Maladie à virus Ebola

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Fièvre hémorragique Ebola)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne une maladie. Pour l'agent pathogène qui la provoque, voir Virus Ebola. Pour les articles homonymes, voir Ebola.
Maladie à virus Ebola
Classification et ressources externes
Ebola 1976-2014.svg
Foyers de fièvre hémorragique à virus Ebola en 1976 (bleu marine), de 1977 à 2012 (bordeaux) et en 2014 (bleu ciel)[1].
CIM-10 A98.4
CIM-9 065.8
DiseasesDB 18043
MedlinePlus 001339
eMedicine med/626 
MeSH D019142
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

La maladie à virus Ebola[2], également appelée fièvre hémorragique Ebola, est la maladie provoquée par le virus Ebola, qui touche l'Homme, les autres primates et d'autres animaux tels que le cochon. Il s'agit d'une fièvre hémorragique virale aiguë accompagnée d'une atteinte sévère de l'hémostase et du système immunitaire conduisant à une grave immunodépression[3],[4]. Présentant un tableau clinique identique à celui des affections à virus Marburg, la maladie à virus Ebola est réputée plus grave et le plus souvent mortelle chez l'homme, avec un taux de létalité atteignant parfois 90 % lors des flambées épidémiques. Ces dernières surviennent principalement dans les villages isolés d'Afrique centrale et d'Afrique de l'Ouest, à proximité des forêts de feuillus humides tropicales et subtropicales[3]. On n'a identifié aucun facteur de prédisposition à l'infection ; toutefois, les personnes de 20 à 30 ans semblent particulièrement sensibles au virus.

Il n'existe pas de vaccin ni de traitement spécifique homologué[5],[6], que ce soit pour l'homme ou pour l'animal, et la prise en charge des personnes gravement atteintes repose sur des soins palliatifs intensifs. Le virus se transmet à l'homme à partir d'animaux sauvages et circule ensuite au sein des populations humaines par contact avec les fluides corporels de personnes présentant les symptômes de la maladie (à l'issue de la période d'incubation), voire par voie entérale[7], mais pas par aérosols (voie aérienne)[8]. On pense que des chauves-souris frugivores de la famille des ptéropodidés constituent le réservoir naturel du virus Ebola[6],[9], bien que les porcs aient été également impliqués dans la transmission d'un virus de même type[10].

L'épidémie de 2014 en Afrique de l'Ouest est provoquée par le même virus que celui identifié lors de précédentes épidémies en RDC, au Congo et au Gabon[11],[12], après qu'une première étude a d'abord fait penser à une mutation de ce virus, à 97% identique à celui que l'on retrouve en République Démocratique du Congo.[13]. Elle avait provoqué au 14 septembre 2014, selon les données recueillies par l'OMS à partir des informations communiquées par les autorités des cinq pays concernés, la mort de 2304 personnes (2630 en incluant les cas suspects) sur 4528 cas probables ou confirmés (5357 en incluant les cas suspects), soit une létalité globale de 51 % (49 % en incluant les cas suspects)[14] ; l'OMS a cependant averti le 14 août que « les équipes opérant sur les sites de l'épidémie constatent des signes évidents que les données rapportées sur le nombre de cas et de morts sous-évaluent largement l'ampleur de l'épidémie »[15].

Agent infectieux[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Virus Ebola.

Comme le virus Marburg, le virus Ebola appartient à la famille des Filoviridae (filovirus), de l'ordre des Mononegavirales (mononégavirus). Il a été décrit pour la première fois en 1976 par David Finkes[18]. Les Filoviridae sont des virus à ARN de forme filamenteuse, d'où leur nom. Le génome du virus Ebola contient sept gènes qui codent neuf protéines différentes[19].

Le genre Ebolavirus regroupe cinq espèces différentes[20],[21] :

  • ebolavirus Zaïre, identifiée au Zaïre en 1976 (la souche découverte en 2014 appartient à cette espèce[22]) ;
  • ebolavirus Soudan, identifiée au Soudan en 1976 ;
  • ebolavirus Reston, identifiée dans le secteur de Reston aux États-Unis en 1983 ;
  • ebolavirus Forêt de Taï (anciennement appelée Ebola-Côte d'Ivoire), identifiée dans le parc national de Taï en Côte d'Ivoire en 1994 ;
  • ebolavirus Bundibugyo, identifiée à Bundibugyo, en Ouganda en 2008.

Les deux premières (Zaïre et Soudan) sont responsables de la quasi-totalité des cas humains[19]. Le virus philippino-américano-africain (Reston) semble être transmissible à l'homme mais sans donner de signes cliniques[23].

Le virus Ebola peut être linéaire ou ramifié, long de 0,8 à 1 μm mais pouvant atteindre 14 μm[24] par concatémérisation (formation d'une particule longue par concaténation de particules plus courtes), avec un diamètre constant de 80 nm. Il possède une capside nucléaire hélicoïdale de 20 à 30 nm de diamètre constituée de nucléoprotéines NP et VP30, elle-même enveloppée d'une matrice hélicoïdale de 40 à 50 nm de diamètre constituée de protéines VP24 et VP40 et comprenant des stries transversales de 5 nm[3]. Cet ensemble est à son tour enveloppé d'une membrane lipidique dans laquelle sont fichées des glycoprotéines GP.

Action pathogène[modifier | modifier le code]

Comme les autres filovirus, le virus Ebola attaque l'ensemble de l'organisme en y provoquant une coagulation intravasculaire disséminée (CIVD) croissante qui dégrade rapidement l'hémostase et le fonctionnement des organes vitaux[25]. L'infection vise en priorité les cellules endothéliales, les phagocytes mononucléaires — monocytes, macrophages, cellules dendritiques, mastocytes — et les hépatocytes. Elle s'accompagne par ailleurs de la rapide neutralisation de certaines populations de lymphocytes T par un effet superantigène[26].

L'entrée du virus dans les cellules repose sur la protéine NPC1[27],[28], codée par un gène en 18q11 dont la mutation provoque la maladie de Niemann-Pick type C, une maladie lysosomale caractérisée par l'accumulation de cholestérol non estérifié et de glycolipides dans les lysosomes. Dans les cellules normales, la protéine NPC1 agit avec la protéine NPC2 pour transporter les grosses molécules hydrophobes à travers le système endosome-lysosome ; il a été observé que, lorsque cette protéine n'est pas fonctionnelle, ni le virus Ebola ni le virus Marburg ne peuvent entrer dans la cellule, cette dernière demeurant donc indemne malgré la présence des virus dans son environnement. Une étude complémentaire a montré que le deuxième domaine lysosomal de la protéine NPC1 se lie directement à la glycoprotéine de l'enveloppe virale de ces virus[29].

