Festivalul Plai

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Festivalul Plai
Genre World music, jazz
Lieu Timişoara, Roumanie
Période mi-septembre
Date de création 2006
Site web www.plai.ro

Festivalul Plai ("Le Festival Plai", intraduisible comme tel en français, Plai connote l’idée de plaine, champ) est un festival de musique ayant lieu chaque année, en mi-septembre à Timişoara, Roumanie. Le festival se tient à Muzeul Satului Bănăţean, un musée ethnographique en plein air. Mis à part la musique, le festival promeut également l'art et le multiculturalisme.

Qu'est-ce que le Plai?[modifier | modifier le code]

DE LA MUSIQUE

Si nous faisions un tour en Roumanie, nous pourrions trouver différents types de musique, quelque chose d’aimable pour tout en chacun. Si nous voulons bien élargir notre horizon et s’intéresser aux parties les plus éloignées du globe, nous verrions que chaque nation a sa propre musique et sa musicalité spécifique, qu'il y a tant d'artistes, d'instruments aux sonorités très particulières, tant de façons de faire et de sentir la musique, qu'il serait regrettable de ne pas essayer au moins d'apporter un peu de tout cela ici, chez nous, en Roumanie. D’une année à l’autre, nous avons essayé d'apporter sur la scène du PLAI une partie de la musique de certains pays, des artistes qui sentent le son et le transmettent, dès lors, au public. Al di Meola ou Paco de Lucía, avec leurs guitares, Yungchen Lhamo, avec le bruit du Tibet, Mariza, avec le fado portugais, Esma Redzepova (Macédoine), Sainkho Namtchylak (Touva), Dobet Gnahoré (Côte-d'Ivoire), Fanfare Ciocarlia, Grigore Lese de Roumanie, Jean-Luc Ponty (France) et Ternipe (Hongrie) sont quelques-uns des artistes qui se sont produits à PLAI, qui ont offert à nos invités la musique qu’ils ont apporté de partout dans le monde.

DE L'ART

Dès le début, nous avons considéré que l'art ne peut pas être absent d'un lieu où tout a été pensé pour apporter de la joie et de la beauté. C'est pourquoi l'art fait naturellement partie de PLAI. Nous avons du théâtre, de la peinture, des livres, de la photographie, du cinéma, des ateliers et diverses formes d'art, plus ou moins conventionnels. L'art traditionnel, représenté par les costumes folkloriques, poteries, broderies, mélangés avec la peinture céramique, le théâtre contemporain ou l'art du cirque. Parce que chacun est, à sa manière, une forme d'art : que ce soit un simple rappel de la tradition ou l'expression de la nouveauté ou bien encore un mélange entre les deux. Plai essaie ainsi d'offrir un peu de tout, de sorte que chaque visitateur y trouve quelque chose dont il peut se réjouir.

DE LA MULTICULTURALITE

La promotion de la multiculturalité de cette zone est, étant donnée l'histoire de ce lieu, presque une obligation. Car lorsqu’on dit Timişoara ou Banat on pense immédiatement à toutes les ethnies et les cultures qui y ont vécu ensemble, car cet endroit est le résultat de cette cohabitation…Il était donc tout à fait naturel de mettre à l’honneur la culture hongroise, serbe, allemande, tchèque ou française. En plus, nous sommes allés plus loin pour en arriver à des cultures qui n'étaient pas aussi connues dans notre pays, ou du moins, qui n'étaient pas promues ici: péruvienne, portugaise, néerlandaise, Israélienne et bien d'autres encore sont venues à PLAI. Du reste, des consulats, des ambassades, des instituts culturels y viennent chaque année, chacun d'entre eux en apportant ce qu'ils considèrent qu'il faut savoir à l’égard de leur peuple et de leur culture.

PLAI en 2012[modifier | modifier le code]

PLAI en 2011[modifier | modifier le code]

PLAI en 2010[modifier | modifier le code]

Au PLAI 2010, nous avons écouté de la musique de l'Inde, de l'Autriche, du Portugal et de l'Arménie. Nous avons participé à de centaines d'ateliers, dont certains tout à fait uniques, tenus par des artistes qui ont également concerté sur la scène principale, nous avons appris comme s’y prendre avec les instruments de musique traditionnels, nous avons appris à rouler en vélo, nous avons vu des films courts, nous avons peint, nous avons joué et nous avons appris à faire de la jonglerie. Nous avons appris le temps de découvrir et de développer des passions. Nous avons respiré plus librement, nous avons souri d’avantage et nous avons rechargé nos batteries.

PLAI en 2009[modifier | modifier le code]

PLAI 2009 s’est avéré une continuation des idées à partir desquels PLAI Festival s’est développé. En plus, nous pensons que nous avons réussi à améliorer, année après année, de plus en plus, et ainsi tout ce que vous avez vécu à PLAI Festival nous l’avons également connu, étant ainsi en mesure de profiter de cette belle diversité qui nous ne cesse de nous obliger à apprendre. Nous avons eu de la musique de partout dans le monde, à partir de Timişoara (Horea Crişovan), en passant par la Macédoine (Esma Redzepova), l'Allemagne (Farfarello), la Géorgie (Le Shin), et en arrivant à Touva (Sainkho Namtchylak) ou en Côte d'Ivoire (Dobet Gnahoré ). Des ambassades ou des consulats – tel que ceux de Pérou, d’Israël ou de Portugal - des Centres Culturels - français, allemand, polonais et autrichiens - et de nombreuses ONG étaient avec nous aux fins de cet entrelacement musical, artistique et multiculturel qu'est le Festival Plai.


