Feu de Saint-Elme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Feu de Saint-Elme sur un bateau (G. Hartwig)
dans The Aerial World, 1886.

Le feu de Saint-Elme est un phénomène physique, ne se produisant que dans certaines conditions météorologiques, qui se manifeste par des lueurs apparaissant surtout aux extrémités des mâts des navires et sur les ailes des avions certains soirs. Ce phénomène se crée parfois aussi en très haute altitude, au-dessus des cumulonimbus. Dans ce cas, on parlera de « farfadets ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce phénomène a impressionné et intrigué les Anciens. Pline l'Ancien le décrit comme suit :

« Il se montre des étoiles dans la mer et sur la terre. J'ai vu, la nuit, pendant les factions des sentinelles devant les retranchements, briller à la pointe des javelots des lueurs à la forme étoilée. Les étoiles se posent sur les antennes et sur d'autres parties des vaisseaux avec une espèce de son vocal, comme des oiseaux allant de place en place. Cette espèce d'étoile est dangereuse quand il n'en vient qu'une seule ; elle cause la submersion du bâtiment ; et si elle tombe dans la partie inférieure de la carène, elle y met le feu. Mais s’il en vient deux, l'augure en est favorable ; elles annoncent une heureuse navigation : l'on prétend même que, survenant, elles mettent en fuite Hélène, c'est le nom de cette étoile funeste et menaçante. Aussi attribue-t-on cette apparition divine à Castor et à Pollux, et on les invoque comme les dieux de la mer. La tête de l'homme est quelquefois, pendant le soir, entourée de ces lueurs, et c'est un présage de grandes choses. La raison de tout cela est un mystère caché derrière la majesté de la nature[1]. »

Principe[modifier | modifier le code]

Le feu de Saint-Elme est une manifestation de l'effet de couronne, qui se produit lorsque le champ électrique à proximité d'un conducteur est assez fort pour provoquer une décharge dans l'air ambiant et ainsi stimuler les molécules de l'air qui émettent alors une lumière caractéristique. En effet, grâce au pouvoir des pointes, qui entraîne une augmentation considérable du champ électrique au voisinage d'une pointe, en présence d'un champ électrique important comme celui qui accompagne un orage, l'air est ionisé sur des distances faibles devant la distance séparant les différentes saillies, et la recombinaison des électrons avec les ions s'accompagne de l'émission de lumière, qui est le feu de Saint-Elme proprement dit. Pour que le phénomène se produise, le champ électrique doit être suffisamment fort pour accélérer les électrons à une vitesse minimum avant que ceux-ci n'entrent en collision avec les autres molécules, sinon celles-ci ne peuvent être ionisées.

Origine[modifier | modifier le code]

Ce phénomène tirerait son nom de saint Elme ou Érasme de Formia, patron des marins, qui aurait continué à pêcher après que la foudre eut frappé le sol près de lui ; il fut ensuite prié par les marins qui craignaient les orages en mer ; un feu de Saint-Elme est alors vu comme un signe de protection du saint.

Aviation[modifier | modifier le code]

Un feu de saint-Elme est un signe avant-coureur du fait que l'aéronef va peut-être être frappé par la foudre. Les accidents dus à la foudre sont rares mais peuvent avoir de sérieuses conséquences. Ils se produisent à proximité ou à l'intérieur de cumulonimbus. En règle générale, un aéronef devrait éviter de voler à proximité et surtout à l'intérieur de nuages d'orage.

Un phénomène similaire a été observé lorsque le vol 9 British Airways a traversé un nuage de cendres volcaniques rejetées par l'éruption du Galunggung en Indonésie, la friction provoquant une ionisation. Les cendres volcaniques entrainèrent par ailleurs l'arrêt des quatre moteurs.

Dans les arts[modifier | modifier le code]

Le feu de Saint-Elme a été illustré par Hergé en 1960 dans Tintin au Tibet : lorsque le capitaine Haddock escalade un flanc de montagne, son piolet est soudain enveloppé par un champ électrique (curieusement de couleur verte), et Tintin lui explique le phénomène.

Dans le roman Moby Dick d'Herman Melville, au chapitre CXIX Les Bougies :

« Regardez là-haut ! cria Starbuck, le feu Saint-Elme ! les revenants ! les revenants !
Les extrémités des vergues étaient entourées d'un feu pâle; et, touchés au sommet de chaque paratonnerres à triple pointe par de blanches flammes effilées, les trois grands mâts brûlaient silencieusement dans l'air sulfureux, comme trois cierges gigantesques devant un autel. »

À voir dans le film Moby Dick de John Huston : vers la quatre-vingt-dixième minute, le capitaine Achab maîtrise le feu de Saint-Elme.

Jules Verne évoque ce phénomène dans Voyage au centre de la Terre quand un orage est sur le point de se déclarer dans la grotte souterraine. Un feu de Saint-Elme se déclare sur le mât de leur radeau.

Il est également mentionné dans le roman Premier de cordée de Frison-Roche lorsqu'un orage s'abat sur une cordée se trouvant dans le massif des Drus.

Le personnage interprété par Kirk Douglas dans le film El Perdido désigne des luminescences qui se produisent en plaine au sein d’un troupeau comme des « feux de Saint-Elme ».

Dans l'épisode numéro 4 des Mystérieuses Cités d’or, un feu de Saint-Elme se manifeste sur le mat détruit de l'épave de l’Esperanza, qui est à la dérive. Mendoza explique que, la plupart du temps, les marins le considèrent comme un mauvais présage.

Un morceau du musicien britannique Brian Eno, se trouvant sur l'album Another Green World, se nomme "St. Elmo's Fire".

Dans l'épisode 3 de l'anime Hunter × Hunter, un feu de Saint-Elme apparaît sur le mat du navire qui transporte les principaux héros vers le local du navigateur de l'examen des hunters.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]