Fièvre catarrhale maligne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Trois symptômes de la fièvre catarrhale maligne : nécrose des narines, salive mousseuse et photophobie.

La fièvre catarrhale maligne est une maladie lymphoproliférative fatale aux bovins causée par un groupe d'herpèsvirus gamma des ruminants du genre Rhadinovirus, notamment des espèces Alcelaphine herpesvirus 1 (AlHV-1)[1] et Ovine Herpes Virus 2 (OHV-2)[2]. Ces virus provoquent une infection inapparente chez leur hôte-réservoir (le mouton pour OvHV-2, le gnou pour AlHV-1), mais sont habituellement fatales aux bovins et à d'autres ongulés comme les cerfs, les antilopes et les buffles[1].

C'est une maladie importante, où le réservoir et les animaux victimes se mélangent. Le problème est particulièrement aigu pour les bovidés de Bali (bantengs), en Indonésie[3], les bisons aux États-Unis[4] et dans les troupeaux nomades de l'est et du sud de l'Afrique[5],[6].

Chez les bovins, la maladie sévit habituellement par poussées sporadiques, bien qu'une infection atteignant 40% d'un troupeau ait été rapportée. Les raisons de ce phénomène sont inconnues. Certaines espèces y semblent plus sensibles, comme le Cerf du père David[7], le banteng[3] et le bison[4], beaucoup de cerfs mourant dans les 48 heures suivant l'apparition des premiers symptômes et les bisons dans les trois jours[8]. Par contraste, les bœufs survivent habituellement une semaine ou plus à leur infection[9].

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

Le terme « fièvre catarrhale maligne » a été appliqué à trois formes de maladie :

  • En Afrique, les gnous sont infectés par le virus AlHV-1, mais ne sont pas atteints par la maladie[1]. Le virus est transmis de la mère à sa progéniture et excrété principalement dans les sécretions nasales des petits gnous de moins d'un an[10],[11]. La maladie est normalement transmise au bétail après la période de mise-bas des gnous. Le bétail de tout âge peut être atteint, avec un taux d'infection plus élevé chez les adultes, particulièrement chez les femelles qui viennent de mettre bas[12]. Le bétail est infecté par contact avec les sécrétions, mais le virus ne se transmet pas d'un animal à l'autre. En l'absence de traitement ou de vaccin, la gestion des troupeaux est la seule méthode de contrôle : il faut éloigner le bétail des gnous pendant la période critique de mise-bas. Pour cette raison, les pasteurs massaïs de Tanzanie et du Kenya s'éloignent d'excellent pâturages durant la saison humide, ce qui représente une perte de productivité[13]. Dans l'est et le sud de l'Afrique, la fièvre catarrhale maligne est classée comme un des plus importants problèmes affectant les éleveurs, avec la fièvre de la côte orientale (theilériose bovine), la pleuropneumonie contagieuse bovine, la fièvre aphteuse et l'anthrax[14]. Le bubale roux et le topi peuvent aussi être porteurs de la maladie[15]. Cependant les bubales et les autres antilopes sont infectés par une variante, Alcelaphine herpesvirus 2.
  • En Amérique du Nord, des bisons de parcs d'engraissement sans contact avec des moutons ont aussi été diagnostiqués comme atteints d'une forme de fièvre catarrhale maligne. On a récemment découvert que le virus OHV-2 infectait des troupeaux jusqu'à 5 km de l'agneau le plus proche, le nombre d'animaux infectés étant inversement proportionnel à la distance[16].
  • Dans le reste du monde, les bœufs et les cerfs contractent la maladie par des contacts rapprochés avec des moutons ou des chèvres durant l'agnelage. Le réservoir naturel de l'Ovine herpesvirus 2 est la sous-famille des Caprinae (moutons et chêvres), et ses victimes appartiennent aux familles des bovidés, cervidés et suidés[17],[18]. La sensibilité au virus OHV-2 varie selon les espèces, les bœufs domestiques et les zébus étant assez résistants, le buffle d'eau et la plupart des cerfs assez sensibles et le bisons, le banteng et le cerf du père David très sensibles[19]. L'ADN du virus OHV-2 a été détecté dans les conduits alimentaires, respiratoires et uro-génitaux du mouton[20], qui peuvent tous être des voies de transmission. Les anticorps des moutons et du bétail pour ce virus s'associent aussi au virus AlHV-1[15].

Les virus AHV-1 et OHV-2 peuvent aussi causer des problèmes dans les zoos, où des hôtes apparemment indemnes (gnous et moutons) et des victimes potentielles sont souvent installés à proximité[21].