PLAI en 2008[modifier | modifier le code]

L'année 2008 a signifié le fado et Mariza pour PLAI et son public. Considéré comme la plus grande interprète de fado du moment (en fait, certains disent qu'elle est le plus grand artiste de fado dans l'histoire), Mariza nous a appris une leçon sur ce qui signifie de mettre son âme à la musique, de chanter non seulement avec son voix, mais avec tout son être. Nous avons fait azulejo, nous avons appris le Português aux étudiants, aux amateurs et aux touristes, aussi bien que ikebana et la peinture murale; nous avons appris à jouer de divers instruments, lire des livres. On nous a lu des histoires, on a jonglé et nous avons fait la fête dans la zone de chill ensemble avec près de 50 partenaires culturels qui ont été de notre côté. Nous avons regardé les danseurs étonnants de NN (Lublin Dance Theater), nous avons écouté Vizanti, Hôtel Palindrone, Alvik, Tarhan et PASO, nous avons dansé sur le rythme de Al Jawalla à nouveau et nous avons découvert Fanfare Ciocarlia pendant un voyage musical que n'importe quelle scène du monde aurait été contente d'y avoir.

PLAI en 2007[modifier | modifier le code]

Le festival Plai 2007 a pu offrir à son public, à l’occasion de sa deuxième édition, des noms de renommée mondiale en matière de jazz et de la musique du monde, des ateliers, des pièces de théâtre, des démonstrations de danse, des lancements de livres, des expositions de photos et de nombreuses autres activités artistiques. Culture sans frontières, son de qualité, mouvement sans contrainte, liberté d'expression et exaltation sans bruit, plaisir au maximum. PLAI se veut l'expression de l'obsession pour l'art sans frontières. Sans clichés. Nous sommes partis de nos racines, nous avons exploré la diversité et le dialogue pour célébrer le dynamisme interculturel.


PLAI en 2006[modifier | modifier le code]

Nous sommes à la première édition de "Plai", car c'est par la création d’un festival promouvant la multiculturalité musicale que nous avons choisi de rendre hommage à la multitude de cultures de Banat. Non pas à travers un festival de folklore, mais il s’est agi de la reconnaissance de nos identités culturelles à travers la diversité. Tel que Banat l’a appris. Et nous avec lui. Nous nous sommes inspirés de ce que nous avons vécu et nous voulions inspirer nous-mêmes. Au Musée du Village de Banat. En 2006. A PLAI 2006, outre la maison traditionnelle roumaine, hongroise et tchèque, slovaque, bulgare et serbe, l'habile potier nous a appris de tremper nos mains dans l'argile; nous avons sculpté en bois, peint à la main des œufs sur l'allée des Artisans. Du reste, nous avons appris quelques mots de base en romani sur l’Allée ethnique. Nous avons vu des films, feuilleté des livres, écouté les gens parler de livres dans la tente de lecture et nous avons appris des choses au sujet de la percussion sur l'Allée culturelle.


Prix & Récompenses[modifier | modifier le code]

Le 7 juin 2009: Le Festival Plai gagne un nouveau prix pour Timişoara

La Gala de la Société civile est un événement annuel destiné à honorer, promouvoir et récompenser les activités du secteur non lucratif en Roumanie. Grâce à ce concours annuel, les meilleurs projets développés par des organisations non gouvernementales, des groupes d'initiative, des syndicats ou des personnes physiques sont primés, en mettant ainsi en relief les meilleures initiatives civiques. Lors de l'édition de cette année de la Gala de la société civile, la septième, un nombre record d'organisations et de projets ont été enregistrés.

Le grand prix de la section «Art et culture» de la Gala de la société civile a été attribué à PLAI. C'est le deuxième prix que PLAI apporte à Timisoara, après l'année dernière, lorsque notre Festival a été élu «meilleur projet multiculturel de la Roumanie" et a reçu le Prix européen Charlemagne de la jeunesse.

Le 3 avril 2008 PLAI FESTIVAL 2008 - Le Meilleur projet roumain

Le Parlement européen et la Fondation du prix international Charlemagne d'Aix la Chapelle mettent en place un concours pour les jeunes de tous les États membres de l’Union Européenne. Ce concours est organisé par l’Union Européenne afin de promouvoir l'intégration et les développements relativement aux aspects concernant l'identité européenne. "Le Prix Charlemagne pour la jeunesse européenne» est accordé à des projets qui favorisent la paix européenne et internationale, le développement d'un sentiment d'identité commune et l'intégration européenne, à ce qui représente des modèles pour les jeunes qui vivent en Europe, en donnant des exemples concrets de la vie des Européens qui vivent à l'intérieur d’une même communauté.

Le Prix Charlemagne a été octroyé à l’Association Culturelle Son et Ambiance (ACSAT), en tant que répresenatnte de la Roumanie, pour le projet PLAI. Le Festival PLAI se propose de promouvoir le dialogue interculturel dans un environnement multiculturel et artistique, de soutenir la culture sans frontières, le son sans compromis, le mouvement sans restriction, l'exaltation sans bruit, et 2008 a signifié la troisième ronde cette aventure.

L'eurodéputé Nicolae Vlad Popa, qui a été dans le jury de la phase nationale du concours s’est exprimé à l’égard du projet : «Pour ma part, j’ai été convaincu que le projet roumain serait parmi les gagnants, compte tenu de son importance, grâce à ses nombreux partenariats et en raison de l'intérêt qu’il a montré pour l'unité européenne dans la diversité, pour la promotion des valeurs culturelles.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]