Fernand Marcel Amoussou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le général Fernand Amoussou est né à Aplahoué au Bénin le 25 juin 1955. Il a été Chef d’état major général des forces armées béninoises et a commandé la force des Nations unies en Côte d’Ivoire.

Il continue d’être au service de la paix et de la sécurité en Afrique en fournissant aux gouvernements et aux institutions internationales des analyses stratégiques sur les évolutions en Afrique. Sa grande connaissance du continent et de ses principaux acteurs ainsi que son ouverture d’esprit et ses talents de négociateur ont fait de lui une personnalité de premier plan dans la gestion des crises et des conflits en Afrique.

Il parle le français, l’anglais et le chinois.

Issu de l’école d’infanterie de Montpellier et de l’école des troupes aéroportées de Pau en France, il est diplômé de l’école d’état-major de Compiègne et de l’école supérieure de guerre de Paris en France.

Il a, en outre, fréquenté plusieurs universités de renom comme la Harvard Law School aux Etats Unis dont il est détenteur d’un certificat en leadership et médiation, ainsi que l’université Qinqhua de Beijing en Chine d’où il obtient un diplôme d’ingénieur en électronique. Il a été également auditeur du Centre des études stratégiques pour l’Afrique des Etats-Unis et de l’Institut des hautes études de défense nationale de France.

Il a intégré l’armée béninoise en 1975 et a servi dans plusieurs unités opérationnelles en ne perdant jamais de vue que l’une des qualités foncières d’un chef digne de ce nom est l’exemplarité. Toute sa carrière et toutes ses actions ont eu pour fondement que tout leadership n’est efficace que par l’exemple.

La Conférence nationale des forces vives de la nation de février 1990 se tient alors qu’il était le chef du bureau emploi de l’état-major général des forces armées béninoises. Il prend sa part dans la préparation et le déroulement de cet historique évènement qui changea le cours du destin commun des Béninois. Il prend déjà la mesure de l’attachement de ses compatriotes aux valeurs de paix, de dialogue et de pardon qu’il a fait profession de cultiver en permanence.

En 1995, il est nommé directeur de la planification et de la coopération militaire au ministère de la défense nationale par le Président Nicéphore Soglo. A ce poste, il s’emploie d’une part, à mettre en place un mécanisme de planification inscrivant l’édification des forces armées sur le moyen et le long terme, et d’autre part, à réduire les actions ponctuelles le plus souvent palliatives.

En 1997, il est nommé chef d’état-major de l’armée de terre par le Président Mathieu Kérékou. Il axe son action sur l’élévation du niveau opérationnel des formations sous ses ordres, l’amélioration des conditions de vie de la troupe et l’implication de l’armée de terre dans des tâches d’intérêt public au profit des populations des zones de déploiement des unités.

En 2000, il est nommé chef d’état-major général des forces armées du Bénin par le Président Mathieu Kérékou. Dans cette haute fonction politico-militaire, il a en particulier conçu et mis en œuvre une grande réforme des forces armées béninoises afin de les transformer en une véritable institution républicaine et professionnelle. Il a en outre fortement œuvré à l’amélioration de la gouvernance de l’institution militaire tant au niveau des ressources humaines que financières. De même, il s’est beaucoup investi pour une plus grande implication des forces armées dans les actions d’intérêt public et de développement. C’est ainsi que l’armée a été engagée plus que par le passé dans la construction de routes et de pistes, d’écoles et de centres de santé.

Préoccupé par l’égalité des chances pour tous les fils et toutes les filles du Bénin, il a tout mis en œuvre pour rendre opérationnel le lycée militaire de jeunes filles de Natitingou qu’il considère comme l’une de ses grandes satisfactions.

En 2006, il prend le commandement de la force de l’opération des Nations unies en Côte d’Ivoire nommé par le Secrétaire général Kofi Annan, après en avoir été Commandant Adjoint d’août 2005 à mars 2006.

Il est confirmé à ce poste en 2008 par le Secrétaire général Ban Ki Moon. Dans cette mission au service de la paix en Afrique, il a réussi à prévenir toute reprise des hostilités œuvrant inlassablement à un règlement politique de la crise ivoirienne. Les résultats obtenus pendant son temps de commandement de cette force internationale, qui a pris fin le 31 mars 2010, continuent d’être cités en exemple dans le système des Nations unies.

Le général Amoussou s’est également beaucoup investi dans les réflexions sur les mécanismes de sécurité collective de la CEDEAO et la mise en place de sa force en attente.

Outre ses 35 années de service opérationnel à divers niveaux, il a été consultant de plusieurs organisations internationales sur les questions de transformation militaire lors des transitions démocratiques. Il a aussi été membre de missions de bonne volonté et de médiation au Togo et en Guinée Conakry.

Le Général Amoussou a présenté plusieurs communications à divers forums et séminaires sur les problématiques de sécurité et de neutralité des forces armées en Afrique ainsi que sur les questions de stratégie de sécurité et de défense des pays africains.

Il est l’auteur de l’ouvrage « Vaincre l’insécurité en Afrique : défis et stratégies » aux éditions economica à Paris.

Le Général Amoussou a reçu les décorations suivantes: Officier de l’Ordre National du Bénin, Officier de l’Ordre du Mérite du Bénin, Commandeur de la Légion d’Honneur de France, Commandeur de l’Ordre National de Côte d’Ivoire, Officier de l’Ordre du Mono du Togo, Chevalier de l’Ordre National du Niger, Médailles d’Opérations des Nations Unies.

Décorations[modifier | modifier le code]

Le Général AMOUSSOU est titulaire de plusieurs décorations dont :

  • Officier de l’Ordre National du Bénin,
  • Officier de l’Ordre du Mérite du Bénin,
  • Commandeur de la Légion d’Honneur de France,
  • Commandeur de l’Ordre National de Côte d’Ivoire,
  • Officier de l’Ordre du Mono du Togo,
  • Chevalier de l’Ordre National du Niger,
  • Médailles d’Opérations des Nations unies.

Famille[modifier | modifier le code]

Le général Amoussou est marié et père de quatre enfants.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

http://fernandamoussou.com/

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]