentis retrouvent la trace des deux meneurs. L'un d'eux gît sur le sol, mort. Wiegraf a éliminé Gustav parce qu'il s'opposait à ses plans. Wiegraf garantit sa fuite en échangeant la liberté d'Elmdor, sain et sauf[20].

Le général Dycedarg et le Prince Larg décident d'en finir avec le Corps de la Mort. Le groupuscule renégat attaque soudainement le château d'Igros. Il enlève Teta, la sœur de Délita, et blesse le général Dycedarg. Algus révèle sa vrai personnalité, c'est un homme qui méprise les classes inférieures, affirmant qu'il n'est pas utile de sauver une roturière en la personne de Teta. Sa priorité est la destruction du Corps de la Mort, provoquant la colère de Delita[21]. La tension engendrée provoque la mise à l'écart d'Algus par Ramza et Delita. L'enlèvement a été organisé par Golagros, un membre du Corps de la Mort. Wiegraf n'approuvant pas cet acte, lui conseille de se retrancher au fort Zeaken. Delita et Ramza, partis à la recherche de Teta, croisent la route de Wiegraf en fuite et leur apprend que l'enlèvement du marquis a été planifié par Dycedarg[22]. Ramza, incrédule, reste persuadé de l'innocence de son frère[23]. Les deux jeunes apprentis se dirigent vers le fort Zeaken pour retrouver et délivrer Teta. Arrivés à destination, Zalbag ordonne à Algus de prendre en charge les rebelles, pendant qu'il part à la poursuite de Wiegraf près du col de la montagne. Algus élimine Teta puis Galagros. La bataille s'engage entre les jeunes apprentis et l'écuyer du marquis qui trouve la mort. À ce moment, une explosion retentit dans le fort où se trouve Delita.

Puis l'histoire reprend après l'enlèvement de la princesse. Le groupe de mercenaires et Agrias partent à la poursuite de Delita pour sauver Ovelia.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Final Fantasy Tactics propose deux phases de jeu distinctes : un mode exploration et un mode combat. La phase d'exploration se déroule sur une carte en deux dimensions. Les déplacements sur la carte du monde permettent au joueur de circuler entre les différents lieux du jeu, représentés par des points de couleurs : bleu pour les villes, châteaux et forteresses, vert pour les endroits où des combats et une partie de l'intrigue peuvent se déclencher, et rouge pour les lieux liés au scénario principal du jeu. Ces divers emplacements sont reliés entre eux et se dévoilent au fur et à mesure du jeu.

À partir de la carte, le joueur peut accéder aux différentes villes d'Ivalice. Celles-ci se présentent toutes de la même manière, avec des écrans fixes en 2D[24]. Elles se composent d'une taverne, où l'on peut écouter les dernières rumeurs et participer à des quêtes ; d'une échoppe, où l'on peut acquérir et revendre armes, armures, accessoires et objets ; et d'une guilde des guerriers permettant d'engager de nouveaux soldats et modifier le nom des monstres capturés dans le jeu[11].

Un menu est accessible à tout moment du jeu, via la carte du monde, permettant de sauvegarder la partie et d'accéder à un menu de formation servant à gérer son équipe de combattants. Un didacticiel, pour obtenir des explications détaillées sur les divers aspects du jeu, et une chronique, pour consulter les informations concernant les événements passés et les personnages rencontrés dans l'aventure, sont également disponibles[11].

La liberté de déplacement dans l'ensemble du monde est très limitée. Le déroulement du jeu est très encadré et se fait à l'aide de nombreuses séquences scriptées, qui ne peuvent être ignorées.

Combats[modifier | modifier le code]

Représentation de la vue isométrique en 3D dans les jeux de rôles tactiques.

Le mode Combat apparaît quand le joueur est confronté à un groupe d'ennemis. Dotées d'un thème musical énergique, les batailles se déroulent sur une carte en trois dimensions en vue isométrique qui représente le lieu où se déroule l'affrontement[25]. Les personnages sont quant à eux représentés en sprites 2D[26]. Contrairement aux jeux de rôles tactiques habituels, Final Fantasy Tactics offre la possibilité d'effectuer des combats dits aléatoires. C'est-à-dire que des batailles peuvent se déclencher aux hasards, dans des lieux pré-établis marqués en vert, lors des déplacements sur la carte du monde[11].

Le joueur est amené à diriger un groupe maximum de cinq combattants présélectionnés juste avant l'affrontement[11]. Utilisant le système classique du tour par tour, le jeu détermine l'ordre des combattants en fonction d'une jauge propre à chaque unité nommée Temps de Charge. Cette dernière se remplit à chaque tour en fonction du score de rapidité de chaque personnages. Quand cette jauge est pleine, l'unité peut agir[11]. Le joueur peut alors choisir d'attaquer, de passer, de lancer des sorts de magie ou d'utiliser des objets. La particularité de Final Fantasy Tactics, par rapport aux autres jeux de rôles tactiques, est que le joueur peut anticiper les résultats d'une action quand une cible est sélectionnée : le jeu affiche une estimation des dégâts, la probabilité de succès de l'attaque et la capacité de réaction de l'adversaire. Les combats sont remportés généralement lorsque le boss ennemi est vaincu ou tous les adversaires éliminés[27]. Les phases d'action offrent des points de métiers et des points d'expérience dont l'accumulation est nécessaire aux personnages pour franchir des niveaux. Les points de métiers servent à acquérir des compétences spécifiques liées à la classe que l'unité incarne.