La période d’incubation de la fièvre catarrhale maligne n'est pas connue. Le contact intranasal avec le virus AHV-1 a cependant provoqué la maladie d'un pour cent des animaux traités entre 2 semaines et demie et six semaines[22].

Signes cliniques[modifier | modifier le code]

Conjonctivite chez un bovin atteint.

La forme la plus commune de la maladie atteint la tête et l'œil. Les symptômes typiques de cette forme sont la fièvre, la fatique, des suintements des yeux et des narines, des lésions de la cavité buccale et du museau, le gonflement des ganglions lymphatiques, une opacification de la cornée conduisant à la cécité, le manque d'appétit et la diarrhée. Certains animaux présentent des signes neurologiques comme l'ataxie, un nystagmus pathologique et des  head pressing  ⇔  merci d’apporter votre expertise, et de préciser. Des manifestations suraiguës, alimentaires et cutanées, ont aussi été décrites[23]. La mort se produit généralement dans les dix jours[24]. Le taux de mortalité des animaux présentant des symptômes est de 90 à 100 %[19]. Le traitement est seulement symptomatique.

Diagnostic[modifier | modifier le code]

La diagnostic de la fièvre catarrhale maligne repose sur la combinaison de l'historique des animaux, des symptômes, d'histopathologie[23] et de détection dans le sang ou dans les tissus d'anticorps viraux par la méthode immuno-enzymatique ELISA[25],[26] ou de l'ADN viral par réaction en chaîne par polymérase (PCR)[20],[27],[28]. La ressemblance des signes cliniques avec ceux d'autres maladies entériques, par exemple la maladie de la langue bleue, la diarrhée virale bovine et la fièvre aphteuse, rendent les examens de laboratoires importants[29]. L'Organisation mondiale de la santé animale[23] reconnait les examens histopathologiques comme le test diagnostic définitif, mais des laboratoires ont adopté d'autres approches grâce aux récents développements en virologie moléculaire.

Vaccin[modifier | modifier le code]

Aucun vaccin pour la fièvre catarrhale maligne n'a encore été mis au point. Cela s'avère difficile, car le virus ne se développe pas en culture cellulaire, pour une raison restée longtemps inconnue. Aux États-Unis, des chercheurs de l'Agricultural Research Service (ARS) ont récemment découvert que ce virus subit des modifications dans le corps de l'animal, un phénomène connu sous le nom de « changement de tropisme cellulaire » : le virus a pour cible des cellules différentes à chaque phase de son cycle de vie. Ce phénomène explique pourquoi il est impossible de cultiver le virus sur un seul type de cellules.

