Feuille d'acanthe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chapiteau corinthien du Temple de Zeus à Athènes

La feuille d'acanthe est un motif ornemental très utilisé dans l'architecture grecque classique, l'architecture romaine, l'architecture romane, l'architecture néoclassique et l'architecture éclectique. La menuiserie et l'ébénisterie en font également un grand usage à partir du style Renaissance jusqu'au style Louis XVI.

Origine[modifier | modifier le code]

Ce motif ornemental est inspiré des feuilles d'espèces méditerranéennes du genre Acanthus, qui ont des feuilles profondément découpées. Les espèces Acanthus mollis (Acanthe à feuilles molles) et Acanthus spinosus (Acanthe épineuse), aux feuilles encore plus découpées, ont toutes deux été citées comme étant le modèle de ce motif.

La feuille d'acanthe dans l'architecture grecque classique[modifier | modifier le code]

Dans l'architecture grecque classique, la feuille d'acanthe stylisée caractérise particulièrement les chapiteaux de l'ordre corinthien (chapiteaux décorés de deux rangées de feuilles d’acanthe), ainsi que des frises.

Le plus ancien exemple connu de chapiteau corinthien date de 450–420 avant JC et se trouve au temple d'Apollon à Bassae en Arcadie, au centre du Péloponnèse.

La feuille d'acanthe dans l'architecture romaine[modifier | modifier le code]

Chapiteaux composites d'époque romaine réemployés dans la Grande Mosquée de Kairouan.

La feuille d'acanthe fut ensuite massivement utilisés par l'architecture romaine de la période impériale : les romains firent de l'ordre corinthien leur ordre favori et inventèrent son dérivé, l'ordre composite, dont les chapiteaux combinent les feuilles d’acanthe de l'ordre corinthien et les volutes de l'ordre ionique. L'ordre composite fit son apparition sur l'arc de Titus en 82 après JC.

Elle orne à cette époque :

  • les chapiteaux de style composite
  • les frises de rinceaux, comme celle qui orne l'entablement de la Maison Carrée


La feuille d'acanthe dans l'architecture romane[modifier | modifier le code]

Au XIIe siècle, la feuille d'acanthe est un des principaux ornements empruntés par l'architecture romane à l'architecture antique aux côtés des rinceaux, palmettes, grecques et oves.

Elle est omniprésente dans l'art roman provençal et l'art roman languedocien inspirés de l'antique où on trouve :


La feuille d'acanthe dans l'architecture baroque[modifier | modifier le code]

La feuille d'acanthe est également abondamment utilisée dans l'architecture baroque. Elle orne, par exemple, de nombreuses façades baroques de la Grand-Place de Bruxelles, soit sous la forme de chapiteaux corinthiens, soit sous forme de feuilles isolées : on en trouve ainsi de très grandes sur le socle de la statue de Charles-Alexandre de Lorraine, au sommet de la façade de la « Maison de l'Arbre d'Or » (Maison des Brasseurs)..

La feuille d'acanthe dans l'architecture néoclassique et éclectique[modifier | modifier le code]

Enfin, la feuille d'acanthe se retrouve dans l'architecture néoclassique et éclectique du XIXe siècle.

On la retrouve par exemple sur les chapiteaux de la Bourse de Bruxelles (architecture éclectique) et du Palais royal de Bruxelles (architecture néoclassique tardive).