Tableau des affinités zodiacales.

Le jeu reprend le système de classe déjà vu dans Final Fantasy III et V[28]. C'est-à-dire qu'il est possible de passer d'une classe à une autre, sans distinction de personnage, à n'importe quel moment au cours de l'aventure. Chaque unité peut ainsi combiner plusieurs aptitudes à sa compétence de base, déterminée par sa classe. Il existe vingt métiers différent apportant chacun leurs bonus et handicaps particuliers[27]. Parmi ces vingt classes, il y en a deux de bases : écuyer et chimiste, et d'autres qui se débloquent au fur et à mesure que l'on progresse avec les métiers déjà accessibles (chevalier, archer, voleur, invocateur, mage blanc, mage noir, ninja, samouraï, etc)[11]. Par exemple, le mage blanc est disponible lorsque l'on atteint le niveau deux de chimiste. Une fois que toutes les capacités d'un métier sont apprises et que le niveau atteint est huit, la classe est considérée comme maîtrisé.

Comme dans tous les jeux de rôles tactiques, certains facteurs extérieurs peuvent avoir une influence sur l'issue du combat. Ici ce sont la configuration du terrain, les affinités zodiacales, la bravoure et la croyance de chaque personnage[27]. Alors que le terrain joue un rôle important sur la capacité défensive et la capacité de déplacement de l'unité, la notion d'affinité zodiacale permet de bénéficier d'un bonus ou malus offensif. Ce système est basé sur les signes astrologiques occidentaux, c'est-à-dire que le jour de naissance d'un personnage détermine son signe du zodiaque. Ces symboles possèdent des affinités qui leur sont propres, plus ou moins compatibles avec les autres signes. Elles peuvent être mauvaises, neutres, bonnes voire excellentes. Les bonus se déclenchent lorsqu'un protagoniste attaque une unité ennemie. Le jeu prend alors en compte le signe des deux personnages et modifie en conséquence la puissance de l'attaque. La bravoure influe à la fois sur les dommages effectués lors d'une attaque à main nue ou avec une épée de chevalier, sur la capacité de réussite de certaines habilités et sur la probabilité de trouver des objets rares enfouis dans le sol. Tandis que la croyance joue un rôle déterminant dans le domaine magique : plus un personnage possède une croyance élevée, plus sa magie sera efficace et puissante. Au contraire, si cette valeur est nulle, la magie n'aura aucun effet sur l'unité concernée. Enfin, si un personnage détient une croyance très élevée ou une bravoure très faible, elle risque de déserter l'équipe.

Développement[modifier | modifier le code]

Final Fantasy Tactics a été créé en grande partie par des développeurs provenant de la société Quest qui ont travaillé par le passé sur les jeux Ogre Battle: The March of the Black Queen et Tactics Ogre: Let Us Cling Together. Après son départ de Quest en 1995, Yasumi Matsuno, directeur et scénariste, réalise son premier projet avec Square. Dans un entretien avec Akito Inoue, professeur assistant à l’Université Internationale du Japon, Matsuno indique que Final Fantasy Tactics a été réalisé sans innovations majeures afin d'éviter de déconcerter les joueurs et de toucher un plus large public[29]. Contrairement à d'autres jeux conçu par Matsuno, intégrant des éléments innovants, et touchant, de ce fait, un nombre restreint de joueurs malgré des critiques positives de la part de la presse spécialisée. On peut citer par exemple Vagrant Story et son système de combat original, ou Tactics Ogre et ses choix scénaristiques influant sur le dénouement du jeu.

La traduction de Final Fantasy Tactics pour l’Amérique du Nord est un peu confuse, et rend le scénario difficile à comprendre. Certains noms de personnages et de lieux sont souvent orthographiés différemment. Plusieurs références historiques et mythologiques ont été modifiées par les traducteurs : par exemple l'Arbre-Monde, Yggdrasil, devient Yugodorasil ; « breath » (souffle) est constamment traduit par « bracelet » dans les noms d’attaques[30] ; et Wiglaf, faisant référence à un personnage du poème épique anglo-saxon Beowulf, est remplacé par Wiegraf[31]. Le tutoriel du jeu comporte également des exemples d'Engrish (mauvaise traduction anglaise)[32].

On retrouve dans le jeu des références à des personnages, lieux et situations spécifiques présents dans les précédents jeux de la série Final Fantasy. Le joueur peut jouer par exemple avec le personnage de Cloud Strife ou croiser Aeris, tout d'eux issus de Final Fantasy VII. Grâce au système de propositions de missions dans les tavernes, il est possible de trouver des trésors et des zones perdues telles que la « Matoya Cave », une référence au premier Final Fantasy, et les différentes couleurs de « materia », petites sphères d'énergie spirituelle cristallisée[27]. Dans tous les épisodes de la saga, il existe un personnage qui porte le nom de Cid, dans ce volet c'est le père adoptif d’Olan, Cidolfas Orlandu, qui est surnommé ainsi, et les chocobos, oiseaux coureurs imaginaires inventés par Square C., sont toujours présents[33]. Par ailleurs, des monstres étaient déjà apparus dans d'anciens épisodes de la série tels qu'Ahriman et Malboro[34],[35].