Une fois le virus dans la cellule, il sécrète la glycoprotéine soluble sGP et la glycoprotéine structurelle GP. La réplication du virus sature la synthèse des protéines dans les cellules infectées et notamment celles du système immunitaire de l'hôte. La glycoprotéine GP forme un complexe trimérique liant le virus aux cellules endothéliales qui tapissent l'intérieur des vaisseaux sanguins, tandis que la glycoprotéine sécrétée sGP forme un dimère qui interfère avec les granulocytes neutrophiles, un type de leucocytes, permettant au virus d'échapper au système immunitaire de l'hôte par inactivation précoce des neutrophiles. Ces leucocytes inactivés servent alors de transporteurs du virus à travers l'ensemble de l'organisme pour notamment contaminer les ganglions lymphatiques, le foie, les poumons et la rate[30]. La présence des particules virales et les dommages causées aux cellules par leur éclosion provoquent la libération de cytokinesTNFα, IL-6, IL-8, etc. — qui sont les molécules de signalisation cellulaire provoquant fièvre et inflammation. L'atteinte des cellules épithéliales par effet cytopathique conduit à la perte de l'intégrité vasculaire, aggravée d'une part par la glycoprotéine virale qui réduit l'efficacité des intégrines responsables de l'adhérence des cellules au sein des structures intercellulaires, et d'autre part par les atteintes hépatiques, responsables de la coagulopathie[31].

Symptômes et évolution[modifier | modifier le code]

Les premiers signes de la maladie apparaissent au bout d'une incubation de deux jours à trois semaines, le plus souvent entre 4 et 9 jours[32]. Il s'agit de symptômes non spécifiques rappelant ceux de la grippe : fièvre soudaine, asthénie, myalgie, arthralgie, céphalée, diarrhée, vomissements et douleurs abdominales soudaines[33]. D'autres symptômes initiaux peuvent parfois accompagner ce tableau : conjonctivite, irritation de la gorge, exanthème, insuffisance rénale et insuffisance hépato-cellulaire, avec éventuellement, dès le début de l'affection, état de choc, œdème cérébral, coagulopathie et infection bactérienne secondaire[34]. À ce stade, des hémorragies internes et externes peuvent déjà être observées chez certains patients.

Les symptômes hémorragiques apparaissent généralement quatre à cinq jours après l'infection, comprenant pharyngite, ulcérations buccales et labiales, saignement des gencives et des yeux (conjonctivite hémorragique), et rejets de sang par la bouche (hématémèse), le nez (épistaxis), l'anus (méléna), l'urine (hématurie) ainsi que par saignements vaginaux[35]. On peut également observer des lésions hépatiques, une augmentation du taux sérique de transaminases, une insuffisance médullaire — baisse de la numération leucocytaire (leucopénie) et plaquettaire (thrombopénie) — et une protéinurie.

En phase terminale de la maladie, on observe habituellement normothermie (absence de fièvre), obnubilation, anurie, état de choc, tachypnée, arthralgie et atteinte oculaire. La coagulopathie est souvent accompagnée d'insuffisance rénale, de lésions hépatiques, d'une atteinte du système nerveux central et d'un choc terminal avec défaillance polyviscérale entraînant la mort.

Le virus peut également se manifester sous forme d'une virose aiguë accompagnée de malaise et d'une éruption maculo-papuleuse (en). Les femmes enceintes perdent généralement leur fœtus avec des saignements abondants. Le taux de létalité évolue entre 50 % et 100 %, la plupart des morts résultant dans ce cas de la déshydratation consécutive aux atteintes gastriques[32].

Les sujets touchés par le virus demeurent contagieux tant que le virion est présent dans leur sang, leurs sécrétions, leurs organes et leur sperme ; le virus Ebola a été observé dans le liquide séminal 61 jours après l'apparition des symptômes de la maladie, et une transmission par le sperme a pu avoir lieu sept semaines après le rétablissement clinique du patient.

Le mode d'exposition au virus semble influer sur la sévérité et la rapidité d'évolution de la maladie. Ainsi, lors de l'épidémie de 1976 au Zaïre, déclenchée au Yambuku Mission Hospital (YMH) par la réutilisation d'aiguilles de seringues contaminées par un patient à qui l'on avait injecté de la chloroquine pour traiter ce qu'on pensait être une crise de paludisme[36], la durée moyenne d'incubation était de 6,3 jours en cas de contamination par injection contre 9,5 jours en cas de contamination par contact, lorsque le mode de contamination avait pu être déterminé. De plus, le taux de létalité s'établissait respectivement à 100 % (85 morts sur 85 patients) et 80 % (119 morts sur 149 patients)[19].

Enfin, il convient de noter que certains individus infectés par le virus Ebola demeurent asymptomatiques[37] ; la cause de cette absence de manifestation pathologique chez ces personnes n'est pas connue.

Diagnostic[modifier | modifier le code]

Le diagnostic différentiel d'une maladie à virus Ebola doit être évalué par rapport au paludisme, la fièvre typhoïde, la shigellose, le choléra, la leptospirose, la peste bubonique, la rickettsiose, la fièvre récurrente, la méningite, une hépatite et d'autres fièvres hémorragiques virales[2] (fièvre de Lassa, fièvre hémorragique à syndrome rénal (FHSR), fièvre Congo-Crimée, etc.).

Le diagnostic d'une maladie à virus Ebola peut être établi notamment par titrage immunoenzymatique (ELISA) afin de détecter les anticorps anti-Ebola ou les antigènes viraux[35], par amplification génique précédée d'une transcription inverse (RT-PCR) afin de détecter l'ADN dérivé de l'ARN viral, par microscopie immunoélectronique afin d'observer les particules virales dans les tissus et les cellules, et par immunofluorescence indirecte afin de détecter les anticorps antiviraux[35],[38].

Les échantillons prélevés sur de tels patients représentent un risque biologique extrême et ne doivent être analysés que dans le cadre d'un confinement adapté en conséquence.

Prise en charge et prévention[modifier | modifier le code]

Salle d'isolement d'un hôpital à Gulu, en Ouganda, lors de l'épidémie d'octobre 2000.

Il n'existe pas de traitement homologué contre la maladie à virus Ebola[5],[6]. La prise en charge des cas graves consiste en des soins palliatifs intensifs destinés à maintenir la fonction rénale et l'équilibre électrolytique tout en limitant les hémorragies et l'état de choc[7]. La nature particulièrement infectieuse et contagieuse de l'agent pathogène implique de prendre d'emblée les mesures prophylactiques appropriées, d'abord par l'instauration d'une zone de quarantaine autour des régions sujettes à des flambées épidémiques, puis au sein des centres de soin afin de limiter les contaminations nosocomiales et la transmission aux personnels soignants. La manipulation du virus est réglementée et ne doit être entreprise qu'au sein de laboratoires P4, ou BSL-4, conçus pour prévenir les risques de contamination.

Survie du virus hors d'un hôte[modifier | modifier le code]

Le virus Ebola peut survivre hors d'un hôte et demeurer infectieux pendant plusieurs jours à température ambiante ou à °C[5], aussi bien dans un liquide que sur une matière sèche. Il peut demeurer infectieux sur une période indéterminée à −70 °C ainsi que par lyophilisation. Il peut être inactivé par chauffage à 60 °C pendant 30 à 60 minutes, par ébullition pendant 5 minutes ou par exposition aux rayons γ[39] ou ultraviolets[3],[40]. Il est sensible à certains agents chimiques tels que les détergents comme le laurylsulfate de sodium, le paraformaldéhyde, le formaldéhyde, l'acide acétique à 3 % (pH 2,5), l'acide peracétique, la β-propiolactone, le Triton X-100 à 0,25 %, le glutaraldéhyde 2 %, le désoxycholate de sodium, l'éther diéthylique, le méthanol, les désinfectants phénoliques, les solvants lipidiques et l'hypochlorite de sodium (eau de Javel)[38],[40],[41],[42].