Le virus se transmettant des moutons aux bisons et aux bœufs, les chercheurs se sont d'abord concentrés sur son cycle de vie chez le mouton. Ce cycle comporte trois phases : entrée, séjour et libération. Dans une première phase, le virus pénètre des cavités nasales de son hôte jusque dans ses poumons, où il se réplique. Il subit alors un changement de tropisme et infecte des lymphocytes (globules blancs), qui jouent un rôle dans le système immunitaire des moutons. Durant la phase de séjour, le virus reste dans les lymphocytes et circule avec eux dans le corps de l'animal. Finalement, dans la phase de libération, il subit un nouveau changement de tropisme, prenant pour cible des cellules de la cavité nasale, ce qui lui permet de se répandre avec les sécrétions nasales[30]. Cette découverte est un pas important vers l'élaboration d'un vaccin — en commençant par cultiver le virus sur les cellules convenant aux phases de son développement — mais les chercheurs de l'ARS étudient aussi d'autres méthodes pour cela. Ils font notamment des expériences avec le virus de la fièvre catarrhale maligne qui infecte le topi (une antilope africaine) : celui-ci se développe en culture cellulaire et n'infecte pas le bétail. Les chercheurs espèrent qu'en insérant des gènes du virus ovin dans le virus du tofi, ils pourraient produire à terme un vaccin pour les bœufs et le bison[30].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) W. Plowright, R. D. Ferris et G. R. Scott, « Blue Wildebeest and the Ætiological Agent of Bovine Malignant Catarrhal Fever », Nature, no 188,‎ 31 décembre 1960, p. 1167-1169 (lien DOI?)
  2. (en) P. C. Schultheiss, J. K. Collins, T. R. Spraker et J. C. DeMartini, « Epizootic Malignant Catarrhal Fever in Three Bison Herds: Differences from Cattle and Association with Ovine Herpesvirus-2 », J. Vet Diagn Invest., vol. 12, no 6,‎ novembre 2000, p. 497-502 (lien PubMed?)
  3. a et b (en) A. Wiyono, S. I. Baxter, M. Saepulloh, R. Damayanti, P. Daniels et H. W. Reid, « PCR detection of ovine herpesvirus-2 DNA in Indonesian ruminants — normal sheep and clinical cases of malignant catarrhal fever », Vet. Microbiol., vol. 42, no 1,‎ septembre 1994, p. 45-52 (lien PubMed?)
  4. a et b (en) J. A. Berezowski, G. D. Appleyard, T. B. Crawford, J. Haigh, H. Li, D. M. Middleton, B. P. O'Connor, K. West et M. Woodbury, « An outbreak of sheep-associated malignant catarrhal fever in bison (Bison bison) after exposure to sheep at a public auction sale », J. Vet. Diagn. Invest., vol. 17, no 1,‎ janvier 2005, p. 55-58 (lien PubMed?)
  5. (en) S. Cleaveland, L. Kusiluka, J. Ole Kuwai, C. Bell et R. Kazwala, Assessing the impact of Malignant Catarrhal Fever in Ngorongoro District, Tanzania. A study commissioned by the Animal Health Programme, DFID,‎ 2001 (lire en ligne [PDF])
  6. (en) C. Bedelian, D. Nkedianye et M. Herrero, « Maasai perception of the impact and incidence of malignant catarrhal fever (MCF) in southern Kenya », Prev. Vet. Med., vol. 8, no 3-4,‎ 177 mars 2007, p. 296-316 (lien PubMed?)
  7. (en) H. W. Reid, D. Buxton, W. A. McKelvey, J. A. Milne et W. T. Appleyard, « Malignant catarrhal fever in Pere David's deer », Vet Rec., vol. 121, no 12,‎ 19 septembre 1987, p. 276-277 (lien DOI?)
  8. (en) D. O'Toole, H. Li, C. Sourk, D. L. Montgomery et T. B. Crawford, « Malignant catarrhal fever in a bison feedlot, 1994–2000 », J Vet Diagn Invest., vol. 14, no 3,‎ mai 2002, p. 183-193 (lien PubMed?)
  9. (en) A. Holliman, R. Daniel, D. F. Twomey, J. Barnett, S. Scholes, K. Willoughby et G. Russell, « Malignant catarrhal fever in cattle in the UK », Vet Rec., vol. 161, no 14,‎ octobre 6 2007, p. 494-495 (lien PubMed?)
  10. (en) E. Z. Rurangirwa, « Malignant catarrhal fever virus shedding by infected cattle », Bull Anim Health Prod Afr., vol. 29, no 1,‎ mars 1981, p. 111-112 (lien PubMed?)
  11. (en) S. I. Baxter, A. Wiyono, I. Pow et H. W. Reid, « Identification of ovine herpesvirus-2 infection in sheep », Archives of Virology, vol. 142,‎ 1997, p. 823-831 (lien PubMed?)
  12. (en) B. J. H. Barnard, J. J. Van der Lugt et E. Z. Mushi, « Malignant Catarrhal Fever », dans J. A. W Coetzer, G. R. Thompson et R. C. Tustin (dir.), Infectious Diseases of Livestock, New York, Oxford University Press,‎ 1994 (ISBN 0195705068)
