Fernand Widal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Fernand Widal

alt=Description de l'image Fernand Widal.jpg.
Naissance 9 mars 1862
Dellys (Algérie) (France)
Décès 14 janvier 1929 (à 66 ans)
Paris (France)
Nationalité Drapeau de France Français
Champs microbiologie
Institutions Hôpital Cochin
Académie de médecine
Académie des sciences

Fernand Georges Isidore Widal, né le 9 mars 1862 à Dellys (Algérie) et mort le 14 janvier 1929 à Paris, est un médecin et bactériologiste français qui s'est fait connaître par ses travaux sur les maladies rénales, sur le diagnostic sérologique de la fièvre typhoïde, la vaccination contre cette maladie et d'autres maladies infectieuses.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fernand Widal est le fils de Henri Victor Widal (né à Wintzenheim en 1826), chirurgien militaire issu d'une famille juive originaire d'Alsace alors en poste en Algérie et plus tard médecin chef de l'hôpital de Versailles et membre correspondant de l'Académie de médecine en 1894. Fernand Widal débute des études de médecine à Paris, devient interne en 1884 [1]et docteur en médecine en 1889. Médecin des hôpitaux de Paris en 1893, agrégé en 1894, il pratique à l'hôpital Cochin à partir de 1905, enseigne la pathologie interne à partir de 1911, puis la médecine clinique à partir de 1918. En 1906, il entre à l'Académie de médecine, puis à l'Académie des sciences en 1919. Il est le frère de l'avocat Georges Widal (1874-1955) et le neveu d'Auguste Widal (1822-1875), professeur de lettres à la faculté de Besançon[2].

Widal meurt au début de l'année 1929 d'une hémorragie cérébrale consécutive à une crise de goutte. Il est enterré au cimetière du Père-Lachaise[3].

Travaux scientifiques[modifier | modifier le code]

Les travaux de Widal ont surtout porté sur la fièvre typhoïde, pour laquelle il développe une technique de diagnostic dès 1896, le test de Widal. Il est l'un des pionniers du diagnostic sérologique d'une maladie infectieuse grâce à l'agglutination[4]. Pendant la Première Guerre mondiale, il met au point un vaccin qui a permis de réduire la propagation de cette maladie dans les troupes alliées.

Il a aussi travaillé sur le rôle du chlorure de sodium dans les néphrites et l'œdème cardiaque (1906) et décrit le syndrome de Widal, caractérisé par l'association d'asthme, de polypes nasaux et d'intolérance à l'aspirine (1929). Il est l'auteur de très nombreuses publications portant sur les maladies infectieuses (notamment l'érysipèle), hépatiques, cardiaques et du système nerveux.

Son nom a été donné à l'hôpital Fernand-Widal en 1959.

Œuvres et publications[modifier | modifier le code]

Rue Fernand Widal à Paris
  • Expérimentation thérapeutique de la digitaline cristallisée, V. Rozier (Paris), 1873, disponible sur Gallica.
  • Étude sur l'infection puerpérale, la "phlegmatia alba dolens" et l'érysipèle, G. Steinheil (Paris), 1889, disponible sur Gallica.
  • Sur les microbes de la dysentérie épidémique, 1888.
  • Recherches de la réaction agglutinante dans le sang et le sérum desséchés des typhiques et dans la sérosité des vésicatoires avec Arthur Sicard, 1896.
  • La cure de déchloruration dans le mal de Bright et dans quelques maladies hydropigènes, avec A. Javal, 1906.
  • Streptococcie, staphylococcie, pneumoccie, colibacillose, avec Jules Courmont, Louis Théophile Joseph Landouzy, Nicolas Augustin Gilbert, 1906.
  • Maladies des veines et des lymphatiques, 1911.
  • Fièvres typhoïde et paratyphoïde, avec André-Alfred Lemierre et Pierre Abrami, 1927.
  • La dysenterie bacillaire avec Lemierre and Abrami, 1927.
  • Les ictères, avec P. Abrami 1928.
  • Spirochétose ictéro-hémorrhagique, avec E. May, 1928.
  • Hémoglobinurie avec P. Abrami, 1929.
En collaboration
  • avec André Chantemesse : De l’immunité contre le virus de la fièvre typhoïde conférée par des substances solubles, 1888.

Titres et distinctions[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacqueline Brossolet: « Widal Fernand - (1862-1929)  », in: Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 avril 2014, Texte intégral en ligne.
  • (en) Peter R. Hunter: « Fernand Widal », in: Med Hist. Jan 1963; 7(1): 56–61. PMCID: PMC1034780 Texte intégral.
  • (en) Siang Yong Tan, Katy Linskey: « George Fernand Widal (1862–1929): Serologist and clinician-scientist », in: Singapore Med J, 2012; 53(5) : 297-8, Texte intégral.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Chronologie de deux siècles d'Internat
  2. Daniel Stauben alias Auguste Widal dans le site de l'A.S.I.J.A.
  3. Fernand Isidore Widal dans le site des et passionnés du Père-Lachaise
  4. « Contribution au procédé de Widal pour le diagnostic de la fièvre typhoïde par la séroréaction », [communication faite à la Société de biologie de Paris] (séance du 1er juillet 1899) par Jules-Hector-HippolyteGuillemin, Masson et Cie (Paris), 1899, disponible sur Gallica
  5. « Notice no LH/2756/3 »

Liens externes[modifier | modifier le code]