Fight Club (roman)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fight Club.

Fight Club (titre original : Fight Club) est un roman de Chuck Palahniuk publié en 1996 dans lequel le héros fonde un club de combat afin d'évacuer son mal-être. Un film tiré du roman a été adapté en 1999 par David Fincher : Fight Club.

Résumé[modifier | modifier le code]

Le narrateur est un type insomniaque, jeune cadre dans une société automobile américaine, qui ne demande qu'une chose : sortir de son quotidien monotone. Au début, le narrateur incarne parfaitement le consommateur lambda de la société de consommation, garde de robe remplie de marques de luxe, appartement meublé par une panoplie de meubles suédois, avec ceci, le narrateur se considère a priori « complet ». Toutefois, Il va rencontrer Tyler Durden, avec lequel il fonde le « Fight Club » après avoir perdu son appartement, incendié en réalité par ce même Tyler Durden. Le « Fight Club » est un club de combat clandestin où des jeunes se battent pour évacuer leur malaise. Le « Fight Club » permet de s'extirper de son quotidien monotone et de revendiquer sa propre existence, en cessant d'être docile et en ressentant la douleur des coups sans avoir peur. Peu à peu, Tyler Durden crée d'autres clubs à travers les États-Unis. Il rencontre aussi Marla Singer, une toxicomane suicidaire.

Le roman critique la société de consommation, la mondialisation, les contradictions sexuelles, idéologiques et physiques. Le roman dénonce aussi l'aliénation des hommes dans une société américaine des années 1990, contraints de suivre les ordres d'un petit patron, perdant toutes possibilités de réflexion personnelle et d'initiative. Celles-ci sont tellement flagrantes que la seule solution pour les surmonter est de vivre un multiple personnality disorder (trouble de la personnalité multiple) dans laquelle l'individu joue le rôle de deux personnalités afin d'atteindre un certain équilibre psychologique.

Finalement, le roman se termine sur la destruction du système bancaire américain, dés lors que le narrateur détruit des buildings impliqués. Le roman invite donc à une remise en question du système devenu roi suite à la victoire des États-Unis face à l'URSS. Loin de prôner un quelconque système alternatif, le roman tâche plutôt de dénoncer et de mettre en exergue la nécessité d'un nouveau départ, en rupture avec le système en place.

Autres éditions[modifier | modifier le code]

Une édition accompagnée d'un épilogue est parue en 2006 (uniquement disponible en anglais).

Différences avec le film[modifier | modifier le code]

Le roman est beaucoup plus violent et décousu que le film, les ellipses et les flashbacks y sont nombreux. Aussi, la recette de la bombe a été changée pour le film.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]