Musique[modifier | modifier le code]

Hitoshi Sakimoto lors d'une interview.

La bande son de Final Fantasy Tactics a été composée par deux amis d'adolescence, Hitoshi Sakimoto et Masaharu Iwata, qui avaient travaillé ensemble pour Quest sur les jeux Magical Chase, Ogre Battle et Tactics Ogre. Leur méthode de travail consiste à composer les musiques chacun séparément, puis mettre en commun leur travail[36]. Le thème musical est du style orchestral et se concentre plus sur le rythme et l'harmonie complexes plutôt que des mélodies accrocheuses ; Sakimoto est l'auteur de 47 pistes, dont la plupart sont des variations autour des deux thèmes principaux du jeu, Iwata a écrit 24 compositions originales qui se démarquent des titres de Sakimoto[37]. De nombreuses publications ont qualifié la musique de très bonne, voire excellente, se distinguant des thèmes habituels des jeux de rôles, proche d'une atmosphère religieuse à la fois mystérieuse et joyeuse[38]. AllRPG affirme que la musique « s'intègre parfaitement au sombre scandale politique du jeu »[39], et Gamekult insiste sur la dimension épique des compositions[28].

Un double album intitulé Final Fantasy Tactics Original Soundtrack est paru exclusivement au Japon. Les critiques sont positives et flatteuses, félicitant le travail des deux compositeurs. L'album est qualifié de « classique mémorable » que « personne ne devrait manquer »[40],[41]. D'autres spécialistes estiment que certains admirateurs de Nobuo Uematsu auront du mal à accepter ce nouveau style pour un Final Fantasy, mais qu'il reste « un must pour tous les collectionneurs de musique de jeux », voire pour « toute personne qui aime la musique orchestrale »[37],[42].

Adaptation et dérivés[modifier | modifier le code]

Adaptation[modifier | modifier le code]

Nouveau logo de la version PlayStation Portable.

Final Fantasy Tactics: The War of the Lions est l'adaptation de Final Fantasy Tactics sur PlayStation Portable. Ce jeu est édité par Square Enix, il est sorti en 2007 au Japon, en Europe et en Amérique du Nord dans le cadre du projet Ivalice Alliance[43]. Les deux raisons principales qui ont amené Square Enix à réaliser cette réédition sont la portabilité de la console, permettant aux joueurs de profiter librement de la richesse du gameplay et du scénario, et les dix ans du jeu. Le sous titre The War of the Lions est choisi en évocation à la toile de fond de l'histoire entre les deux personnages principaux : Ramza et Delita, et illustre le nouveau mode multijoueur[44].

Cette version intègre de nombreuses nouveautés : un mode deux joueurs en duel ou en coopératif, deux nouveaux personnages jouables (Balthier de Final Fantasy XII et Luso de Final Fantasy Tactics A2), deux nouveaux métiers (Chevalier Onion issu de Final Fantasy III et Chevalier Noir), des scènes cinématiques au rendu pastel rythmant l'histoire du jeu, une limite d'unité fixée à 24 contre 16 sur la version PlayStation. Enfin, une nouvelle traduction anglaise sur les versions nord-américaine et européenne, pour pallier les faiblesses de l'originale[45].

La version occidentale, destinée à l'Amérique du Nord et l'Europe, n'a été traduite qu'en anglais. Contrairement au jeu japonais, elle bénéficie d'un doublage vocal des scènes cinématiques du jeu[28],[46]. Final Fantasy Tactics: The War of the Lions souffre de ralentissements lors des phases de combat comparé à la version PlayStation. Les développeurs étaient conscients de ce défaut mais ne purent régler le problème[47]. La presse vidéoludique est partagée sur ce souci de ralentissements. Certains affirment que la version occidentale bénéficie d'une légère amélioration, et d'autres insistent sur la persistance des ralentissements, notamment lors des phases de magie et d'attaque des personnages[48],[49].

Dérivés[modifier | modifier le code]

Yasumi Matsuno, scénariste et responsable de projet sur Final Fantasy Tactics, conçoit le monde d'Ivalice dès son arrivée chez Square en 1995[50]. Cet univers fictif du genre médiéval-fantastique apparaît pour la première fois en 1997, dans Final Fantasy Tactics, et sera par la suite développé dans de nombreux jeux auxquels Matsuno participe. Par exemple Vagrant Story en 2000, et Final Fantasy XII en 2006.

Logo du projet Ivalice Alliance.

En 2003, Square Enix sort Final Fantasy Tactics Advance sur la console portable de Nintendo, la Game Boy Advance. C'est un spin-off de l'épisode paru sur PlayStation, reprenant le système de jeu et le monde d'Ivalice, en incluant une nouvelle histoire et des personnages différents[51]. Les spécialistes critiquent son ambiance et son intrigue qualifiées d'enfantines, ses quêtes répétitives[52],[53]. Ce jeu connait une suite en 2007, Final Fantasy Tactics A2: Grimoire of the Rift.

