Festival western de Saint-Tite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Festival western de Saint-Tite est un évènement annuel d'une durée de dix jours rassemblé autour d'un grand rodéo. À ce rodéo se sont ajoutées au fil des ans plusieurs activités équestres et de culture country, telles que des concerts d'artistes country et une parade à traction animale. Le festival débute le vendredi suivant la fête du Travail, au début du mois de septembre.

En 2008, le festival a attiré 585 581 visiteurs, dont 100 000 seulement pour le défilé à traction chevaline[1].

Historique[modifier | modifier le code]

En 1967, une entreprise spécialisée dans le travail du cuir de Saint-Tite, G.A. Boulet, organisa un petit rodéo comme opération de marketing sur un terrain sportif local. L'évènement connut un tel succès qu'il s'est rapidement formé plusieurs comités pour répéter l'expérience les années suivantes.

En 1969 est apparu la parade à traction animale. En 1972 sont inaugurés les grandes estrades en bois pour les spectateurs du rodéo.

Au fil des ans, la ville de Saint-Tite, l'organisation du festival, les entreprises de la ville et les citoyens ont graduellement modifié l'apparence des infrastructures pour donner à la ville une apparence de village du Far West. Cette transformation est visible par les aspects suivants :

  • Une fontaine, à proximité de l'église, est surmontée d'une sculpture représentant un cow-boy montant un cheval sauvage.
  • Une horloge à quatre faces de style western est installée à l'intersection principale de la ville.
  • Les panneaux de signalisation indiquant le nom des rues ont été modifiés pour leur donner une apparence western.
  • Les commerces ont souvent une décoration extérieure permanente au style western. Alors que certains ont modifié entièrement l'extérieur de leur commerce, la plupart se contentent d'avoir stylisé le nom de leur commerce.
  • Les ménages peuvent participer tous les ans à un concours de décoration de l'extérieur de leur maison. Alors que la plupart des citoyens installent des clôtures, des perches et des lumières colorées, certains créent des décorations articulées avec des moteurs électriques ou couvrent entièrement leur terrain d'objets de type western.

En 1999, les estrades en bois ont été démolies pour faire place à de nouvelles estrades en acier d'une capacité de 7 200 places.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Paule Vermot-Desroches, « « Ça roule, ça roule », les affaires », Le Nouvelliste, vol. LXXXIX, no 268,‎ 12 septembre 2009, p. 4-5 (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]