Prévention en milieu hospitalier[modifier | modifier le code]

Les symptômes initiaux d'une maladie à virus Ebola n'étant pas spécifiques, il n'est pas toujours possible d'identifier rapidement les patients qui en sont atteints. C'est la raison pour laquelle les personnels soignants doivent appliquer en permanence les précautions d'usage à tous les patients, et ce indépendamment du diagnostic[2] :

En présence d'une infection à virus Ebola suspectée ou confirmée, les personnels soignants doivent de surcroît éviter tout contact avec le sang ou les fluides biologiques du patient et toute exposition directe à l'environnement susceptible d'être contaminé. Les contacts rapprochés — à moins d'un mètre — avec ces patients requièrent le port d'une protection faciale (masque chirurgical et lunettes de protection), d'une blouse à manches longues et de gants.

Le Conseil Supérieur de la Santé belge a publié en 2014 un document[43] dans lequel il définit, pour les hôpitaux belges, la prise en charge des patients chez qui une infection par le virus Ebola ou le virus Marburg est envisagée, suspectée ou confirmée.

Déclenchement des épidémies[modifier | modifier le code]

Le déclenchement des épidémies n'est pas entièrement compris. Si les chauves-souris frugivores de la famille des ptéropodidés constituent vraisemblablement le réservoir naturel du virus Ebola[6],[9], on a retrouvé des éléments génétiques de filovirus dans le génome de certains petits rongeurs, de chauves-souris insectivores, de musaraignes, de tenrecidés voire de marsupiaux[44], ce qui tendrait à prouver une interaction de plusieurs dizaines de millions d'années entre ces animaux et les filovirus. La contamination des primates à partir de ces animaux pourrait survenir par contact ou par consommation d'aliments souillés, et la contamination de l'homme pourrait elle-même résulter de contacts avec des primates contaminés ou par des animaux porteurs du virus[7]. La consommation de viande de brousse est en particulier suspectée, notamment par le simple fait de devoir entrer en contact avec les animaux chassés avant de les consommer.

Transmission interhumaine[modifier | modifier le code]

Au cours d'une épidémie à virus Ebola, la maladie se transmet entre humains avant tout par contact direct avec les fluides biologiques et les tissus organiques issus de patients présentant les symptômes de la maladie à un stade avancé ou par contacts directs avec les dépouilles[7],[45],[46]. Le rôle de la transmission par voie aérienne (aérosols) dans la diffusion interhumaine du virus a été étudié intensivement depuis des décennies[47], notamment pour évaluer les risques liés au bioterrorisme dans la mesure où une à dix particules virales aérosolisées suffiraient à contaminer un humain[38]. Ce mode de transmission n'a cependant jamais pu être mis en évidence au cours d'une épidémie[8], bien que des expériences en laboratoire sur des primates non humains indiquent que ce mode de contamination existe[48] dans les conditions expérimentales très particulières de ces études.

Ainsi, seule la transmission par contact direct avec la matière organique provenant d'un animal contaminé ou d'une personne présentant les symptômes de la maladie a été observée dans le milieu naturel.

Recherches de traitements[modifier | modifier le code]

Scientifique travaillant sur le virus Ebola dans un laboratoire P4.

L'élaboration d'un traitement contre cette maladie fait l'objet de recherches actives, motivées notamment par les risques d'une utilisation du virus Ebola à des fins de bioterrorisme. Les pistes sont variées et souvent prometteuses sur les modèles animaux, mais demeurent encore au stade expérimental et peu d'entre elles ont atteint le stade d'essai clinique sur des patients humains. La difficulté majeure, outre le fait de concevoir des traitements et des protections qui soient efficaces sans effets indésirables rédhibitoires, réside dans la nécessité de développer des molécules qui soient transportables et stockables sur les zones d'épidémies, essentiellement en Afrique équatoriale ; cette problématique concerne notamment les traitements envisagés à base d'acides nucléiques, tels que les petits ARN interférents, qui sont des molécules fragiles.

  • Deux études publiées au printemps 2014[49],[50] ont indiqué qu'un antiviral, le favipiravir, un inhibiteur de l'ARN polymérase ARN-dépendante développé contre divers virus à ARN et notamment celui de la grippe, s'est montré efficace sur des souris, et ce même lorsqu'il était administré six jour après l'exposition de ces rongeurs au virus Ebola. Développé par la société japonaise Toyama Chemical, filiale de Fujifilm basée à Tokyo, il fait partie des traitements envisageables pour agir contre l'épidémie sévissant en Afrique de l'Ouest[51].
  • Une étude publiée en 2013[52] a souligné l'intérêt d'un vaccin protégeant à la fois contre la rage et contre la maladie à virus Ebola développé conjointement par le NIAID (en) et l'université Thomas Jefferson à Philadelphie, dans la mesure où cette approche est susceptible de traiter à la fois les victimes humaines et le réservoir animal du virus Ebola[53].
  • Un mélange de trois anticorps monoclonaux anti-Ebola chimériques de souris et d'homme (anticorps c13C6, h-13F6, et c6D8) produits dans des cellules CHO (cellules d'ovaires de hamsters de Chine) et de Nicotiana benthamiana (une espèce de tabac) a été testé en 2012 avec de bons résultats sur des macaques rhésus[54]. Baptisé « ZMapp », ce cocktail, développé par la société californienne Mapp Biopharmaceutical basée à San Diego, a été administré pour la première fois à un humain le 31 juillet 2014 au Liberia pour traiter Kent Brantly, un médecin américain travaillant pour l'organisation caritative chrétienne Samaritan's Purse qui avait développé les symptômes de la maladie depuis le 22 juillet[55] ; sa consœur Nancy Writebol, également contaminée par le virus Ebola, a quant à elle reçu deux doses de ce traitement expérimental les 3 et 4 août. Les deux Américains ont été rapatriés les jours suivants à l'Emory University Hospital d'Atlanta pour être suivis en relation avec les CDC. Suite à la couverture médiatique internationale offerte à ce traitement, des voies se sont élevées pour en réclamer l'utilisation à plus large échelle[56], poussant les autorités américaines à en autoriser l'utilisation au Liberia le 11 août[57] alors que Barack Obama avait indiqué quatre jours plus tôt que cette option était prématurée[58] ; l'OMS autorisa le 12 août l'utilisation de médicaments expérimentaux dans le cadre de cette épidémie sous certaines conditions[59], ouvrant la voie à une compétition entre firmes pharmaceutiques sur ce nouveau marché[60]. Les deux patients américains traité au « ZMapp » purent quitter l'hôpital guéris le 21 août[61], tandis que le prêtre espagnol Miguel Pajares, âgé de 75 ans, qui avait également reçu ce traitement expérimental, mourait le 12 août à l'hôpital Carlos III de Madrid[62], où il avait été rapatrié cinq jours plus tôt du Liberia, pays dans lequel il avait contracté la maladie en effectuant une mission pour le compte d'une ONG.
  • Une étude a montré en 2010 l'intérêt de petits ARN interférents pour limiter l'expression de l'ARN polymérase ARN-dépendante du virus Ebola[64] en administrant des ARN interférents ciblant cette enzyme ainsi que les protéines virales VP24 et VP35 à quatre macaques rhésus pendant sept jours consécutifs suivant leur exposition au virus : ils ont tous les quatre été protégés de l'évolution létale de la maladie. Baptisé « TKM-Ebola », ce traitement expérimental, développé par la société canadienne Tekmira Pharmaceuticals[65] basée à Vancouver, était le seul à avoir été testé sur des humains au commencement de l'épidémie de 2014 et a fait l'objet, de la part de la FDA américaine, d'une levée partielle de la suspension des essais cliniques le 7 août[66], permettant son utilisation éventuelle comme traitement dans le cadre de l'épidémie sévissant en Afrique de l'Ouest[67].
  • D'autres études, publiées en 2010[68] et en 2006[69], ont montré l'intérêt de vaccins conçus à partir d'adénovirus affectant des chimpanzés dans le matériel génétique desquels des gènes du virus Ebola ont été insérés. Le groupe britannique GlaxoSmithKline, qui avait acquis cette technologie grâce au rachat en 2013 de la société helvétique Okairos basée à Bâle et spécialisée dans les vaccins ciblant les lymphocytes T, a annoncé le 10 août[70] son intention de commercialiser un vaccin sur ce principe dès 2015[71].

Histoire[modifier | modifier le code]

Deux infirmières devant Mayinga N. en 1976 au Zaïre, morte à Kinshasa en octobre 1976 des suites de la fièvre hémorragique Ebola[76]. Mayinga a donné son nom à la souche virale identifiée dans son sang.

Les deux premières épidémies recensées par l'OMS ont eu lieu en 1976, au Soudan (151 morts pour 284 cas[77]) et au Zaïre (280 décès pour 318 cas). Un cas mortel est identifié au Zaïre en 1977. De nouvelles contaminations surviennent au Soudan en 1979 : 22 décès pour 34 cas. En 1989, une épidémie touche les singes d'une animalerie de Reston, États-Unis. Elle ne fait aucune victime humaine. Le même type d'épidémie est observé en 1992 en Italie, et en 1996 aux États-Unis.

D'autres contaminations humaines massives surviennent dans les années 1990, en 1994 au Gabon (31 décès pour 52 cas) et en Côte d'Ivoire (un cas, non mortel), en 1995 au Zaïre (254 décès pour 315 cas), en 1996 au Gabon (deux épidémies successives, causant respectivement 21 décès pour 31 cas, de janvier à avril, et 45 décès pour 60 cas, de juillet à décembre). Une infirmière ayant soigné des malades atteints au Gabon meurt de fièvre hémorragique Ebola en Afrique du Sud, la même année.

En 2000, le virus touche pour la première fois l'Ouganda (224 décès pour 425 cas) ; il y revient en 2007 dans la région du lac Albert (37 morts pour 149 cas, soit un taux de mortalité inhabituellement bas de 25 %, peut-être en raison d'une souche moins virulente), 2011 (1 cas mortel, à 35 km de la capitale[78]), 2012 (dans le district de Kibale, dans l'ouest du pays : 17 morts pour 24 cas[79]) et 2013 (4 morts pour 7 cas). Une épidémie touche de nouveau le Gabon en 2001-2002 (53 décès pour 65 cas), ainsi que la République du Congo voisine (44 décès pour 59 cas en 2001-2002, 128 décès pour 143 cas de janvier à avril 2003, 29 décès pour 35 cas en novembre-décembre 2003, 10 décès pour 12 cas en 2005). La République démocratique du Congo est également touchée en 2007 (187 morts pour 264 cas), 2008 (dans le Kasaï-Occidental, 14 décès pour 32 cas) et 2012 (dans la Province orientale, 29 décès pour 54 cas).

Début 2014, l'Afrique de l'Ouest est le théâtre de l'épidémie de maladie à virus Ebola la plus meurtrière depuis la découverte des premiers cas en 1976[80],[81]. D'abord localisée dans le sud de la Guinée, notamment dans les préfectures de Gueckédou[82], Macenta et Kissidougou, l'épidémie se propage rapidement au Liberia puis dans un deuxième temps à la Sierra Leone[83][84]. Des cas de maladie à virus Ebola survenus en Sierra Leone lors d'une épidémie de fièvre de Lassa entre 2006 et 2008 et identifiés montrent que le virus était déjà présent dans la région[85]. En juillet 2014, un décès lié au virus survient au Nigéria, il s'agit d'un homme en provenance du Liberia et mort peu après son débarquement à l'aéroport de Lagos[86]. Au 26 juillet 2014, on dénombrait 660 décès pour plus de 1 100 cas de fièvre hémorragique[86].

Le 27 juillet 2014, l'OMS fait état de « chaînes de transmission non détectées » à la suite d'une recrudescence de nouveaux cas en Guinée après plusieurs semaines de faible activité virale[87].