  13. (en) K. H. Homewood, W. A. Rodgers et K. Arhem, « Ecology of pastoralism in Ngorongoro Conservation Area, Tanzania », J. Agric. Sci. Camb., vol. 108,‎ 1987, p. 47-72 (lien DOI?)
  14. (en) R. B. Boone et M. B. Coughenour, A system for integrated management and assessment of east African pastoral lands. Balancing food security, wildlife conservation, and ecosystem integrity, Davis, CA, Global Livestock Collaborative Research Support Program,‎ 2001, 191 p. (lire en ligne)
  15. a et b (en) Frank J. Fenner et al., Veterinary Virology, Academic Press,‎ 1993 (ISBN 0-12-253056-X)
  16. (en) H. Li, G. Karney, D. O'Toole et T. B. Crawford, « Long distance spread of malignant catarrhal fever virus from feedlot lambs to ranch bison », Can Vet J., vol. 49, no 2,‎ février 2008, p. 183-185 (lire en ligne)
  17. (en) N. S. Taus, D. R. Herndon, D. L. Traul, J. P. Stewart, M. Ackermann, H. Li et K. A. Brayton, « Comparison of ovine herpesvirus 2 genomes isolated from domestic sheep (Ovis aries) and a clinically affected cow (Bos bovis) », J Gen Virol., vol. 88 (Pt1),‎ janvier 2007, p. 40-45 (lien PubMed?)
  18. (en) D. O'Toole, N. S. Taus, D. L. Montgomery, J. L. Oaks, T. B. Crawford et H. Li, « Intra-nasal inoculation of American bison (Bison bison) with ovine herpesvirus-2 (OvHV-2) reliably reproduces malignant catarrhal fever », Vet Pathol., vol. 44, no 5,‎ septembre 2007, p. 655-662 (lien PubMed?)
  19. a et b (en) « Malignant Catarrhal fever », The Center for Food Security and Public Health at Iowa State University,‎ novembre 2012 (consulté le 19 mars 2013), p. 9
  20. a et b (en) D. Hüssy, N. Stäuber, C. M. Leutenegger, S. Rieder et M. Ackermann, « Quantitative fluorogenic PCR assay for measuring ovine herpesvirus 2 replication in sheep », Clinical and Diagnostic Laboratory Immunology, no 8,‎ 2001, p. 123-128 (lien DOI?)
  21. (en) A. J. Cooley, N. S. Taus et H. Li, « Development of a management program for a mixed species wildlife park following an occurrence of malignant catarrhal fever », J Zoo Wildl Med., vol. 39, no 3,‎ septembre 2008, p. 380-385 (lien PubMed?)
  22. (en) D. M. Haig, D. Grant, D. Deane, I. Campbell, J. Thomson, C. Jepson, D. Buxton et G. C. Russell, « An immunisation strategy for the protection of cattle against alcelaphine herpesvirus-1-induced malignant catarrhal fever », Vaccine, vol. 26, no 35,‎ 18 août 2008, p. 4461-4468 (lien DOI?)
  23. a, b et c (en) Office international des épizooties, Manual of diagnostic tests and vaccines for terrestrial animals : mammals, birds and bees, Paris,‎ 2004, 5e éd. (ISBN 978-92-9044-622-4), p. 570-579
  24. (en) Carter, G.R.; Flores, E.F.; Wise, D.J., « Herpesviridae », A Concise Review of Veterinary Virology,‎ 2006 (consulté le 10 juin 2006)
  25. (en) S. J. Fraser, P. F. Nettleton, B. M. Dutia, D. M. Haig et G. C. Russell, « Development of an enzyme-linked immunosorbent assay for the detection of antibodies against malignant catarrhal fever viruses in cattle serum », Vet Microbiol., vol. 116, no 1-3,‎ 25 août 2006, p. 21-28 (lien PubMed?)
  26. (en) H. Li, T. C. McGuire, U. U. Müller-Doblies et T. B. Crawford, « A simpler, more sensitive competitive inhibition enzyme-linked immunosorbent assay for detection of antibody to malignant catarrhal fever viruses », J Vet Diagn Invest., vol. 13, no 4,‎ juillet 2001, p. 361-364 (lien PubMed?)
  27. (en) C. W. Cunha, L. Otto, N. S. Taus, D. P. Knowles et H. Li, « Development of a multiplex real-time PCR for detection and differentiation of malignant catarrhal fever viruses in clinical samples », J Clin Microbiol., vol. 47, no 8,‎ août 2009, p. 2586-2589 (lien DOI?)
  28. (en) D. L. Traul, N. S. Taus, J. Lindsay Oaks, D. O'Toole, F. R. Rurangirwa, T. V. Baszler et H. Li, « Validation of nonnested and real-time PCR for diagnosis of sheep-associated malignant catarrhal fever in clinical samples », J Vet Diagn Invest, vol. 19, no 4,‎ juillet 2007, p. 405-408 (lien PubMed?)
  29. (en) R. Bexiga, H. Guyot, C. Saegerman, A. Mauroy, F. Rollin, E. Thiry, A. W. Philbey, D. N. Logue, D. J. Mellor, D. C. Barrett et K. Ellis, « Clinical differentiation of malignant catarrhal fever, mucosal disease and bluetongue », Vet Rec., vol. 161, no 25,‎ 22-29 décembre 2007, p. 858-859 (lien PubMed?)
  30. a et b (en) Hong Li et Lynn Herrmann-Hoesing, « Figuring Out Puzzling Animal Diseases », Agricultural Research, US Department of Agriculture,‎ avril 2010 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :