Ferrari F14 T

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ferrari F14 T

Ferrari F14 T

Fernando Alonso sur la Ferrari F14 T au Grand Prix de Monaco 2014

Présentation
Équipe Drapeau de l'Italie Scuderia Ferrari
Constructeur Ferrari
Année du modèle 2014
Concepteurs James Allison
Pat Fry
Nicholas Tombazis
Spécifications techniques
Châssis Monocoque composite moulée en fibre de carbone et nid d'abeilles
Suspension avant Doubles triangles superposés, tirants et basculeurs avec barre de torsion, amortisseurs Sachs
Suspension arrière Doubles triangles superposés, tirants et basculeurs avec barre de torsion, amortisseurs Sachs
Nom du moteur Ferrari Type 059/3
Cylindrée 1 600 cm³
Configuration V6 turbo ouvert à 90°, limité à 15 000 tr/min
Orientation du moteur longitudinale
Position du moteur centrale-arrière
Boîte de vitesses Ferrari
longitudinale
Nombre de rapports Semi-automatique à 8 rapports + marche arrière
Type Changement rapide
Différentiel à glissement limité
semi-automatique séquentielle électronique seamless
Électronique allumage et injection électroniques
Système de carburant Réservoir de 150 litres
Système de freinage Disques autoventilés en fibre de carbone et étriers Brembo
Poids 691 kg avec le pilote, les caméras et le lest
Carburant Shell V-Power
Pneumatiques Pirelli PZero (sec) et Cinturato (humide) montés sur jantes OZ Racing
Partenaires Kaspersky Lab, Santander, Hublot
Histoire en compétition
Pilotes 7. Drapeau de la Finlande Kimi Räikkönen
14. Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso
Début Grand Prix d'Australie 2014
Courses Victoires Pole Meilleur tour
12 0 0 1
Championnat constructeur 3e

Chronologie des modèles (2014)

La Ferrari F14 T est la monoplace de Formule 1 engagée par la Scuderia Ferrari dans le cadre du championnat du monde de Formule 1 2014. Elle est pilotée par l'Espagnol Fernando Alonso, présent au sein de l'écurie italienne depuis la saison 2010, et le Finlandais Kimi Räikkönen, qui effectue son retour chez Ferrari. Les pilotes essayeurs sont les Espagnols Marc Gené et Pedro de la Rosa, et l'Italien Davide Rigon. Conçue par les ingénieurs James Allison, Nicholas Tombazis et Pat Fry, la F14 T reprend les modifications de la réglementation technique en vigueur.

Présentée le 25 janvier 2014 à l'usine de Maranello en Italie, la F14 T a été baptisée ainsi à l'issue du vote des fans organisé sur le site internet de l'écurie.

Création de la monoplace[modifier | modifier le code]

La réglementation technique de la Formule 1 évoluant radicalement en 2014, la Ferrari F14 T est dotée d'un moteur V6 turbo Ferrari, d'un système de récupération de l'énergie cinétique de 161 chevaux contre 80 les années précédentes, un museau en fourmilier à 185 millimètres au-dessus du sol, un aileron avant raccourci de 150 millimètres et un gain de masse de 49 kilogrammes[1].

En janvier 2014, l'écurie organise un vote afin que les fans puissent choisir le nom de la nouvelle monoplace italienne, parmi lesquels F14 T, F14 Maranello, F14 Scuderia, F166 Turbo ou F616. Sur plus de 1,1 millions de votants, le nom F14 T a été choisi avec 32 % des voix, au détriment de F166 Turbo[2].

Techniquement, la F14 T conserve les suspensions à tirants de sa devancière, la Ferrari F138 et reprend l'aileron avant de la Ferrari F2012, mais de façon plus arrondi. Les mâts du museau sont très courts et le nez présente une cassure, à l'instar de ses deux devancières. L'aileron arrière se distingue par une sortie d'échappement haute unique un mât central et des petits ailerons au niveau des portes-moyeux. Le centre de la monoplace, similaire à la F138, présente des entrées de pontons plus importantes pour maximiser le refroidissement du moteur et la prise d'air moteur, unique contrairement aux années précédentes, se prolonge par une pièce en forme d'aileron de requin[3].

Soixantième monoplace de l'écurie, la conception de la F14 T, pour 2014 Turbo, aussi connue en interne sous le nom de code progetto 665, a débuté en 2012[4]. Lors de la présentation de la F14 T, Luca di Montezemolo, le président de Ferrari, déclare : « Je suis confiant parce que nous avons tous les ingrédients pour réussir. Nous avons deux très bons pilotes. Kimi est de retour. C’est le dernier pilote à avoir remporté un titre avec nous. Fernando a quant à lui décroché trois fois la deuxième place au championnat lors de ces quatre dernières années. Maintenant, il faut gagner ». Il annonce en outre « accorder beaucoup de confiance à James Allison », le nouveau directeur technique de l'écurie, et aux ingénieurs qui ont conçu le moteur V6[5].

James Allison affirme de son côté : « Si je devais définir quelque chose de fondamental pour cette année, ce ne serait pas la puissance du moteur ou l’efficacité aérodynamique, mais la fiabilité. Ce sera sans aucun doute crucial. Commencer à travailler sur un projet en partant d’une feuille blanche, surtout sur un projet aussi complexe et difficile, c’est comme si c’était Noël tous les jours pour les ingénieurs »[6]. Stefano Domenicali, le directeur sportif de la structure italienne, avoue qu'il a « fallu relever le challenge technique le plus important de ces dix dernières années »[4].

Résultats en championnat du monde de Formule 1[modifier | modifier le code]

Résultats détaillés de la Ferrari F14 T en championnat du monde de Formule 1
Saison Écurie Moteur Pneus Pilotes Courses Points
inscrits
Classement
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19
2014 Scuderia Ferrari Ferrari Type 058
V6 Turbo
Pirelli AUS MAL BAH CHI ESP MON CAN AUT GBR ALL HON BEL ITA SIN JAP RUS USA BRÉ ABU 160 3e
Kimi Räikkönen 7e 12e 10e 8e 7e 12e 10e 10e Abd 11e 6e 4e
Fernando Alonso 4e 4e 9e 3e 6e 4e 6e 5e 6e 5e 2e 7e

Légende : ici

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Basile Davoine, « Le point sur le réglement 2014 », sur toilef1.com,‎ 6 décembre 2013 (consulté le 24 janvier 2014)
  2. Olivier Ferret, « Ferrari dévoile le nom de sa F1 2014 », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 24 janvier 2014 (consulté le 25 janvier 2014)
  3. MarcL, « Inside Scuderia Ferrari F14 T... », sur fanaticf1.com,‎ 25 janvier 2013 (consulté le 26 janvier 2014)
  4. a et b D. Thys, « Ferrari : La pression monte pour Stefano Domenicali », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 25 janvier 2014 (consulté le 25 janvier 2014)
  5. Julien Delfosse, « Montezemolo : "Maintenant, il faut gagner" », sur toilef1.com,‎ 25 janvier 2014 (consulté le 25 janvier 2014)
  6. D. Thys, « Allison : la fiabilité sera cruciale cette année », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 25 janvier 2014 (consulté le 25 janvier 2014)

Sur les autres projets Wikimedia :