Le 6 août, l'OMS diffuse un nouveau bilan de l'épidémie de fièvre hémorragique faisant état de 932 décès en Afrique de l'Ouest[88].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) La mappa dell’epidemia di ebola, Internazionale, 4 avril 2014
  2. a, b et c Maladie à virus Ebola sur le site de l'OMS, avril 2014.
  3. a, b, c et d (en) Milanga Mwanatambwe, Nobutaka Yamada, Satoru Arai, Masumi Shimizu, Kazuhiro Shichinohe et Goro Asano, « Ebola Hemorrhagic Fever (EHF): Mechanism of Transmission and Pathogenicity », Journal of Nippon Medical School, vol. 68, no 5,‎ octobre 2001, p. 370-375 (PMID 11598619, DOI 10.1272/jnms.68.370, lire en ligne)
  4. (en) Brian H. Harcourt, Anthony Sanchez et Margaret K. Offermann, « Ebola Virus Selectively Inhibits Responses to Interferons, but Not to Interleukin-1β, in Endothelial Cells », Journal of Virology, vol. 73, no 4,‎ avril 1999, p. 3491-3496 (PMID 10074208, PMCID 104118, lire en ligne)
  5. a, b et c (en) Eric M. Leroy, Pierre Rouquet, Pierre Formenty, Sandrine Souquière, Annelisa Kilbourne, Jean-Marc Froment, Magdalena Bermejo, Sheilag Smit, William Karesh, Robert Swanepoel, Sherif R. Zaki et Pierre E. Rollin, « Multiple Ebola Virus Transmission Events and Rapid Decline of Central African Wildlife », Science, vol. 303, no 5656,‎ 16 janvier 2004, p. 387-390 (PMID 14726594, DOI 10.1126/science.1092528, lire en ligne)
  6. a, b, c et d (en) Eric M. Leroy, Brice Kumulungui, Xavier Pourrut, Pierre Rouquet, Alexandre Hassanin, Philippe Yaba, André Délicat, Janusz T. Paweska, Jean-Paul Gonzalez et Robert Swanepoel, « Fruit bats as reservoirs of Ebola virus », Brief Communications, vol. 438, no 7068,‎ 1er décembre 2005, p. 575-576 (PMID 16319873, DOI 10.1038/438575a, Bibcode 2005Natur.438..575L, lire en ligne)
  7. a, b, c et d (en) Daniel G. Bausch, A.G. Sprecher, Benjamin Jeffs et Paul Boumandouki, « Treatment of Marburg and Ebola hemorrhagic fevers: A strategy for testing new drugs and vaccines under outbreak conditions », Antiviral Research, vol. 78, no 1,‎ avril 2008, p. 150-161 (PMID 18336927, DOI 10.1016/j.antiviral.2008.01.152, lire en ligne)
  8. a et b (en) Scott F. Dowell, Rose Mukunu, Thomas G. Ksiazek, Ali S. Khan, Pierre E. Rollin et C. J. Peters, « Transmission of Ebola Hemorrhagic Fever: A Study of Risk Factors in Family Members, Kikwit, Democratic Republic of the Congo, 1995 », Journal of Infectious Diseases, vol. 179, no Supplément 1,‎ février 1999, S87-S91 (PMID 9988169, DOI 10.1086/514284, lire en ligne)
  9. a et b (en) Herwig Leirs, James N. Mills, John W. Krebs, James E. Childs, Dudu Akaibe, Neal Woollen, George Ludwig, Clarence J. Peters, Thomas G. Ksiazek et al., « Search for the Ebola Virus Reservoir in Kikwit, Democratic Republic of the Congo: Reflections on a Vertebrate Collection », Journal of Infectious Diseases, vol. 179, no Suppl. 1,‎ février 1999, S155-S163 (PMID 9988179, DOI 10.1086/514299, lire en ligne)
  10. (en) Hana M. Weingart, Carissa Embury-Hyatt, Charles Nfon, Anders Leung, Greg Smith, et Gary Kobinger, « Transmission of Ebola virus from pigs to non-human primates », Scientific Reports, vol. 2,‎ 15 novembre 2012, p. 811 (PMID 23155478, PMCID 3498927, DOI 10.1038/srep00811, lire en ligne)
  11. (en) Gytis Dudas et Andrew Rambaut, « Phylogenetic Analysis of Guinea 2014 EBOV Ebolavirus Outbreak », PLoS Currents, vol. 6,‎ 2 mai 2014 (PMID 24860690, PMCID 4024086, DOI 10.1371/currents.outbreaks.84eefe5ce43ec9dc0bf0670f7b8b417d, lire en ligne)
  12. (en) Sébastien Calvignac-Spencer, Jakob M. Schulze, Franziska Zickmann et Bernhard Y. Renard, « Clock Rooting Further Demonstrates that Guinea 2014 EBOV is a Member of the Zaïre Lineage », PLoS Currents,‎ 16 juin 2014 (DOI 10.1371/currents.outbreaks.c0e035c86d721668a6ad7353f7f6fe86, lire en ligne)
  13. (en) Sylvain Baize, Delphine Pannetier, Lisa Oestereich, Toni Rieger, Lamine Koivogui, N'Faly Magassouba, Barrè Soropogui, Mamadou Saliou Sow, Sakoba Keïta, Hilde De Clerck, Amanda Tiffany, Gemma Dominguez, Mathieu Loua, Alexis Traoré, Moussa Kolié, Emmanuel Roland Malano, Emmanuel Heleze, Anne Bocquin, Stephane Mély, Hervé Raoul, Valérie Caro, Dániel Cadar, Martin Gabriel, Meike Pahlmann, Dennis Tappe, Jonas Schmidt-Chanasit, Benido Impouma, Abdoul Karim Diallo, Pierre Formenty, Michel Van Herp et Stephan Günther, « Emergence of Zaire Ebola Virus Disease in Guinea — Preliminary Report », The New England Journal of Medicine,‎ 2014 (PMID 24738640, DOI 10.1056/NEJMoa1404505, lire en ligne)
  14. (en) WHO: Ebola Response Roadmap Situation Report publié le 18 septembre 2014 sur le site de suivi de l'épidémie de l'Organisation mondiale de la santé.
  15. (en) « WHO Ebola news », Global Alert and Response (GAR), sur OMS,‎ 14 août 2014 (consulté le 16 août 2014) :

    « Staff at the outbreak sites see evidence that the numbers of reported cases and deaths vastly underestimate the magnitude of the outbreak. »

