Film d'espionnage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le film d'espionnage est un genre cinématographique lié à l'espionnage de fiction, réalisé dans un traitement réaliste ou comme base fantaisiste. De nombreux romans d'espionnage ont été adaptés au cinéma, même si dans de nombreux cas (tel James Bond) le ton général des œuvres a été modifié. C'est un sous-genre du cinéma d'action.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le film d'espionnage émerge avec le cinéma muet, à la suite du théâtre d'espionnage, dans le contexte paranoïaque de la littérature d'invasion et le début de la Première Guerre mondiale. On trouve ainsi les films britanniques The German Spy Peril[1] (1914) et O.H.M.S[2] (1913)

Alfred Hitchcock popularisa ultérieurement le film d'espionnage dans les années 1930 avec ses thrillers L'Homme qui en savait trop (1934), Les 39 marches (1935), Agent secret (1936) et Une femme disparaît (1938).

La popularité des films d'espionnage est souvent considérée à son apogée durant les années 1960, quand les craintes de la Guerre froide correspondaient avec le désir des spectateurs de trouver de l'excitation et du suspense dans les films. À cette époque apparaissent d'un côté des films réalistes comme l'adaptation L'Espion qui venait du froid (1963), de l'autre côté des films fantaisistes comme la série des James Bond à partir de 1962.

Le film d'espionnage a connu un regain d'intérêt à la fin des années 1990, bien que ceux-ci furent plutôt des films d'action ou des comédies avec des éléments d'espionnage.

Films d'espionnage réalistes[modifier | modifier le code]

Films d'espionnage fantaisistes[modifier | modifier le code]

Séries
  1. La Mémoire dans la peau (The Bourne Identity) de Doug Liman (2002)
  2. La Mort dans la peau (The Bourne Supremacy) de Paul Greengrass (2004)
  3. La Vengeance dans la peau (The Bourne Ultimatum) de Paul Greengrass (2007)
  4. Jason Bourne : L'Héritage (The Bourne Legacy) de Tony Gilroy (2012)

1997 : Austin Powers, 1999 : Austin Powers 2 : L'Espion qui m'a tirée, 2002 : Austin Powers dans Goldmember

  1. Mission impossible (1996)
  2. Mission impossible 2 (2000)
  3. Mission impossible 3 (2006)
  4. Mission impossible : Protocole Fantôme (2011)
  1. Spy Kids (2001)
  2. Spy Kids 2 : Espions en Herbe (2002)
  3. Spy Kids 3 : Mission 3D (2003)
  4. Spy Kids 4: All the Time in the World (2011)
  • OSS 117 :

- Série d'André Hunebelle :

  1. OSS 117 se déchaîne (1963)
  2. Banco à Bangkok pour OSS 117 (1964)
  3. Furia à Bahia pour OSS 117 (1965)
  4. Pas de roses pour OSS 117 (1968).


- Série de Michel Hazanavicius :

  1. OSS 117 : Le Caire, nid d'espions (2006)
  2. OSS 117 : Rio ne répond plus (2009).


- Autres :

  1. OSS 117 n'est pas mort, de Jean Sacha (1957).
  2. Le Bal des espions, de Michel Clément et Umberto Scarpelli (1960).
  3. Atout cœur à Tokyo pour OSS 117, de Michel Boisrond (1966).
  4. Cinq gars pour Singapour, de Bernard Toublanc-Michel (1967).
  5. Le vicomte règle ses comptes, de Maurice Cloche (1967).
  6. OSS 117 prend des vacances, de Pierre Kalfon (1970).
  7. OSS 117 tue le taon (téléfilm), d'André Leroux (1971).


Films de science-fiction avec espionnage
Comédies

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Traduction : « Le péril de l'espion allemand »
  2. O.H.M.S. (1913)

Voir aussi[modifier | modifier le code]