Ferrari F12berlinetta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ferrari F12 berlinetta
Ferrari F12berlinetta
Une Ferrari F12 Berlinetta au Mondial de l'automobile de Paris 2012

Marque Drapeau : Italie Ferrari
Années de production 2012 -
Classe Voiture de sport
Usine(s) d’assemblage Maranello, Italie
Moteur et transmission
Énergie Essence
Moteur(s) V12, 6,3 L, 48 soupapes
Position du moteur Longitudinale centrale avant
Cylindrée 6 262 cm3
Puissance maximale À 8 250 tr/min : 740 ch (soit 546 kW)
Couple maximal À 6 000 tr/min : 690 Nm
Transmission Propulsion
Boîte de vitesses Robotisée F1
7 rapports automatique, double embrayage
Poids et performances
Poids à vide 1 525 kg
Vitesse maximale 340 km/h
Accélération 0 à 100 km/h en 3,1 s
Consommation mixte 15,0 L/100 km
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Coupé, 2 portes
Coefficient de traînée 0,29
Freins Disques ventilés
carbone céramique CCM3
Dimensions
Longueur 4 618 mm
Largeur 1 942 mm
Hauteur 1 273 mm
Empattement 2 750 mm
Volume du coffre 320 à 500 dm3
Chronologie des modèles
Précédent Ferrari 599 GTB Fiorano

La Ferrari F12 Berlinetta est une voiture sportive de grand tourisme produite par le constructeur italien Ferrari. Elle a été dévoilée au public le 29 février 2012.

Elle remplace la Ferrari 599 GTB Fiorano ( ou Ferrari 599 GTO ) commercialisée en 2006, et s'inscrit et succède, plus généralement, à la lignée traditionnelle des GT Ferrari à 2 places équipées d'un V12 à l'avant.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premières photos de la remplaçante de la Fiorano sont dévoilées le 29 février 2012. Elle est présentée à l'occasion du 82e Salon International de l'Auto et Accessoires de Genève le 6 mars de la même année. Alors que la presse spécialisée pensait qu’elle allait endosser le patronyme de F620 GT ou F620, le "Cavallino" a nommé sa nouvelle voiture F12berlinetta, modèle de route le plus puissant jamais proposé par la firme de Maranello.

Design[modifier | modifier le code]

On retrouve dans le dessin de l'auto des traits des modèles contemporains de Ferrari (California, 458, FF).

De nombreux choix esthétiques ont été dictés par des contraintes aérodynamiques. Celle-ci a été très travaillée, afin d'obtenir un Cx de 0,29. Par rapport à sa devancière, la charge verticale augmente de 76 % (126 Kg à 200 km/h) avec un Cx inférieur. La principale source d'amélioration vient au dessin du capot moteur qui, pour la première fois sur une voiture[réf. nécessaire], est utilisé comme générateur de déportance en déviant le flux d'air du capot vers les flancs. De plus, les déflecteurs d'air pour le refroidissement des freins sont pilotés et ne s'ouvrent que lorsque la situation l'exige, ceci afin de favoriser l'aérodynamisme.

En 2014 le designer Flavio Manzoni, vice-président sénior design chez Ferrari, a reçu le prix Compasso d'Oro, prestigieuse reconnaissance internationale dans le monde du design, pour la combinaison de la technologie et du design de la F12berlinetta.

Moteur et performances[modifier | modifier le code]

La F12berlinetta bénéficie de plusieurs innovations technologiques dérivées de l'expérience acquise en F1 afin de se mettre au niveau de ses concurrentes, les coupés V12 tels que la Lamborghini Aventador[1],[2].

Le V12 à 65° placé en position centrale avant, dérivé de celui qui équipait les Ferrari Enzo et Ferrari FXX, voit sa cylindrée augmentée à 6 262 cm3 et délivre 740 ch (soit 118 ch/litre !) à 8 250 tours par minute mais dispose de 80 % de cette valeur dès 2.500 tours. Le rapport volumétrique atteint une valeur très élevée de 13,5:1 pour un moteur atmosphérique essence. La voiture est équipée d'une boîte manuelle robotisée type F1 avec un double embrayage.

Selon le constructeur, la vitesse maximale obtenue est de 340 km/h, le 0 à 100 km/h est donné pour 3,1 secondes et le 0 à 200 km/h pour 8,5 secondes.

Habitabilité et confort[modifier | modifier le code]

La zone rouge du compte-tours central débute à 8 250 tr/min. Le limiteur est calé à 8 800 tours. Le compteur de vitesse, placé à droite, affiche 360 km/h de vitesse maximale. Sur le volant, le « manettino » placé sur la droite permet de régler le degré d'intervention des aides à la conduite et permet de supprimer ou d'activer la fonction sport. La fonction sport correspond au réglage normal sur les Ferrari. Le bouton de démarrage est placé sur le volant à gauche.

L'intérieur emploie abondamment le cuir fin étendu, et le niveau de finition de la F12berlinetta, dont une partie de la réalisation fait appel à des techniques artisanales, est en hausse par rapport au modèle précédent.

Châssis et tenue de route[modifier | modifier le code]

Le nouveau châssis est entièrement en aluminium et bénéficie de la technique « Space Frame » permettant d'associer différents procédés d'assemblage et autorisant un appréciable gain de poids. 12 alliages différents sont employés. La rigidité en tortion a été augmentée de 20 % par rapport à la 599 GTB alors que le poids a été réduit de 70 kg pour atteindre un rapport poids/puissance jamais atteint auparavant pour une Ferrari de route de 2,06 kg/cheval-vapeur.

Le système de contrôle de traction, baptisé F1-Trac et dérivé de la F1, est une sorte de super antipatinage permettant de maîtriser l'arrivée de la puissance en optimisant l'adhérence à l'accélération.

Le nouveau système de suspension pilotée électroniquement, appelé SCM-E — « Sospensione a Controllo Magnetoreologico Evoluzione », suspension contrôlée selon une logique magnétique.

Production[modifier | modifier le code]

Les premières livraisons ont débuté en septembre 2012.

La série spéciale pour le marché russe[modifier | modifier le code]

Pour fêter les 10 ans de présence sur le marché russe au Barvhikha Luxury Village de Moscou, Ferrari a lancé une série "très" limitée de la F12berlinetta "Tailor Made" avec une carrosserie rouge Ferrari ou bleu électrique. L'habitacle reçoit un cuir "Soul" de Poltrona Frau.

De plus sont commercialisés les 25 exemplaires de la nouvelle montre "Hublot Big Bang Ferrari Russia".

Ce n'est pas la première fois que Ferrari soigne ses clients russes. Déjà en 2007, le constructeur de Maranello leur avait réservé une série spéciale de 5 exemplaires de la F612 Scaglietti[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Quattroruote
  • Autoblog.it

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :