Fernando Ortiz Fernández

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Fernando Ortiz Fernández, né le 16 juin 1881 et mort le 10 avril 1969 à La Havane, est un ethnologue et anthropologue cubain. Considéré comme le plus important de sa spécialité, il est à l'origine du concept de transculturation, qu'il a appliqué au contexte culturel de la société coloniale cubaine pour expliquer l'émergence et la constitution historique de la nationalité cubaine[1].

Il est parfois désigné comme le « troisième découvreur de l'Amérique »[2], après Christophe Colomb et Alexander von Humboldt, en hommage à l'ampleur et à la profondeur de ses études. Il s'est en particulier intéressé à l'influence africaine dans la culture cubaine.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Los Negros brujos, 1906
  • Los negros esclavos, 1916
  • Un catauro de cubanismos : Apuntes lexicográficos, 1923
  • Glosario de afronegrismos, 1924
  • Contrapunteo cubano del tabaco y el azúcar, 1940
  • La Africania de la musica folklorica de Cuba, 1950
  • Wifredo Lam y su obra vista a travès de significados criticos, La Havane, 1950 : première monographie consacrée au peintre W. Lam[3]
  • Los Instrumentos de la musica afrocubana, 1952-1955
  • Nuevo catauro de cubanismos, 1985
  • Los Negros curros, 1986, édition posthume

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. William Navarrete, La Chanson cubaine (1902-1959), L'Harmattan, Col. « Recherches et documents - Amériques latines », Paris, 2000, (ISBN 2-7384-9861-2), p. 15
  2. (es) Luis Rafael, Fernando Ortiz, tercer descubridor de Cuba sur le site de l’Institut Cervantes.
  3. Lam et les poètes, Hazan, Paris, 2005, p. 138.

Liens externes[modifier | modifier le code]