En décembre 2006 à Tokyo, un représentant de Square Enix annonce à la presse spécialisée, un nouveau projet, intitulé Ivalice Alliance, exploitant l'univers d'Ivalice[54]. Le programme va regrouper, dans un premier temps, trois jeux : Final Fantasy Tactics: The War of the Lions, Final Fantasy Tactics A2 et Final Fantasy XII: Revenant Wings[55]. Il sera rejoint ensuite par Final Fantasy XII International Zodiac Job System le 8 mai 2007[56]. Cette compilation regroupe tous les jeux se déroulant dans le monde d'Ivalice. Les joueurs découvrent et peuvent apprécier les richesses de cet univers selon le souhait d'Akitoshi Kawazu, producteur exécutif du projet[55].

Réactions et critiques[modifier | modifier le code]

Version PlayStation[modifier | modifier le code]

Final Fantasy Tactics est bien connu des amateurs de jeux de rôle tactique, souvent considéré comme l'un des meilleurs du genre[57],[28]. Son succès au Japon est immédiat, 824 671 exemplaires sont écoulés avant la fin de l'année 1997[58], pour un total de 1 350 000 ventes[59]. Aux États-Unis, les ventes sont estimées à 950 000 exemplaires en 2007 depuis sa sortie[60]. Au vu de son relatif succès, Sony décide de ressortir le jeu dans une version Greatest Hits le 30 juillet 2001 en Amérique du Nord[61].

Critiques de la presse spécialisée
Publication Note
JP Famitsu 34 sur 40[62]
AN GameSpot 8,9 sur 10[25]
EUR IGN 8,5 sur 10[63]
EUR Edge 9 sur 10[64]
FR Joypad 88 sur 100[65]

Le jeu reçoit des critiques élogieuses des principales publications vidéoludiques. Elles acclament l'histoire du jeu et son univers prenant, les musiques de grande qualité et son système de classe riche et passionnant. Joypad affirme que le titre est doté d'« une réalisation sans failles et [d']une musique sublime »[65]. GameSpot insiste sur le fait que « tout est parfaitement adapté », du rythme de l'histoire et de sa construction, du design du jeu au graphisme des personnages, très stylisé, apportant charme et personnalité. Gamespot souligne que le jeu reste destiné à un public plus mûr que Final Fantasy VII, au vu de sa complexité et de sa difficulté[25]. IGN qualifie Final Fantasy Tactics de « meilleur jeu de rôle tactique sur le marché », grâce à son scénario très travaillé[63]. Les sites Game Rankings et MobyGames (qui effectuent des moyennes à partir de nombreuses publications) donnent respectivement au jeu un score général de 83 % et 84 %[66],[67].

Certaines critiques notent des défauts liés au gameplay et à la localisation du jeu pour l'Amérique du Nord. RPGFan évalue la difficulté du titre mal équilibrée. La progression dans l'aventure est tributaire du temps consacré à augmenter le niveau d'expérience de son équipe de combattants[68]. IGN aborde la confusion qui se crée parfois au niveau de l'intrigue du jeu[63]. La cause est l'adaptation américaine de Final Fantasy Tactics, très critiquée, liée à une traduction erronée : l'Engrish, qui gêne la compréhension de l'histoire[25]. Enfin, RPGFan insiste sur les batailles sans ampleur, limitées à de petites cartes et à cinq combattants maximum, du côté du joueur[26].

Final Fantasy Tactics s'est vu décerner de nombreuses récompenses de la part des médias vidéoludiques. IGN lui décerne le titre d'« Editor's Choice Award » en 1998, vantant ses graphismes et son gameplay[63]. GameSpot le sélectionne dans son « Greatest Games of All Time », rien de moins[69]. Le jeu se trouve régulièrement positionné dans les classements des cents meilleurs jeux de tous les temps : il se trouve à la 84e place dans le magazine japonais Famitsu[70], 43e pour le magazine américain Electronic Gaming Monthly[71], et 38e pour le site européen IGN[72].

Version PlayStation Portable[modifier | modifier le code]

L'adaptation de Final Fantasy Tactics sur PlayStation Portable permet à l'Europe de découvrir un des plus grands jeux de rôle tactique. Les chiffres de ventes mondiales sont notables pour un remake. 301 796 exemplaires sont écoulés au Japon au cours de l'année 2007, le positionnant à la 53e place dans le classement des ventes de jeux en 2007[73]. En Amérique du Nord, le jeu atteint la barre des 100 000 ventes durant le premier mois de sa commercialisation[74],[75], pour un total de 333 446 ventes[76]. Enfin en Europe, Final Fantasy Tactics: The War of the Lions se classe régulièrement en tête du classement des ventes des jeux PlayStation Portable lors du premier mois de sa sortie[77].

Critiques de la presse spécialisée
Publication Note
AN GameSpot 8 sur 10[78]
EUR IGN 9 sur 10[79]
FR Gamekult 8 sur 10[28]
FR JeuxVideo.com 17 sur 20[24]
FR Joypad 17 sur 20[80]

Cette version pour la console portable de Sony reçoit des critiques positives de la part de la presse vidéoludique. Elle acclame une nouvelle fois son histoire palpitante et ses musiques épiques, son système de classes qui offrent de multiples possibilités et ses nouveautés fort appréciables. Joypad affirme que c'est « un des meilleurs jeux du genre, qui n'a rien perdu de sa superbe après toutes ces années », et insiste notamment sur l'intérêt du nouveau mode deux joueurs[80]. Gamekult remarque que « ce portage PSP est entaché de ralentissements crispants » et n'est «  pas vraiment remanié comme on l'aurait souhaité ». Mais « compense par une richesse rarement égalée à ce jour, aussi bien pour son scénario aux multiples intrications que pour son système de jobs et capacités »[28]. GameSpot apprécie les nouvelles scènes cinématiques au rendu pastel, donnant plus d'intérêt à l'histoire, et son temps de jeu important avant de terminer le titre, malgré une difficulté aléatoire des combats[78]. IGN cite de nouveau les ralentissements qui engendrent une désynchronisation entre l'animation et les effets sonores, souligne qu'il est préférable, d'avoir une équipe de même force avec son coéquipier ou adversaire dans le mode deux joueurs, afin d'éviter des combats déséquilibrés. Malgré ces quelques défauts, IGN qualifie Final Fantasy Tactics: The War of the Lions de « grand remake »[79]. Les sites Game Rankings et MobyGames (qui effectuent des moyennes à partir de nombreuses publications) donnent respectivement au jeu un score général de 88 % et 86 %[81],[82].

Équipe de développement[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Médias externes[modifier | modifier le code]

Final Fantasy Tactics

Final Fantasy Tactics: The War of the Lions

  • [image] Face de la pochette du jeu européen.
  • [image] Face de la pochette du jeu nord-américain.
  • [vidéo] Feu sacré, vidéo du jeu sur Gamekult.com.

