Fernand Crommelynck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Crommelynck.

Fernand Crommelynck

Activités Dramaturge, acteur, metteur en scène
Naissance 19 novembre 1886
Paris
Décès 17 mars 1970 (à 83 ans)
Saint-Germain-en-Laye
Langue d'écriture Français

Fernand Crommelynck est un dramaturge, acteur et metteur en scène belge d'expression française, né à Paris le 19 novembre 1886 et mort à Saint-Germain-en-Laye le 17 mars 1970[1],[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Fernand Crommelynck fut d'abord comédien, puis il fit ses débuts de dramaturge au théâtre du Parc de Bruxelles en 1906 dans la pièce Nous n'irons plus aux bois. Il écrira ensuite tant pour les scènes parisiennes que bruxelloises de nombreuses autres pièces imprégnées d'expressionnisme germanique et de candeur oratoire flamande.

Il jouera comme acteur dans quelques films belges majeurs réalisés par le cinéaste français Alfred Machin dont L'Histoire de Minna Claessens (1912, premier long métrage du cinéma belge, aujourd'hui perdu) et le mélodrame pacifiste Maudite soit la guerre (1914) avant de devenir journaliste.

À Bruxelles, en 1946, sa pièce Le Cocu magnifique a été adaptée à l'écran par le cinéaste belge Émile-Georges De Meyst, avec Jean-Louis Barrault dans le rôle de Bruno.

Fernand Crommelynck est le père des graveurs Aldo Crommelynck, Piero Crommelynck et Milan Crommelynck. Son épouse Anna est décédée le 15 août 1970 à Saint-Germain-en-Laye à 83 ans.

Il apparaît dans la bande dessinée d'Emmanuel Guibert: la guerre d'Alan d'après les souvenirs d'Alan Ingram Cope.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Éditions récentes[modifier | modifier le code]

  • Tripes d'or, préface de Michèle Fabien, lecture de Paul Emond, Actes Sud, 1989
  • Monsieur Larose est-il l'assassin ?, roman policier, préface de Luc Dellisse, Bruxelles, Les Éperonniers, 1988
  • Le Cocu magnifique, préface de Jean Duvignaud, lecture de Paul Emond, Bruxelles, Labor, 1987
  • Théâtre, introduction de Georges Perros, Gallimard, 1986-1987
contient : Le Cocu magnifique ; Les amants puérils ; Le sculpteur de masques ; Tripes d'or ; Carine ; Chaud et froid
  • Carine ou la jeune fille folle de son âme, Bruxelles, La Renaissance du Livre, coll. « Espace Nord », 2010

Acteur[modifier | modifier le code]

Note[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire de la littérature française contemporaine, Larousse, Paris, 1968.
  2. Histoire du théâtre, tome 5, Vito Pandolfi, Marabout université, Verviers, 1969.

Liens externes[modifier | modifier le code]