Ferre Grignard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Grignard (homonymie).

Ferre Grignard (Anvers le 13 mars 1939 - 8 août 1982) est un chanteur belge.

Né dans un milieu bourgeois, avec lequel il a entretenu plus tard peu de contact, il entreprend des études d'art et dans les années 1950 il connait une certaine notoriété auprès du monde des artistes anversois, non pas par les ventes de ses peintures, mais pour son jeu de guitare d'autodidacte.

Aimant à diffuser des rumeurs fantasques sur son propre compte, il racontait volontiers s'être exilé un temps aux États-Unis afin de vivre dans les ghettos noirs; son retour ayant été forcé par un rejet lié à ses penchants anarchistes. Cette anecdote étant reprise dans certaines biographies, il spécifiera plus tard[1] que ces allégations étaient totalement fantaisistes et destinées à brouiller le travail de la presse à son sujet.

En 1964 Hans Kusters, patron de firme de disque, le découvre. Mais c'est aussi cette année-là qu'il prend résidence au café-concert le "Muze" à Anvers[2], qui sera toujours considéré comme son écrin Folk privilégié et qui rassemblera longtemps son public le plus fidèle[3]. En 1966 Grignard accède à la notoriété grâce à son hit Ring, ring, I've got to sing, bientôt suivi de deux autres succès : My crucified Jesus et Drunken Sailor. Par son image hippie beatnik, il devient le Boudewijn de Groot des Flandres[4]. Sa musique est de blues ou folk, accompagnée d'un violon électrique et un harmonica. Les textes, tout au moins au début de sa carrière, sont fréquemment pacifistes, dans la lignée des protest songs, qui s'opposent à la politique américaine au Viêt Nam. Il devint un ami de la scène contemporaine des Sixties, proche de Roland Van Campenhout. Le sommet de sa carrière est un passage à l'Olympia. La même année, Johnny Hallyday - de la même maison de disques que Grignard, Philips - sort la chanson Cheveux longs et idées courtes, librement adaptée de My crucified Jesus, que Ferre Grignard a, lui, puisée dans le folklore[5]. Ferre Grignard n'entame pas de procès, mais exige auprès de Philips un contrat chez Barclay.

Le premier album, baptisé Captain Disaster, qui sort sur ce nouveau label ne marche pas aussi bien que prévu. D’après son manager, le succès qui tombe sur Grignard en 1966 est trop rapide. L’artiste achète rapidement une maison dans laquelle il accueille une vingtaine d’amis pour faire la fête régulièrement. Tout ce qu’il gagne lors de concerts est aussitôt dilapidé. Il refuse de remplir ses déclarations d’impôts et est condamné à reverser une grosse partie de ses royalties pour se remettre en ordre.

Grignard a vécu en harmonie avec son image : sauvage et nonchalant, ce qui a desservi sa carrière. Les fans l'ont bien rapidement oublié et Grignard devint un chanteur de cafés. Peu avant son décès d'un cancer de la gorge en 1982 dans un état de pauvreté totale, il tenta sans succès un retour à sa carrière.

Après sa mort, son esprit et sa musique ont malgré tout continué à vivre. Pas mal de groupes de la scène anversoise (dEUS, Zita Swoon entre autres) citent régulièrement Grignard comme une référence.


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. très bien expliqué dans le long documentaire sur Ferre Grignard diffusé sur la chaîne de télévision belge Canvas le lundi 21 octobre 2013 http://www.canvas.be/programmas/belpop/19652938-58d9-4317-bef5-02b5b90b18b4
  2. le Muze Jazzcafe sis au no 15 Melkmarkt à Anvers, toujours actuellement
  3. voir page Wikipedia en néerlandais sur Ferre Grignard
  4. Boudewijn de Groot est un chanteur des Pays-Bas connu pour son art folk et cette touche de ce qui s'appelle « le petit art » de la langue néerlandaise
  5. Daniel Lesueur, L'argus Johnny Hallyday

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

  • Ring ring (Fontana, 1966)
  • Captain Disaster (Barclay, 1968)
  • Ferré grignard (Les Disques Motors, 1972)
  • I warned you (Philips, 1978)

Compilations

  • Het Beste Van (Master Serie) - (Philips/Polygram, 1997)

Singles[modifier | modifier le code]

  • Ring ring / We want war (Philips, 1966)
  • My crucified Jesus / She's gone (Philips, 1966)
  • Hash bamboo shuffle 1702 / Drunken sailor (Philips, 1966)
  • A worried man / Maureen (Philips, 1966)
  • La si do / Yellow you yellow me (Barclay, 1967)
  • Close your noses… if / Old Joe Jack (Barclay, 1967)
  • Captain Disaster / Tell me now (Barclay, 1968)
  • Yama, yama, hey / I don't have a dance (Barclay, 1969)
  • Railroad Bill / Maybe tomorrow (Motors, 1971)
  • Lazy John / She's back (Motors, 1972)
  • Knockin' me down / When I'm down (Philips, 1973)
  • I warned you / All right (Philips, 1978)

Liens externes[modifier | modifier le code]