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • (en) Square Enix, site officiel de Final Fantasy Tactics: The War of the Lions version nord-américaine.
  • (ja) Square Enix, site officiel de Final Fantasy Tactics: The War of the Lions version japonaise.
  • (fr) Square Enix, site officiel de Final Fantasy Tactics: The War of the Lions version européenne.
  • (fr) Final Fantasy Tactics, guide sur Final Fantasy Tactics.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Final Fantasy Tactics - Related Games », sur GameSpot (consulté le 7 juillet 2009).
  2. a, b et c (fr) « Final Fantasy Tactics: The War of the Lions - Panorama », sur Gamekult (consulté le 7 juillet 2009).
  3. Agrias : « I hear a 'lost civilization' is hidden under Goug.... When St. Ajora was alive, airships were in the sky, and human robots in town. But time passed, technology was lost, and no one knows if it ever really existed. » (Final Fantasy Tactics, 1997, Square) (J'ai entendu dire qu'une civilisation perdue était cachée sous Goug... quand St. Ajora était en vie, des dirigeables parsemaient le ciel, et des robots vivaient dans les villes. Mais les temps ont changé, la technologie a été perdue, et personne ne sait plus si tout ceci a réellement existé).
  4. Zodiac Brave Story : « Long before Ivalice was united, the land was divided into 7 kingdoms: Zeltennia, Fovoham, Lionel, Limberry, Lesalie, Gallione, and Murond. » (Final Fantasy Tactics, 1997, Square) (Bien avant qu'Ivalice ne soit unis, les terres étaient divisées en sept royaumes : Zeltennia, Fovoham, Lionel, Limberry, Lesalie, Gallione, et Murond.).
  5. Zodiac Brave Story : « Those disciples of Ajora believed this was his miracle, and these stories spread, and the Glabados Church became what it is today. » (Final Fantasy Tactics, 1997, Square) (Les disciples d'Ajora croyaient qu'il s'agissait d'un miracle, et ces histoires se sont répandus, et l'église Glabados est devenu ce qu'elle est aujourd'hui).
  6. Narration : « Many soldiers who returned from the war, had no jobs, little money, and even less loyalty to the crown. » (Final Fantasy Tactics, 1997, Square) (Beaucoup de soldats revenant de la guerre n'avaient plus d'emplois, très peu d'argent et éprouvaient moins de loyauté envers la couronne).
  7. News : « A political struggle erupted between the Prince Larg and the son of the late King. They are fighting for the regency, who will be guardian to the Prince. » (Final Fantasy Tactics, 1997, Square) (Un conflit politique a éclaté entre le Prince Larg et le fils de l'ancien roi. Ils s'affrontent pour la régence, qui sera le tuteur du Prince).
  8. Alazlam : « According to the "Durai Report" released last year (concealed for many years by church), this unknown man is the true hero... The church claims he was a blasphemer and anarchist-the root of all evil... » (Final Fantasy Tactics, 1997, Square) (Selon le Rapport de Durai sorti l'année dernière (caché durant de nombreuses années par l'église), cet homme inconnu est le véritable héros... l'église affirme que c'était un blasphémateur et un anarchiste à l'origine du mal...).
  9. Delita : « Larg, Goltana, your brothers, everyone... Haven't noticed they're all swept up in the same flow. I'm just going against it. That's all... » (Final Fantasy Tactics, 1997, Square) (Larg, Goltana, tes frères, tout le monde... ne vois-tu pas que nous sommes tous en train d'être emportée par le même courant. J'ai l'intention de m'y opposer. C'est tout...).
  10. Ramza : « There's no 'justice' in using and deceiving people ! I can't ignore people dying for 'justice' ! » (Final Fantasy Tactics, 1997, Square) (Il n'y a aucune justice à tromper et à utiliser les gens ! Je ne peux pas les laisser mourir au nom de la justice !).
  11. a, b, c, d, e, f, g et h (en) Final Fantasy Tactics Instruction Manual, Square,‎ 28 janvier 1998.
  12. Simon : « High Priest and his sect are trying to regain power. First, they're reducing Larg and Goltana's military power by causing in-fighting. If the war drags on, it not only reduce their power, but trust in the royal family. » (Final Fantasy Tactics, 1997, Square) (Le grand prêtre et sa secte tentent de reconquérir le pouvoir. La première étape consiste à réduire la puissance militaire du Prince Larg et du Prince Goltana en les opposant l'un à l'autre. Si la guerre perdure, non seulement ils seront affaiblis, mais elle va aussi ébranler la confiance du peuple envers la famille royale).
  13. Ramza : « ...I'm no longer a Knight. Just a mercenary like you. » / Gafgarion : « ...That's right. Well then. Let's go! » (Final Fantasy Tactics, 1997, Square) (Ramza :...Je ne suis plus un chevalier. Juste un mercenaire tout comme vous / Gafgarion :...C'est exact. Eh bien. Allons-y !).
  14. Ramza : « ...Delita?? You're alive, Delita? But, why are you in Goltana's troops? Why...? » (Final Fantasy Tactics, 1997, Square) (...Delita ?? Tu es en vie, Delita ? Mais, pourquoi as-tu rejoint les troupes de Goltana ? Pourquoi... ?).
  15. Hokuten Knight : « You have a mission! As you know, barbarians are rapidly increasing here in Gallionne. The traitorous Death Corps detest the royal family. We cannot overlook them. We will begin exterminating these traitors. By order of our Master. Larg's Knights stationed at Igros Castle and many other groups will participate. Your duty is to support the flank. Specifically, you'll go to Igros and help guard it. » (Final Fantasy Tactics, 1997, Square) (Voici votre mission ! Comme vous le savez, de nombreux barbares ont fait leur apparition dans la ville de Gallionne. Les traitres du Corps de la Mort détestent la famille royale. Nous ne pouvons pas tolérer cela. Nous allons commencé par l'extermination de ces traitres, par ordre de notre souverain. Les chevaliers de Larg postés au château d'Igros ainsi que d'autres bataillons de soldats prendront part aux opérations. Votre tâche est de protéger le flanc. En d'autres termes, vous vous rendrez à Igros afin d'en assurer sa sécurité.).
  16. Algus : « The Marquis is still alive! Those Death Corps scum have kidnapped him! Unless we strike swiftly, he'll be killed! If that comes to pass, then I... Therefore, please! Lend me your help! I implore you! » (Final Fantasy Tactics, 1997, Square) (Le marquis est toujours en vie ! Ceux du Corps de la Mort l'ont enlevé ! Si nous n'agissons pas au plus vite, il sera tué ! Si cela se réalise, je... par conséquent, s'il vous plaît ! Apportez moi votre aide ! Je vous en supplie !).
  17. Dycedarg : « I've already had Zalbag send out a search party. They'll probably demand ransom... if he's still alive. » (Final Fantasy Tactics, 1997, Square) (J'ai demandé à Zalbag d'envoyer une équipe de recherche. Ils vont probablement exiger une rançon... s'il est toujours en vie).
  18. Zalbag : « ...The Death Corps have demanded a ransom. » / Algus : « What!? »(Final Fantasy Tactics, 1997, Square) (Zalbag :...le Corps de la Mort a exigé une rançon / Algus : Quoi !?).
  19. Ramza : « Then, who? Who kidnapped Elmdor? » / [...] / Swordsman : « ...Gustav. » (Final Fantasy Tactics, 1997, Square) (Ramza : Alors, qui ? Qui a enlevé Elmdor ? / Swordsman :...Gustav).
  20. Wiegraf : « Kidnapping wasn't our goal. We never stoop to such acts. You can have the Marquis, if you just let me go... Well? » (Final Fantasy Tactics, 1997, Square) (L'enlèvement n'était pas notre objectif. Nous ne nous abaissons pas à de tels actes. Vous pouvez récupérer le marquis, si vous me laissez partir... alors ?).
  21. Algus : « I said I won't send troops to save you, commoners!! » / Delita : « How dare you!! » / [...] / Algus : « Heh! Commoners are all alike. You'll never be nobles! Delita, you don't belong here! Understand, rascal!? » / Delita : « Damn you!! » (Final Fantasy Tactics, 1997, Square) (Algus : J'ai dit que je n'enverrais pas mes troupes pour vous sauver, roturiers !! / Delita : Comment oses-tu !! / [...] / Algus : Hé ! Les roturiers sont tous les mêmes. Vous ne serez jamais des nobles ! Delita, tu n'appartiens pas à ce monde ! Tu m'as compris, manant !? / Delita : Soit maudit !!).
  22. Wiegraf : « Who do you think had Gustav kidnap the Marquis? Your brother, Dycedarg! And I'm sure Zalbag knows, too! » (Final Fantasy Tactics, 1997, Square) (À ton avis, qui a demandé à Gustav d'enlever le Marquis ? Ton frère, Dycedarg ! Et je suis sûr que Zalbag est au courant aussi !).
  23. Ramza : « Lies!! A Beoulve would never do such a thing » (Final Fantasy Tactics, 1997, Square) (Mensonges !! Un Beoulve ne ferait jamais une chose pareille !).
  24. a et b (fr) Logan, « Final Fantasy Tactics: The War of the Lions - Test », sur JeuxVideo.com,‎ 3 octobre 2007 (consulté le 10 février 2008).
  25. a, b, c et d (en) Greg Kasavin, « Final Fantasy Tactics - Review », sur GameSpot,‎ 23 février 1998 (consulté le 23 février 2008).
  26. a et b (en) Esque, « Final Fantasy Tactics - Review », sur RPGFan,‎ 24 juin 1998 (consulté le 23 février 2008).
  27. a, b, c et d (en) Elizabeth Hollinger et James Ratkos, Final Fantasy Tactics: Prima's Official Strategy Guide, Prima Publishing,‎ janvier 1998, 190 p. (ISBN 0-7615-1246-2)
  28. a, b, c, d, e et f (fr) Nicolas Verlet, « Final Fantasy Tactics: The War of the Lions - Test », sur Gamekult,‎ 5 octobre 2007 (consulté le 14 février 2008).
  29. (en) « Critique of Games: Akito Inoue », sur Square Haven,‎ 27 mai 2007 (consulté le 7 février 2008).
  30. (en) Fritz Fraundorf, « Final Fantasy Tactics FAQ - Mistranslations », sur Cheat Code Central,‎ 1998 (consulté le 7 février 2008).
  31. (en) « Engrish Slang », sur Language schools,‎ 2007 (consulté le 7 février 2008).
  32. Daravon : « This was the darkened Items won't appear. » (Final Fantasy Tactics, 1997, Square).
  33. (en) « Species - Chocobo », sur Final Fantasy Compendium (consulté le 24 février 2008).
  34. (en) « Monsters - Ahriman », sur Final Fantasy Compendium (consulté le 18 février 2008).
  35. (en) « Monsters - Malboro », sur Final Fantasy Compendium (consulté le 18 février 2008).
  36. (fr) « Interview de Hitoshi Sakimoto par RocketBaby.com », sur Squaremusic,‎ avril 2001 (consulté le 10 février 2008).
  37. a et b (en) Fatigue, « Critique de Final Fantasy Tactics Original Soundtrack », sur VGM World,‎ 18 mai 2006 (consulté le 10 février 2008).
  38. (fr) Logan, « Oldies : Final Fantasy Tactics », sur JeuxVideo.com,‎ 27 août 2004 (consulté le 10 février 2008).
  39. (en) Chase Nguyen, « Final Fantasy Tactics - Review », sur AllRPG (consulté le 10 février 2008).
  40. (en) Jormungand, « Critique Final Fantasy Tactics Original Soundtrack », sur Chudah's Corner,‎ 1997 (consulté le 10 février 2008).
  41. (en) Patrick Gann, « Critique de Final Fantasy Tactics Original Soundtrack », sur RPGFan (consulté le 10 février 2008).
  42. (en) Paul Hoyak, « Critique de Final Fantasy Tactics Original Soundtrack », sur SoundtrackCentral (consulté le 10 février 2008).
  43. (en) « Final Fantasy Tactics Returns », sur IGN Entertainment,‎ 13 décembre 2006 (consulté le 11 février 2008).
  44. (en) Square Enix, « An Inside Look: Episode 2 About the Game (video) », sur GameTrailers,‎ 5 octobre 2007 (consulté le 8 juillet 2009).
  45. (en) Square Enix, « Game - New Content: New Events », sur Final Fantasy Tactics: The War of the Lions - North America Official Site,‎ 2007 (consulté le 8 juillet 2009).
  46. (en) Ricardo Torres, « Final Fantasy Tactics: The War of the Lions - Hands-On », sur GameSpot,‎ 13 mai 2007 (consulté le 14 février 2008).
  47. (en) Michael Cunningham, « Run to the Sun - Square Enix Interview », sur RPGamer,‎ 1 juin 2007 (consulté le 14 février 2008).
  48. (en) Jeremy Parish, « Final Fantasy Tactics: The War of the Lions - Review », sur 1UP.com,‎ 24 août 2007 (consulté le 14 février 2008).
  49. (en) Jem Alexander, « Final Fantasy Tactics: The War of the Lions - Review », sur PSPFanBoy,‎ 14 octobre 2007 (consulté le 14 février 2008).
  50. (fr) « Interview de Yasumi Matsuno », Joypad, Future France, no 143,‎ juillet-août 2004 (lire en ligne).
  51. (en) Craig Harris, « Final Fantasy Tactics Advance - Review », sur IGN Entertainment,‎ 5 septembre 2003 (consulté le 14 février 2008).
  52. (fr) Gregoire Hellot, « Final Fantasy Tactics Advance - Test », sur Gamekult,‎ 21 octobre 2003 (consulté le 16 février 2008).
  53. (fr) Logan, « Final Fantasy Tactics Advance - Test », sur JeuxVideo.com,‎ 24 octobre 2003 (consulté le 16 février 2008).
  54. (en) « Square Enix Announces FF Tactics for PSP and Another New FFT Game », sur RPGFan,‎ 13 décembre 2006 (consulté le 16 février 2008).
  55. a et b (en) Craig Harris, « Interview: Final Fantasy Tactics A2 », sur IGN Entertainment,‎ 16 mai 2007 (consulté le 16 février 2008).
  56. (fr) KujaFFman, « FFXII International dévoilé », sur FFWorld,‎ 9 mai 2007 (consulté le 16 février 2008).
  57. (fr) « Le Tactical-RPG », GamePlay RPG, FJM, no 49,‎ mars 2003, p. 25.
  58. (ja) Weekly Famitsu 9/12, « Sales of Games in Japan And the U.S » (consulté le 8 juillet 2009).
  59. (en) « Japan Platinum Game Chart », sur Magic Box (consulté le 16 février 2008).
  60. (en) « US Platinum Videogame Chart », sur Magic Box,‎ 27 décembre 2007 (consulté le 16 février 2008).
  61. (en) Sumire Kanzaki, « There's Something About Final Fantasy Tactics », sur RPGFan,‎ 16 juillet 2001 (consulté le 16 février 2008).
  62. (en) Marty Chinn, « Famitsu Top 120 PlayStation games », sur Gaming-Age (consulté le 10 février 2008).
  63. a, b, c et d (en) Jay Boor, « Final Fantasy Tactics - Review », sur IGN Entertainment,‎ 27 janvier 1998 (consulté le 10 février 2008).
  64. (en) « Edge en ligne : Final Fantasy Tactics », sur Edge (consulté le 10 février 2008).
  65. a et b (fr) « Test import de Final Fantasy Tactics », Joypad, Future France, no 67,‎ septembre 1997, p. 72.
  66. (en) « Fiche de Final Fantasy Tactics », sur Game Rankings (consulté le 8 juillet 2009).
  67. (en) MobyGames, « Fiche de Final Fantasy Tactics » (consulté le 8 juillet 2009).
  68. (en) Tortolia, « Final Fantasy Tactics - Review », sur RPGFan,‎ 9 avril 2000 (consulté le 28 février 2008).
  69. (en) Greg Kasavin, « Final Fantasy Tactics - Greatest Games of All Time », sur GameSpot,‎ 29 août 2003 (consulté le 28 février 2008).
  70. (en) Colin Campbell, « Famitsu - Japan Votes on All Time Top 100 », sur Next Generation,‎ 3 mars 2006 (consulté le 28 février 2008).
  71. (en) EGM Staff, « Electronic Gaming Monthly's 100 Best Games of All Time », sur Gamers.com (consulté le 28 février 2008).
  72. (en) IGN Staff, « IGN Top 100 Games 2007 », sur IGN Entertainment,‎ 2007 (consulté le 28 février 2008).
  73. (fr) Famitsu / Enterbrain, « Chart : Top 100 2007 de jeux vendus au Japon », sur AllNintendo,‎ 20 janvier 2008 (consulté le 28 février 2008).
  74. (fr) Nic007, « Chart US : Top 10 », sur JeuXPo.com,‎ 16 novembre 2007 (consulté le 2 mars 2008).
  75. (en) David Radd, « Chart Toppers: Square Enix Strategizes a Hit with Final Fantasy Tactics », sur GameDaily,‎ 5 décembre 2007 (consulté le 20 juin 2008).
  76. (en) « Final Fantasy Tactics: The War of the Lions - Chiffres de ventes US », sur VG Chartz (consulté le 24 mai 2009).
  77. (en) Danny Cowan, « Saling The World », sur Gamasutra,‎ 11 octobre 2007 (consulté le 2 mars 2008).
  78. a et b (en) Kevin VanOrd, « Final Fantasy Tactics: The War of the Lions - Review », sur GameSpot,‎ 15 octobre 2007 (consulté le 10 février 2008).
  79. a et b (en) Jeff Haynes, « Final Fantasy Tactics: The War of the Lions - Review », sur IGN Entertainment,‎ 1 octobre 2007 (consulté le 10 février 2008).
  80. a et b (fr) « Test de Final Fantasy Tactics: The War of the Lions », Joypad, Future France, no 179,‎ novembre 2007, p. 96.
  81. (en) « Fiche de Final Fantasy Tactics: The War of the Lions », sur Game Rankings (consulté le 8 juillet 2009).
  82. (en) « Fiche de Final Fantasy Tactics: The War of the Lions », sur MobyGames (consulté le 8 juillet 2009).
Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 10 mai 2008 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.