Fesshaye Yohannes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Fesshaye Yohannes, né le 19 septembre 1958 et mort probablement le 11 janvier 2007[1], est un poète, dramaturge et journaliste érythréen[1].

Vétéran de la Guerre d'indépendance, il devient « une figure de la vie politique et médiatique en Érythrée » suite à l'indépendance du pays en 1991. Poète, dramaturge, il anime une troupe de danse et de théâtre, et participe à la fondation du journal Setit. Avec des articles traitant des problèmes de pauvreté, de prostitution, et d'absence d'infrastructures pour les vétérans handicapés de la Guerre d'indépendance, Setit devient « l’hebdomadaire le plus lu du pays »[1],[2].

À la mi-septembre 2001, le gouvernement érythréen du Président Issayas Afewerki interdit tous les médias indépendants et, au nom de la « lutte contre le terrorisme » à la suite des attentats du 11 septembre aux États-Unis, ordonne l'arrestation de tout journaliste indépendant. Suite à l'arrestation de plusieurs de ses collègues, Yohannes se présente de lui-même aux autorités, et est emprisonné[2]. En avril 2002, ayant entamé une grève de la faim pour exiger d'être jugé, il est transféré dans un pénitencier souterrain et, selon certaines sources, torturé[1]. Il reçoit cette même année le Prix annuel international de la liberté de la presse du Comité pour la protection des journalistes[2]. Dans ce pénitencier, lui et plusieurs autres « prisonniers politiques sont détenus à l’isolement complet et dans des conditions inhumaines », sous surveillance militaire, attachés au mur par les pieds, menottés en permanence, dans des cellules éclairées sans discontinuer. Sa santé se détériore ; « paralysé d’une main et marchant avec difficulté », il est hospitalisé à plusieurs reprises, puis emprisonné à nouveau dans ce même pénitencier[1].

Sa mort en détention le 11 janvier 2007 est attestée par plusieurs sources, même si les autorités érythréennes se refusent à tout commentaire[1]. Elle fait suite au décès en détention de Said Abdulkader, Medhanie Haile et Yusuf Mohamed Ali, tous rédacteurs en chef de journaux indépendants (et donc interdits), entre 2005 et 2006[1]. Au moment de la mort de Yohannes, au moins quatorze autres journalistes sont détenus en isolement complet dans les prisons érythréennes[2]. Depuis 2007, l'Érythrée est systématiquement classée dernière, juste derrière la Corée du Nord, au Classement mondial de la liberté de la presse.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g « L’ÉCRIVAIN ET JOURNALISTE FESSEHAYE YOHANNES, DIT "JOSHUA", SERAIT MORT EN DÉTENTION », Reporters sans frontières, 8 février 2007
  2. a, b, c et d (en) "In Eritrea, a prominent journalist dies in a secret government prison", Comité pour la protection des journalistes, 9 février 2007