  16. (en) Microscopie électronique en transmission d'un virus Ebola sur le site des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies aux États-Unis.
  17. (en) « Charting the Path of the Deadly Ebola Virus in Central Africa », PLoS Biology, vol. 3, no 11,‎ 25 octobre 2005, e403 (DOI 10.1371/journal.pbio.0030403, lire en ligne)
  18. (en) Pattyn S, Jacob W, van der Groen G, Piot P, Courteille G. « Isolation of Marburg-like virus from a case of haemorrhagic fever in Zaire » Lancet 1977;309 (8011): 573–4. PMID 65663.
  19. a, b et c (en) Heinz Feldmann et Thomas W. Geisbert, « Ebola haemorrhagic fever », The Lancet, vol. 377, no 9768,‎ 5 mars 2011, p. 849-862 (PMID 21084112, PMCID 3406178, DOI 10.1016/S0140-6736(10)60667-8, lire en ligne)
  20. (en) Jens H. Kuhn, Stephan Becker, Hideki Ebihara, Thomas W. Geisbert, Karl M. Johnson, Yoshihiro Kawaoka, W. Ian Lipkin, Ana I. Negredo, Sergey V. Netesov, Stuart T. Nichol, Gustavo Palacios, Clarence J. Peters, Antonio Tenorio, Viktor E. Volchkov et Peter B. Jahrling, « Proposal for a revised taxonomy of the family Filoviridae: classification, names of taxa and viruses, and virus abbreviations », Archives of Virology, vol. 155, no 12,‎ décembre 2010, p. 2083-2103 (PMID 21046175, PMCID 3074192, DOI 10.1007/s00705-010-0814-x, lire en ligne)
  21. OMS, Maladie à virus Ebola
  22. (en) Sylvain Baize, Delphine Pannetier, Lisa Oestereich, Toni Rieger, Lamine Koivogui, N'Faly Magassouba, Barrè Soropogui, Mamadou Saliou Sow, Sakoba Keïta, Hilde De Clerck, Amanda Tiffany, Gemma Dominguez, Mathieu Loua, Moussa Kolié, Emmanuel Roland Malano, Emmanuel Heleze, Anne Bocquin, Stephane Mély, Hervé Raoul, Valérie Caro, Dániel Cadar, Martin Gabriel, Meike Pahlmann, Dennis Tappe, Jonas Schmidt-Chanasit, Benido Impouma, Abdoul Karim Diallo, Pierre Formenty, Michel Van Herp et Stephan Günther, « Emergence of Zaire Ebola Virus Disease in Guinea - Preliminary Report », N Engl J Med, vol. [prépublication électronique],‎ 16 avril 2014 (PMID 24738640, DOI 10.1056/NEJMoa1404505, lire en ligne [html]) modifier
  23. (en) Miranda ME, Ksiazek TG, Retuya TJ. et al. « Epidemiology of Ebola (subtype Reston) virus in Philippines, 1996 » J Infect Dis. 1999;179(suppl 1):S115-S119
  24. (en) T. W. Geisbert et P.B. Jahrling, « Differentiation of filoviruses by electron microscopy », Virus Research, vol. 39, no 2-3,‎ décembre 1995, p. 129-150 (PMID 8837880, DOI 10.1016/0168-1702(95)00080-1, lire en ligne)
  25. (en) Thomas W. Geisbert, Howard A. Young, Peter B. Jahrling, Kelly J. Davis, Elliott Kagan et Lisa E. Hensley, « Mechanisms Underlying Coagulation Abnormalities in Ebola Hemorrhagic Fever: Overexpression of Tissue Factor in Primate Monocytes/Macrophages Is a Key Event », Journal of Infectious Diseases, vol. 188, no 11,‎ décembre 2003, p. 1618-1629 (PMID 14639531, DOI 10.1086/379724, lire en ligne)
  26. (en) Eric M. Leroy, Pierre Becquart, Nadia Wauquier et Sylvain Baize, « Evidence for Ebola Virus Superantigen Activity », Journal of Virology, vol. 85, no 8,‎ avril 2011, p. 4041-4042 (PMID 21307193, PMCID 3126126, DOI 10.1128/JVI.00181-11, lire en ligne)
  27. (en) Jan E. Carette, Matthijs Raaben, Anthony C. Wong, Andrew S. Herbert, Gregor Obernosterer, Nirupama Mulherkar, Ana I. Kuehne, Philip J. Kranzusch, April M. Griffin, Gordon Ruthel, Paola Dal Cin, John M. Dye, Sean P. Whelan, Kartik Chandran et Thijn R. Brummelkamp, « Ebola virus entry requires the cholesterol transporter Niemann–Pick C1 », Nature, vol. 477, no 7364,‎ 24 août 2011, p. 340-343 (PMID 21866103, PMCID 3175325, DOI 10.1038/nature10348, Bibcode 2011Natur.477..340C, lire en ligne)
  28. (en) Marceline Côté, John Misasi, Tao Ren, Anna Bruchez, Kyungae Lee, Claire Marie Filone, Lisa Hensley, Qi Li, Daniel Ory, Kartik Chandran et James Cunningham, « Small molecule inhibitors reveal Niemann–Pick C1 is essential for Ebola virus infection », Nature, vol. 477, no 7364,‎ 24 août 2011, p. 344-348 (PMID 21866101, PMCID 3230319, DOI 10.1038/nature10380, Bibcode 2011Natur.477..344C, lire en ligne)
  29. (en) Emily Happy Miller, Gregor Obernosterer, Matthijs Raaben, Andrew S. Herbert, Maika S. Deffieu, Anuja Krishnan, Esther Ndungo, Rohini G. Sandesara, Jan E. Carette, Ana I. Kuehne, Gordon Ruthel, Suzanne R. Pfeffer, John M. Dye, Sean P. Whelan, Thijn R. Brummelkamp et Kartik Chandran, « Ebola virus entry requires the host-programmed recognition of an intracellular receptor », The EMBO Journal, vol. 31, no 8,‎ 18 avril 2012, p. 1947-1960 (PMID 22395071, PMCID 3343336, DOI 10.1038/emboj.2012.53, lire en ligne)
  30. (en) (en) Smith, Tara, Ebola (Deadly Diseases and Epidemics), Chelsea House Publications,‎ 2005 (ISBN 0-7910-8505-8)
  31. (en) Nancy Sullivan, Zhi-Yong Yang et Gary J. Nabel, « Ebola Virus Pathogenesis: Implications for Vaccines and Therapies », Journal of Virology, vol. 77, no 18,‎ septembre 2003, p. 9733-9737 (PMID 12941881, PMCID 224575, DOI 10.1128/JVI.77.18.9733-9737.2003, lire en ligne)
  32. a et b (en) Adrian M. Casillas, Adeline M. Nyamathi, Anthony Sosa, Cam L. Wilder et Heather Sands, « A Current Review of Ebola Virus: Pathogenesis, Clinical Presentation, and Diagnostic Assessment », Biological Research for Nursing, vol. 4, no 4,‎ avril 2003, p. 268-275 (PMID 12698919, DOI 10.1177/1099800403252603, lire en ligne)
  33. (en) Mpia A. Bwaka, Marie-José Bonnet, Philippe Calain, Robert Colebunders, Ann De Roo, Yves Guimard, Kasongo R. Katwiki, Kapay Kibadi, Mungala A. Kipasa, Kivudi J. Kuvula, Bwas B. Mapanda, Matondo Massamba, Kibadi D. Mupapa, Jean-Jacques Muyembe-Tamfum, Edouard Ndaberey, Clarence J. Peters, Pierre E. Rollin et Erwin Van den Enden, « Ebola Hemorrhagic Fever in Kikwit, Democratic Republic of the Congo: Clinical Observations in 103 Patients », Journal of Infectious Diseases, vol. 179, no Suppl. 1,‎ février 1999, S1-S7 (PMID 9988155, DOI 10.1086/514308)
  34. (en) Heinz Feldmann, « Are we any closer to combating Ebola infections? », The Lancet, vol. 375, no 9729,‎ 19 mai 2010, p. 1850-1852 (PMID 20511001, PMCID 3398603, DOI 10.1016/S0140-6736(10)60597-1, lire en ligne)
  35. a, b et c (en) Raymond A. Zilinskas, Biological Warfare: Modern Offense and Defense (ISBN 978-1-55587-761-3, lire en ligne)
  36. (en) Ebola Zaire Outbreaks sur le site de virologie humaine à l'université Stanford.
  37. (en) E. M. Leroy, S. Baize, V. E. Volchkov, S. P. Fisher-Hoch, M.-C. Georges-Courbot, J. Lansoud-Soukate, M. Capron, P. Debré, J. B. McCormick et A. J. Georges, « Human asymptomatic Ebola infection and strong inflammatory response », The Lancet, vol. 355, no 9222,‎ 24 juin 2000, p. 2210-2215 (PMID 10881895, DOI 10.1016/S0140-6736(00)02405-3, lire en ligne)
  38. a, b et c (en) David R. Franz, Peter B. Jahrling, Arthur M. Friedlander, David J. McClain, David L. Hoover, W. Russell Bryne, Julie A. Pavlin, George W. Christopher et Edward M. Eitzen Jr, « Clinical Recognition and Management of Patients Exposed to Biological Warfare Agents », JAMA : the Journal of the American Medical Association, vol. 278, no 5,‎ 6 août 1997, p. 399-411 (PMID 9244332, DOI 10.1001/jama.1997.03550050061035, lire en ligne)
  39. (en) L. H. Elliott, J. B. McCormick et K. M. Johnson, « Inactivation of Lassa, Marburg, and Ebola viruses by gamma irradiation », Journal of Clinical Microbiology, vol. 16, no 4,‎ octobre 1982, p. 704-708 (PMID 7153317, PMCID 272450, lire en ligne)
  40. a et b (en) S. W. Mitchell et J. B. McCormick, « Physicochemical inactivation of Lassa, Ebola, and Marburg viruses and effect on clinical laboratory analyses », Journal of Clinical Microbiology, vol. 20, no 3,‎ septembre 1984, p. 486-489 (PMID 6490832, PMCID 271356, lire en ligne)
  41. (en) Mona R. Loutfy, Mehdi Assmar, Deborah C. Hay Burgess et Kevin C. Kain, « Effects of viral hemorrhagic fever inactivation methods on the performance of rapid diagnostic tests for Plasmodium falciparum », Journal of Infectious Diseases, vol. 178, no 6,‎ décembre 1998, p. 1852-1855 (PMID 9815250, DOI 10.1086/314524, lire en ligne)
  42. (en) Siddhartha Mahanty, Rizwan Kalwar et Pierre E. Rollin, « Cytokine measurement in biological samples after physicochemical treatment for inactivation of biosafety level 4 viral agents », Journal of Medical Virology, vol. 59, no 3,‎ novembre 1999, p. 341-345 (PMID 10502267, lire en ligne) ; doi:10.1002/(SICI)1096-9071(199911)59:3<341::AID-JMV14>3.0.CO;2-C.
  43. « Practical recommendations to the attention of healthcare professionals and health authorities regarding the identification of and care delivered to suspected or confirmed carriers of highly contagious viruses (of the Ebola or Marburg type) in the context of an epidemic outbreak in West Africa », AVIS DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N° 9188, Conseil Supérieur de la Santé,‎ juillet 2014 (consulté le 19 août 2014)
  44. (en) Derek J Taylor, Robert W Leach et Jeremy Bruenn, « Filoviruses are ancient and integrated into mammalian genomes », BMC Evolutionary Biology, vol. 10,‎ 22 juin 2010, p. 193 (PMID 20569424, PMCID 2906475, DOI 10.1186/1471-2148-10-193, lire en ligne)
  45. (en) Daniel G. Bausch, Jonathan S. Towner, Scott F. Dowell, Felix Kaducu, Matthew Lukwiya, Anthony Sanchez, Stuart T. Nichol, Thomas G. Ksiazek et Pierre E. Rollin, « Assessment of the Risk of Ebola Virus Transmission from Bodily Fluids and Fomites », Journal of Infectious Diseases, vol. 196, no 2,‎ 15 novembre 2007, S142-S147 (PMID 17940942, DOI 10.1086/520545, lire en ligne)
  46. (en) R. R. Arthur, « Ebola in Africa: discoveries in the past decade », Euro Surveillance : Bulletin Europeen sur les Maladies Transmissibles = European Communicable Disease Bulletin, vol. 7, no 3,‎ mars 2002, p. 33-36 (PMID 12631942)
  47. (en) Elizabeth K. Leffel et Douglas S. Reed, « Marburg and Ebola viruses as aerosol threats », Biosecurity and Bioterrorism : Biodefense Strategy, Practice, and Science, vol. 2, no 3,‎ juillet 2004, p. 186-191 (PMID 15588056, DOI 10.1089/bsp.2004.2.186, lire en ligne)
  48. (en) E. Johnson, N. Jaax, J. White et P. Jahrling, « Lethal experimental infections of rhesus monkeys by aerosolized Ebola virus », International Journal of Experimental Pathology, vol. 76, no 4,‎ août 1995, p. 227-236 (PMID 7547435, PMCID 1997182, lire en ligne)
  49. (en) Sophie J. Smither, Lin S. Eastaugh, Jackie A. Steward, Michelle Nelson, Robert P. Lenk et Mark S. Lever, « Post-exposure efficacy of Oral T-705 (Favipiravir) against inhalational Ebola virus infection in a mouse model », Antiviral Research, vol. 104,‎ avril 2014, p. 153-155 (PMID 24462697, DOI 10.1016/j.antiviral.2014.01.012, lire en ligne)
  50. (en) Lisa Oestereich, Anja Lüdtke, Stephanie Wurr, Toni Rieger, César Muñoz-Fontela et Stephan Günther, « Successful treatment of advanced Ebola virus infection with T-705 (favipiravir) in a small animal model », Antiviral Research, vol. 105,‎ mai 2014, p. 17-21 (PMID 24583123, DOI 10.1016/j.antiviral.2014.02.014, lire en ligne)
  51. (en) Megumi Fujikawa, « Fujifilm Drug Eyed As Possible Treatment for Ebola Virus », sur The Wall Street Journal Japan,‎ 8 août 2014 (consulté le 13 août 2014)
  52. (en) Joseph E. Blaney, Andrea Marzi, Mallory Willet, Amy B. Papaneri, Christoph Wirblich, Friederike Feldmann, Michael Holbrook, Peter Jahrling, Heinz Feldmann et Matthias J. Schnell, « Antibody Quality and Protection from Lethal Ebola Virus Challenge in Nonhuman Primates Immunized with Rabies Virus Based Bivalent Vaccine », PLoS Pathogens, vol. 9, no 5,‎ 30 mai 2013, e1003389 (PMID 23737747, PMCID 3667758, DOI 10.1371/journal.ppat.1003389, lire en ligne)
  53. (en) Rabies Vaccine Protects Nonhuman Primates Against Deadly Ebola Virus sur le site du NIAID (en), 15 juillet 2013.
  54. (en) Gene Garrard Olinger, James Pettitt, Do Kim, Cara Working, Ognian Bohorov, Barry Bratcher, Ernie Hiatt, Steven D. Hume, Ashley K. Johnson, Josh Morton, Michael Pauly, Kevin J. Whaley, Calli M. Lear, Julia E. Biggins, Corinne Scully, Lisa Hensley et Larry Zeitlin, « Delayed treatment of Ebola virus infection with plant-derived monoclonal antibodies provides protection in rhesus macaques », Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, vol. 109, no 44,‎ 30 octobre 2012, p. 18030-18035 (PMID 23071322, PMCID 3497800, DOI 10.1073/pnas.1213709109, lire en ligne)
  55. « Le « ZMapp », un traitement contre Ebola expérimenté sur deux Américains infectés », sur LeMonde.fr,‎ 5 août 2014 (consulté le 7 août 2014)
  56. (en) « Why do two white Americans get the Ebola serum while hundreds of Africans die? », sur The Washington Post,‎ 6 août 2014 (consulté le 16 août 2014)
  57. (en) « Liberia says US authorities OK use of experimental Ebola drug », sur CNBC,‎ 11 août 2014 (consulté le 16 août 2014)
  58. (en) « Obama: 'Premature' to Say U.S. Should Green-light New Ebola Drug », sur NBC News,‎ 7 août 2014 (consulté le 16 août 2014)
  59. (en) « Ethical considerations for use of unregistered interventions for Ebola virus disease (EVD) », sur Organisation mondiale de la santé,‎ 12 août 2014 (consulté le 16 août 2014)
  60. (en) Andrew Pollack, « As Ebola’s Toll Rises, Drug Makers Race to Test Medicines », sur New York Times,‎ 13 août 2014 (consulté le 16 août 2014)
  61. (en) « Dr. Kent Brantly, Nancy Writebol leave hospital after Ebola recovery », sur CBC Television,‎ 21 août 2014 (consulté le 13 août 2014)
  62. « VIDEO. Ebola: le prêtre espagnol ayant reçu le sérum expérimental est décédé », sur L'Express,‎ 12 août 2014 (consulté le 13 août 2014)
  63. (en) Waranyoo Phoolcharoen, John M. Dye, Jacquelyn Kilbourne, Khanrat Piensook, William D. Pratt, Charles J. Arntzen, Qiang Chen, Hugh S. Mason et Melissa M. Herbst-Kralovetz, « A nonreplicating subunit vaccine protects mice against lethal Ebola virus challenge », Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, vol. 108, no 51,‎ 20 décembre 2011, p. 20695-20700 (PMID 22143779, PMCID 3251076, DOI 10.1073/pnas.1117715108, lire en ligne)
  64. (en) Thomas W. Geisbert, Amy C. H. Lee, Marjorie Robbins, Joan B. Geisbert, Anna N. Honko, Vandana Sood, Joshua C. Johnson, Susan de Jong, Iran Tavakoli, Adam Judge, Lisa E. Hensley et Ian MacLachlan, « Postexposure protection of non-human primates against a lethal Ebola virus challenge with RNA interference: a proof-of-concept study », The Lancet, vol. 375, no 9792,‎ 29 mai 2010, p. 1896-1905 (PMID 20511019, DOI 10.1016/S0140-6736(10)60357-1, lire en ligne)
  65. (en) About Investigational TKM-Ebola Therapeutic, présentation commerciale sur le site de la société Tekmira.
  66. (en) http://investor.tekmirapharm.com/releasedetail.cfm?ReleaseID=865253 Tekmira Conference Call and Webcast Advisory: Corporate Update and Second Quarter Financial Results] sur le site de la société Tekmira, le 7 août 2014.
  67. « Ebola: un traitement expérimental canadien suscite l'intérêt des Américains », sur Le Figaro,‎ 9 août 2014 (consulté le 13 août 2014)
  68. (en) William D. Pratt, Danher Wang, Donald K. Nichols, Min Luo, Jan Woraratanadharm, John M. Dye, David H. Holman et John Y. Dong, « Protection of Nonhuman Primates against Two Species of Ebola Virus Infection with a Single Complex Adenovirus Vector », Clinical and Vaccine Immunology, vol. 17, no 4,‎ avril 2010, p. 572-581 (PMID 20181765, PMCID 2849326, DOI 10.1128/CVI.00467-09, lire en ligne)
  69. (en) Gary P. Kobinger, Heinz Feldmann, Yan Zhi, Gregory Schumer, Guangping Gao, Friederike Feldmann, Steven Jones et James M. Wilson, « Chimpanzee adenovirus vaccine protects against Zaire Ebola virus », Virology, vol. 346, no 2,‎ 15 mars 2006, p. 394-401 (PMID 16356525, DOI 10.1016/j.virol.2005.10.042, lire en ligne)
  70. (en) « Clinical trial to start soon on GSK Ebola vaccine », sur Reuters,‎ 10 août 2014 (consulté le 16 août 2014)
  71. (en) « GlaxoSmithKline announces clinical trials of Ebola vaccine 'later this year' », sur The Guardian,‎ 10 août 2014 (consulté le 13 août 2014)
  72. (en) Heinz Feldmann, Steven M Jones, Kathleen M Daddario-DiCaprio, Joan B Geisbert, Ute Ströher, Allen Grolla, Mike Bray, Elizabeth A Fritz, Lisa Fernando, Friederike Feldmann, Lisa E Hensley et Thomas W Geisbert, « Effective Post-Exposure Treatment of Ebola Infection », PLoS Pathogens, vol. 3, no 1,‎ janvier 2007, e2 (PMID 17238284, PMCID 1779298, DOI 10.1371/journal.ppat.0030002, lire en ligne)
  73. (en) Thomas W. Geisbert, Lisa E. Hensley, Peter B. Jahrling, Tom Larsen, Joan B. Geisbert, Jason Paragas, Howard A. Young, Terry M. Fredeking, William E. Rote et George P. Vlasuk, « Treatment of Ebola virus infection with a recombinant inhibitor of factor VIIa/tissue factor: a study in rhesus monkeys », The Lancet, vol. 362, no 9400,‎ 13 décembre 2003, p. 1953-1958 (PMID 14683653, DOI 10.1016/S0140-6736(03)15012-X, lire en ligne)
  74. (en) John Huggins, Zhen-Xi Zhang et Mike Bray, « Antiviral Drug Therapy of Filovirus Infections: S-Adenosylhomocysteine Hydrolase Inhibitors Inhibit Ebola Virus In Vitro and in a Lethal Mouse Model », Journal of Infectious Diseases, vol. 179, no Suppl. 1,‎ février 1999, S240-S247 (PMID 9988190, DOI 10.1086/514316, lire en ligne)
  75. (en) Ling Xu, Anthony Sanchez, Zhi-Yong Yang, Sherif R. Zaki, Elizabeth G. Nabel, Stuart T. Nichol et Gary J. Nabel, « Immunization for Ebola virus infection », Nature Medicine, vol. 4, no 1,‎ janvier 1998, p. 37-42 (PMID 9427604, DOI 10.1038/nm0198-037, lire en ligne)
  76. (en) Image 7042 sur le site des CDC.
  77. D'après l'OMS, également à l'origine des autres données présentes dans cette partie de l'article.
  78. Ebola, le retour, communiqué RFI du 15 mai 2011
  79. Le virus Ebola a tué 14 personnes en Ouganda depuis début juillet, article France 24 du 28 juillet 2012
  80. Epidémie d’Ebola : l’inquiétude se propage, www.ladepeche.fr, le 4 avril 2014
  81. Marina Rafenberg et Marie Salah, « Ebola : “Il faut se remobiliser face à ce nouveau pic” », Le Point,‎ 26 juin 2014 (lire en ligne)
  82. Fièvre Ebola en Guinée: peur sur Guéckédou, nouvelobs.com, le 2 avril 2014
  83. http://www.afro.who.int/en/clusters-a-programmes/dpc/epidemic-a-pandemic-alert-and-response/outbreak-news/4106-ebola-virus-disease-west-africa-22-april-2014.html
  84. http://www.afro.who.int/en/clusters-a-programmes/dpc/epidemic-a-pandemic-alert-and-response/outbreak-news/4141-ebola-virus-disease-west-africa-situation-as-of-23-may-2014.html
  85. (en) R.J. Schoepp, C.A. Rossi, S.H. Khan, A. Goba et J.N. Fair, « Undiagnosed acute viral febrile illnesses, Sierra Leone », Emerging Infectious Diseases,‎ juillet 2014 (PMID 24959946, PMCID 4073864, DOI 10.3201/eid2007.131265)
  86. a et b « Nigeria : un homme meurt du virus Ebola », sur Euronews,‎ 26 juillet 2014
  87. OMS, « Maladie à virus Ebola en Afrique de l’Ouest – Bulletin d’information sur les flambées épidémiques », sur http://www.who.int/,‎ 27 juillet 2014 traduit en français le 30 juillet (consulté le 30 juillet 2014).
  88. http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/08/06/97001-20140806FILWWW00215-ebola-932-deces-nouveau-bilan-de-l-oms.php


Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]