Fibrose rétropéritonéale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La fibrose rétropéritonéale ou maladie d'Ormond est une maladie présentant une fibrose de l'espace situé derrière le péritoine, espace comprenant les reins, les uretères et l'aorte.

Les symptômes sont variés : lombalgies, obstructions urinaires...

Étiologie[modifier | modifier le code]

Dans 70 % des cas, la maladie est idiopathique, c'est-à-dire qu'aucune cause n'apparaît décelable, mais elle peut parfois être secondaire à des affections sévères telles que des cancers et métastases du rétro péritoine, des infections (diverticulite), des traumatismes lombaires, aux irradiations (radiothérapie), des maladies inflammatoires et à des effets secondaires de médicaments dont on peut citer les plus incriminés : méthylsergide, bêtabloquants, ergotamine, méthyldopa, etc[1]. La liste des traitements médicamenteux n'est pas exhaustive[2].

Traitement[modifier | modifier le code]

Les corticoïde améliorent les symptômes et diminuent l'obstruction sur les voies urinaires. Ils sont donnés de manière prolongée[3]. L'arrêt de ces derniers expose au risque de récidive[4].

Les immunosuppresseurs sont une alternative à la corticothérapie et doivent également être donnés de manière prolongée[5]. Le tamoxifène semble cependant moins efficace que les corticoïdes[6].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]