Feux de circulation diurne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Feux de circulation diurne LED sur une Audi A4
feux diurnes à LED pour vélo, Cyo RT de Busch&Müller.

Les feux de circulation diurne (DRL, en anglais) sont un dispositif d'éclairage de lumière blanche à l'avant d'un véhicule. Ils s'allument automatiquement lorsque le véhicule se déplace vers l'avant afin d'accroître la visibilité du véhicule dans des conditions de lumière du jour.

Automobile[modifier | modifier le code]

Impact environnemental[modifier | modifier le code]

La consommation d'énergie varie largement en fonction de la technique utilisée. Certains systèmes de DRL consomment uniquement 8 watts (système dédié à LED), tandis que d'autres plus de 200 W (phares normaux ou feux de position). Les organismes de réglementation internationaux, principalement en Europe, travaillent à l'équilibre entre le bénéfice sécuritaire potentiel et l'augmentation de consommation de carburant due à leur utilisation. Puisque l'électricité additionnelle utilisée est produite par le moteur, requérant pour cela du carburant supplémentaire, la consommation de CO2 est augmentée, suffisamment pour mettre un pays en porte à faux avec le protocole de Kyoto et sa réglementation du gaz à effet de serre[1].

Dans le monde[modifier | modifier le code]

Europe[modifier | modifier le code]

La directive européenne 2008/89/CE exige que toutes les voitures particulières et camionnettes de livraison de petit premier type approuvées à partir du 7 février 2011 en Union européenne soient équipées de feux de jour.

Position des pays d'Europe avant la directive[modifier | modifier le code]

La Commission européenne est en faveur de cette mesure : elle a financé à deux reprises en 1995 et en 2002 des groupements de laboratoires européens pour faire une synthèse des études existantes sur l’usage des feux de croisement le jour, la première fois d’une manière très générale et la deuxième fois sur le sujet plus spécifique des usagers vulnérables.

La Commission européenne considère que les conclusions de ces études sont très favorables. Allant dans ce sens, la directive ECE R87 est entrée en vigueur le 1er janvier 2011[2]. Elle oblige les constructeurs à installer un système d'éclairage diurne dédié sur tous les véhicules légers mis sur le marché après le 1er janvier 2011. Les poids lourds sont concernés par la même directive mais à partir du 1er août 2011.

Au niveau règlementaire, ces feux de jour doivent être techniquement distincts des autres types d'éclairage (conforme à la directive R87). En effet, les feux de croisement sont à l'origine conçus pour voir et non pour être vu. Un véhicule avec des feux de jour dédiés est donc plus visible le jour qu'un véhicule utilisant ses feux de croisement.

Les feux de jour ayant une utilisation potentiellement plus intensive que les feux de croisement, la technologie LED semble la plus appropriée pour obtenir un bon compromis entre durée de vie et souplesse du design.

Certains constructeurs comme Audi ont depuis longtemps devancé cette directive en proposant des systèmes de feux de jour à base de LED[3]. Certains fabricants d'éclairage automobile proposent également des solutions de feux diurnes pour les véhicules non équipé d'origine[4],[5].

Position de la France[modifier | modifier le code]

En France, la Délégation à la sécurité et à la circulation routières (DSCR) affirme que l'usage des feux de croisement le jour pour tous les véhicules permettrait une meilleure visibilité de ceux-ci[6]. Toutefois, des associations comme la Fédération française des motards en colère, la FUB ou la FFC considèrent que les usagers les plus fragiles (piétons, cyclistes, utilisateurs de deux-roues motorisés) ne bénéficiant pas d'une telle mesure verraient leur propre visibilité réduite[7].

Depuis 2011, les feux diurnes sont désormais obligatoires en France sur les véhicules neufs, pour des raisons de sécurité[8].

Position de la Suisse[modifier | modifier le code]

Depuis le 1er janvier 2014, tous les automobilistes roulant en Suisse, que ce soit dans une voiture, un camion ou sur un deux-roues, doivent rouler de jour avec les feux de croisement allumés à défaut des feux diurnes. L’amende est de 40 francs suisse (soit environ 33 €)[9].

Autres véhicules[modifier | modifier le code]

Les feux diurnes existent également pour les bicyclettes. De la même manière que pour les automobiles, ce sont des feux distincts du phare principal, et généralement à LED. Lors du passage aux feux de nuit, manuellement ou automatiquement via un capteur de luminosité, les feux diurnes s'éteignent automatiquement.

Notes et références[modifier | modifier le code]