Ferréol d'Uzès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint Ferréol.

Saint Ferréol, 5e évêque d’Uzès, épiscopat de 553 à 581, neveu de saint Firmin. Il est commémoré le 9 mai en tant qu'orthodoxe du jour.

Chronologie[modifier | modifier le code]

553.   Il succède à saint Firmin, son oncle, à l'âge de 32 ans. Il est sacré par l’évêque d’Arles Sapaudus alors son métropolitain, assisté des évêques d’Avignon et d’Orange ses compères provinciaux.
556.   Il est exilé à Paris.
558.   Il revient d'exil.
    Il siège pendant 28 ans.
    Il fonde, à Uzès, le monastère de Saint-Ferréol.
581.   Il meurt le 4 janvier à Uzès.
    Il est inhumé dans l'église Saint-Pierre et Saint-Paul, hors des murs, qu'il avait fait édifier, au nord de la ville.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Joseph Hyacinthe Albanès, Gallia christiana novissima. Histoire des archevêchés, évêques et abbayes de France d'après les documents authentiques recueillis dans les registres du Vatican et les archives locales, complétée, annotée et publiée par Chevalier Ulysse.
  • Guillaume de Catel, Histoire de Languedoc.
  • Léon Ménard, Histoire de Languedoc.
  • Eugène Germer-Durand, Le Prieuré et le Pont de Saint-Nicolas-de-Campagnac.
  • Louis de la Roque, Armorial de Languedoc.
  • A. Debat, Trois frères évêques en Rouergue, Pierre d'Aigrefeuille, évêque de Vabres (1347-1349), Raymond d'Aigrefeuille, évêque de Rodez (1349-1361), Faydit d'Aigrefeuille, évêque de Rodez (1361-1371), Revue du Rouergue, n° 19, 1989.
  • Georges Charvet, La première maison d'Uzès, étude historique et généalogique de la première maison d'Uzès suivi du catalogue analytique des évêques d'Uzès, Lacour-Ollé, éditeur, Nîmes, 2002 (réimpression).

Liens internes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Joseph Vaesen et Étienne Charavay, Lettres de Louis XI, tome X, p.140, note n°1, principalement d'après Gallia christiana, tome VI, p.643 ainsi que Le bulletin du Comité historique des monuments écrits de l'histoire de France, Histoire, sciences, lettres, tome III, p.247, Paris 1852 ; publiée par Librairie Renouard, Paris 1908).