Finabel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le comité de coordination Finabel est une organisation des armées de terre de 17 États-membres de l’Union européenne ayant pour vocation le développement de l’interopérabilité entre les armées de terre des États membres.

L’adhésion est ouverte aux forces terrestres de tout état-membre de l’UE.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le comité a été créé sous l’acronyme FINBEL en octobre 1953 par les chefs d’état-major de France, d’Italie, des Pays-Bas (Nederland), de Belgique et du Luxembourg, puis est devenu Finabel avec l’arrivée de l’Allemagne en 1956. Originellement la langue officielle était le français. Dans les années 2000 l’anglais s’est imposé progressivement et est depuis 2011 la langue utilisée à tout niveau.

La mission initiale du Comité Finabel était la coopération dans les programmes d’armements. Cette mission première a rapidement évolué vers l’harmonisation des doctrines des forces terrestres.

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Les missions du comité Finabel s’inscrivent dans une perspective européenne ; sa vocation est de « promouvoir et faciliter l’interopérabilité des forces terrestres dans tout le spectre des opérations militaires, grâce à l’harmonisation des concepts, des doctrines et des procédures, tout en prenant en compte l’environnement interarmées », et de « développer une compréhension commune des problèmes de défense en recherchant la complémentarité et la coopération avec l’OTAN et les structures militaires de l’UE ».

Le Comité Finabel repose sur la recherche du consensus et l’égalité entre les États membres.

Il se concrétise par des rapports confiées à des groupes de travail, qui produisent des « études », des « accords » sur les caractéristiques militaires des matériels ou des « conventions » qui normalisent certaines procédures et glossaires afin de faciliter les échanges entre pays.

Les propositions et recommandations issues du travail de Finabel sont librement applicables par les composantes terrestres de ses états-membres.

Finabel a un statut d’association de facto, informelle, n’étant pas le résultat d’un accord intergouvernemental.

Pays membres[modifier | modifier le code]

En 2006, Finabel a décidé de s'élargir aux 27 pays de l'Union européenne. Actuellement, près de 2/3 des pays de l'Union européenne ont rejoint l'organisation Finabel.

En 2012, Finabel compte 17 pays membres[1]:

Structure[modifier | modifier le code]

Comité des chefs d'état-major des armées de terre[modifier | modifier le code]

Plus haut niveau du comité Finabel, il fixe les objectifs et les lignes directrices de l’organisation. La présidence en est assurée à tout de rôle pendant un an par chaque chef d’état-major.

Comité des experts militaires principaux (EMP)[modifier | modifier le code]

Le comité de pilotage de Finabel. Présidé par la Belgique, il analyse les décisions des chefs d’état-major., les reformule en termes de missions et les distribue aux groupes de travail. Il est composé d’officiers généraux ou supérieurs responsables de la doctrine, de la planification ou des études au sein des états-majors des composantes terrestres des pays membres.

Secrétariat permanent[modifier | modifier le code]

Seule structure permanente du comité Finabel, dirigé depuis l’origine par un colonel français, le Secrétariat Permanent est installé à Bruxelles et a pour missions principales d’organiser et préparer les réunions des chefs d’états-majors et des EMP ; de vérifier le bon fonctionnement, la coordination et l’orientation du travail des groupes de travail ; d’assurer la liaison avec les institutions internationales présentes à Bruxelles (notamment l’OTAN et l’UE), avec les organismes observateurs consultatifs ou avec toute organisation pouvant collaborer avec Finabel.

Groupes de travail (Standing Working Group/SWG et Expert Task Groups/ETG)[modifier | modifier le code]

Quatre groupes de travail permanent sont chargés par le Comité des Experts Militaires de mener des études doctrinales dans différents domaines d’intérêt pour les forces terrestres des États membres de Finabel.

Le SWG « Force Development » (FDE) rédige les concepts généraux, entreprend des études prospectives et conceptuelles afin de créer un cadre aux études à venir par les autres groupes de travail.

Le SWG « Engagement » (ENG) couvre l’engagement des troupes au sol, la protection des forces, la survivabilité des troupes en opération et l’entraînement des forces terrestres des pays membres de Finabel.
Le SWG « Knowledge » (KNO) étudie l'harmonisation et le développement de concepts nouveaux relatifs au renseignement, au contrôle, aux communications et à la technologie de l'information-numérisation-informatique (C4) dans un environnement interarmées, inter-agences et multinational.
Le SWG « Manœuvre, Operational Logistic » (MAN Ops Log) traite des questions de logistique.

Les Expert Task Groups (ETG) Les ETG sont des groupes d’étude « ad hoc », créés à l’initiative d’une nation, devant réunir au moins deux États membres de Finabel. Ils sont chargés de traiter de questions spécifiques, non-couvertes par les SWG.

Commission de coordination[modifier | modifier le code]

Elle comprend les présidents des Groupes de Travail Permanent et les assistants des Experts Militaires Principaux sous la direction du chef du Secrétariat Permanent. Elle coordonne les travaux à venir, élabore le budget et émet des propositions pour validation par le Comité des EMP

Organigramme[modifier | modifier le code]

Organigramme finabel.jpg

Emblème[modifier | modifier le code]

la réflexion au service de l'action militaire

L'emblème de Finabel inclut :

  • deux épées croisées qui représentent l'identité terrestre,
  • douze étoiles qui rappellent le lien fort qu'entretient Finabel avec l'Europe,
  • un bouclier qui symbolise la défense de la paix,
  • les deux divinités Mars et Minerve qui représentent d'une part la guerre et d'autre part les règles et l'ordre qui régissent nos démocraties.

Partenaires[modifier | modifier le code]

  • État-major de l'Union européenne (EMUE) : il accomplit des plannings stratégiques et évalue la situation lors de situations d'urgence
  • Agence européenne de défense (AED) : Elle aide les membres de l'Union européenne à développer leurs moyens de défense conformément à la politique européenne en la matière
  • Groupe aérien européen (GAE) : Il procure des moyens aux forces aériennes européennes et améliore la coordination et la collaboration entre celles-ci et les armées de terre.
  • Groupe OTAN sur l'armement des forces terrestres (NAAG): Il promeut la coopération et la normalisation par l'échange d'informations et au moyen d'activités collectives dans le domaine des armements terrestres.
  • CHENS (CHiefs of European NavieS)
  • ELDIG (European Land Defense Industry Group ; composante sectorielle terrestre de l’ASD, l’Association Européenne des Industries Aérospatiale de Défense).

L’objectif est de concerter les points de vue et d’éviter toute duplication ou contradiction avec la doctrine de l’OTAN ou les concepts définis par les structures militaires de l’UE.

Références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]