Ferme de Mont-Saint-Jean

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ferme de Mont-Saint-Jean
La ferme de Mont-Saint-Jean
La ferme de Mont-Saint-Jean
Présentation
Période ou style architecture rurale
Destination initiale Ferme
Protection Icône du bouclier bleu apposé sur un immeuble classé de la Région wallonne Patrimoine classé (1995, no 25110-CLT-0010-01)
Géographie
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Province Drapeau de la province du Brabant wallon Province du Brabant wallon
Commune Waterloo
Localisation
Coordonnées 50° 41′ 08″ N 4° 24′ 34″ E / 50.685556, 4.40944450° 41′ 08″ Nord 4° 24′ 34″ Est / 50.685556, 4.409444  

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Ferme de Mont-Saint-Jean

Géolocalisation sur la carte : Brabant wallon

(Voir situation sur carte : Brabant wallon)
Ferme de Mont-Saint-Jean

La ferme de Mont-Saint-Jean est une ferme située sur le site du champ de bataille de Waterloo, sur le territoire de la commune belge de Waterloo dans la province du Brabant wallon, au lieu-dit Mont-Saint-Jean, sur le côté est de la route N5 qui relie Bruxelles à Charleroi.

Sa notoriété remonte aux combats du 18 juin 1815 lors desquels elle servit d'hôpital militaire aux troupes anglaises.

Historique[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La ferme a appartenu à l'ordre des hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem (appelé plus tard ordre de Malte). Elle a souvent été erronément attribuée aux Templiers. Dans le porche d'entrée, un blason des chevaliers de malte est gravé sur une pierre. En 1914, cette pierre, cassée, a été remontée à l'envers[1].

À partir de 1230 la maison est sous les ordres d’un commandeur, Arnould. Attaché à l’ordre de Piéton, tandis qu'elle est mise en location au XIVe siècle.

Origine du bâtiment actuel[modifier | modifier le code]

Le bâtiment actuel date de mai 1719[2]. Le bâtiment n’avait pas sa disposition de carré fermé avant 1765, une haie et une grille fermait le tout. En 1775 la ferme se composait d’un logis, d’étables, d’une porcherie; de granges, d’un four, d’un puits et d’une chapelle[2]. Dans les premiers temps, la route de Bruxelles passait à l’Est de la ferme mais son tracé fut rectifié tel qu’on le connaît de 1815 à nos jours, en 1765[3].

La ferme au cœur de la bataille de Waterloo[modifier | modifier le code]

Lors de la bataille de Waterloo, la ferme de Mont-Saint-Jean servit d'hôpital militaire aux troupes anglaises[4].

Le Duc de Wellington étant arrivé vers 17h entre le chemin d'Ohain et la Ferme y passa la nuit du 17 au 18 juin en dormant 3h tout habillé[5].

En particulier le Prince d'Orange, blessé à l'épaule durant cette bataille y fut amené et soigné avant d'être transféré à Bruxelles[6].

Après la bataille, durant près de quatre jours, médecins locaux et chirurgiens opèrent et amputent en série, sans anesthésie. les membres amputés « s'entassent aux quatre coins de la cour de la ferme[7]. »

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

La ferme Mont-Saint-Jean au XIXe siècle. Noter la plaque au dessus du portail.
Ferme de Mont Saint Jean, vue vers Genappe et Charleroi. Noter les rails du tramway sur le côté gauche.
Cour intérieure vers 1909.

Après la Révolution française, la ferme fut vendue comme « bien national ». Elle passa alors de mains en mains pour aboutir en 1946 dans celles d'une famille de fermiers des Flandres : la famille Claus.

En 1906 la ferme est une première fois menacée de démolition[8].

Durant des années, une ligne de tramway vicinal passait devant la ferme, comme on peut le constater sur les cartes postales anciennes. Le site du dépôt des trams est encore visible en 2012 à quelques centaines de mètres en direction de Genappe.

En 1926 le porche de la ferme s’effondre une première fois[9].

En 1972 l'exploitation est menacée pour favoriser le tracé du périphérique de contournement de Bruxelles. La pugnacité du propriétaire évite cette issue. L'exploitation est amputée de 15ha et l'autoroute passe à quelques mètres de ses murs [10]. En 1992, la ferme est toujours la possession des trois des fils du propriétaire de l'époque[11].

Une partie de la ferme fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis le 24 janvier 1995, à savoir les façades et toitures de la tour-porche et des étables attenantes ainsi que la grange[12],[13].

En 1996 la ferme est rachetée à son exploitant par une société immobilière[13].

En avril 1992 le porche et son pigeonnier sont ébranlés par une tremblement de terre et menacent de s'effondrer[14]. Diverses démarches sont envisagées ou accomplies dont celles pour un classement du porche au titre de Monument Historique. La situation est bloquée par la question du financement des travaux si bien que durant dix ans le porche endommagé et étançonné s'offre en spectacle aux passants[15].

Finalement le porche est démonté et reconstruit à l'identique en 2012. Un financement public-privé va permettre la restauration de l'édifice[16]. Les travaux sont achevés durant l'été 2012.

