Fernand Daoust

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Fernand Daoust (né le 26 octobre 1926 à Montréal) est un syndicaliste québécois.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il étudie en sciences économiques et en relations industrielles à la faculté des sciences sociales de l'université de Montréal[1].

En 1950, il s'engage dans le syndicalisme, au Syndicat des chapeliers, puis au Congrès canadien du travail et au Congrès du travail du Canada. De 1959 à 1968, il est au Syndicat des travailleurs des industries pétrolière, chimique et atomique[2].

Il est candidat du Nouveau Parti démocratique (NPD) dans la circonscription de Maisonneuve—Rosemont à l'élection fédérale du 18 juin 1962, où il obtient 16,20 % des votes[3], et à l'élection du 8 avril 1963, où il obtient 18,51 % des votes[4]. En juin 1963, il est membre du comité provisoire d'organisation du Nouveau Parti démocratique du Québec et président du conseil provisoire du Parti socialiste du Québec[5],[6].

En 1964 il est candidat au poste de président de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) mais c'est Louis Laberge qui remporte l'élection[7] et Daoust devient vice-président[8]. En 1968 et 1969, il est directeur québécois du Syndicat canadien de la fonction publique[5]. D'octobre 1969 à juin 1991, Daoust est le secrétaire général de la FTQ. « Pendant plus de vingt ans, le parcours de Fernand Daoust s'est confondu avec celui de Louis Laberge et celui de la FTQ. »[5] De 1991 à novembre 1993, Daoust est président de la FTQ[1]. De 1983 à 1994, il est secrétaire du Fonds de solidarité FTQ puis il en est président du conseil d'administration de 1994 à 1996[1].

Dans les années 2000, Daoust milite au sein du Mouvement d'éducation et de défense des actionnaires (MÉDAC).

Honneurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g « Fernand Daoust », notice biographique sur le site de l'Ordre national du Québec. Consulté le 23 novembre 2012.
  2. Michel Rioux, « Daoust, Fernand », L'Encyclopédie canadienne. Consulté le 23 novembre 2012.
  3. Parlement du Canada, Historique des circonscriptions depuis 1967, Candidats, 25e législature
  4. Parlement du Canada, Historique des circonscriptions depuis 1967, Candidats, 26e législature
  5. a, b et c André Leclerc, Fernand Daoust et la construction du Québec français, L'Action nationale, 12 octobre 2009. Consulté le 23 novembre 2012. Voir aussi André Leclerc, Fernand Daoust - Le jeune militant syndical, nationaliste et socialiste. Tome 1 : 1926-1964, M éditeur, Mont-Royal, 2013, 304 pages, (ISBN 978-2-923986-86-9) et André Leclerc, Fernand Daoust - Bâtisseur de la FTQ. Tome 2 : 1964-1993, M éditeur, Mont-Royal, 2013, (ISBN 978-2-923986-88-3).
  6. Roch Denis, Luttes de classes et question nationale au Québec, 1948-1968, Montréal, Presses socialistes internationales (ISBN 2-89136-000-1, lire en ligne)
  7. « Fernand Daoust (1926-) Syndicaliste », Bilan du siècle, université de Sherbrooke. Consulté le 23 novembre 2012.
  8. FTQ 50 ans, Album-souvenir 1957-2007, FTQ, (ISBN 978-2-89639-017-5). Consulté le 23 novembre 2012.
  9. Le titre de Patriote de l’année, Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal. Consulté le 25 novembre 2012.