En 2014, la ferme est vendu par la famille Janssens au groupe Anthony Martin qui entreprend immédiatement un vaste programme de restauration: toitures, renforcement de la grange, réhabilitation des logis, station d'épuration, etc. En septembre 2014 est installé une micro-brasserie de capacité de 3 500 hL pour le brassage de la bière de Waterloo (Spéciale, Double brune et Triple Blonde).

Description[modifier | modifier le code]

Lors de la bataille de 1815, le porche existait déjà comme le montre les photos[17].

Plan de la Ferme de Mont-Saint-Jean.

Architecture[modifier | modifier le code]

Au-dessus de la porte du logis se trouve une croix de Malte datant de 1682[18].

Plaques commémoratives[modifier | modifier le code]

  • La pierre du porche (fortement abimé pendant la dernière restauration et en dépôt dans un des bâtiments) porte une inscription pour commémorer les transformations importantes de 1778. Le texte latin en est :

Haec villa omnimo reedificata ab illustrissimo D.D. De Rosset Defleury
commendatore in Pieton ordinis Melitensis anno Domini 1778

Traduction :

« Cette demeure a été totalement rénovée par le très illustre maître De Rosset Defleury
commandant à Piéton de l'ordre de Malte en l'an de grâce 1778. »

  • À la droite du portail, à l’initiative du Royal Army Medical Corps, une inscription honore depuis le 5 juin 1981 le service médical des armées.Le texte est :

In memory of deputy inspector Gunning principal medical officer of the 1st corps the surgeons
and other members of the field hospital which was established in this farm to care for the wounded
on the battlefield 18th June 1815[18]
this tablet was erected 1981
by the royal army medical corps

Traduction :

« À la mémoire de l'inspecteur adjoint Gunning, officier médical en chef
du 1er corps des chirurgiens et des autres membres de l'hôpital de campagne
qui a été installé dans cette ferme pour prendre soin des blessés sur le champ de bataille
le 18 juin 1815.
cette plaque a été posée en 1981
par le corps médical de la royal army »

Croix de Malte sur le porche d'entrée.
Plaque commémorative au corps médical anglais. (Apposée en 1981)
La ferme de Mont-Saint-Jean et (en arrière-plan) le château Cheval[19].
Ferme de Mont-Saint-Jean, façade Est (arrière).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Il existe aussi une :

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jan Claus, ancien fermier cité par Éric Meeuwissen, L'hôpital des Anglais n'est toujours pas classé. le Soir, samedi 17 octobre 1992, Page 22
  2. a et b Jaspar, H.P.H. La Ferme de Mont Saint Jean. p. 1-7 cité par Pierre de Wit sur le site waterloo-campaign.nl
  3. C’est LeCapitaine (1796) qui atteste de la situation ancienne. Cité par Pierre de Wit sur le site waterloo-campaign.nl Consulté en janvier 2013.
  4. Le couvent des Récollets à Nivelles servit d'hôpital aux Français comme le rappelle une plaque commémorative présente sur sa façade en 2012
  5. Texte sur carte postale La Ferme de Mont Saint-Jean Édition F. Desaix, Bruxelles.
  6. Eric Meeuwissen, L'hôpital des anglais n'est toujours pas classé. Le Soir, 17 octobre 1992 Page 22. Eric Meeuwissen, historien de formation. vu dans le Soir Le Caillou, par la petite histoire du 17 avril 2012 p. 19.
  7. Edgard Evrard, Waterloo 1815. Crédit communal. 1990. p. 143-165. cité par E. Meeuwissen, Le Soir, 16 mai 1997
  8. The Times, 10 juillet 1906. Cité par Pierre de Wit sur le site waterloo-campaign.nl Consulté en janvier 2013
  9. The Times du 11 novembre 1926. voir aussi : Aerts, W. Études (manuscrit) p. 112. Cité par Pierre de Wit sur le site waterloo-campaign.nl Consulté en janvier 2013
  10. Eric Meeuwissen, L'hôpital des anglais n'est toujours pas classé. Le Soir, 17 octobre 1992 Page 22
  11. Eric Meeuwissen, L'hôpital des anglais n'est toujours pas classé. Le Soir, 17 octobre 1992 Page 22
  12. Liste des monuments classés de la Région Wallonne
  13. a et b Vers l'Avenir, Restauration à la Ferme de Mont-St-Jean : enfin ! 19 février 2009.
  14. Eric Meeuwissen, Ferme de Mont-Saint-Jean, Waterloo apporte une pierre, Le Soir 19 janvier 1993 Page 19.
  15. Éric Meeuwissen, Ferme de Mont-Saint-Jean, Waterloo apporte une pierre, Le Soir 19 janvier 1993 Page 19.
  16. Eric Meeuwissen, Jean Vandendries, Philippe Pierre, Waterloo: et le porche de Mont-St-Jean ? Le Soir 17 mai 2002 Page 18
  17. E. Meuwissen, Ferme de Mont-Saint-Jean Waterloo apporte une pierre, Le Soir, 19 janvier 1993, p.19 et Jacques Logie cité par Meuwissen, dans Mont-Saint-Jean n'a pas toujours eu un porche. !Le Soir, 24 avril 2004, p.25.
  18. a et b Jaspar, H.P.H. – La ferme de Mont Saint Jean. p. 1-7 cité par Pierre de Wit sur le site waterloo-campaign.nl
  19. Noter la situation de la voie du tramway