Ferdinand von Bredow

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ferdinand von Bredow
Image illustrative de l'article Ferdinand von Bredow

Naissance 16 mai 1884
Neuruppin
Décès 30 juin 1934 (à 50 ans)
Berlin
Allégeance Drapeau de l'Empire allemand Empire allemand,
Drapeau de la  République de Weimar République de Weimar
Arme Reichswehr
Grade Generalmajor
Commandement Abwehr

Ferdinand von Bredow (16 mai 1884-30 juin 1934) est un général-major de la Reichswehr. Il a dirigé l’Abwehr, le service de renseignement de l'armée allemande et a été également ministre adjoint de la Défense dans la gouvernement du chancelier Kurt von Schleicher. Il fut assassiné lors de la nuit des Longs Couteaux.

Biographie[modifier | modifier le code]

Bredow appartient à une famille de noblesse immémoriale du Brandebourg, les Bredow, comptant de nombreux militaires. Il suit donc la tradition familiale en entamant une carrière militaire. Il suit tout d’abord une formation dans une académie militaire de 1912 à 1914. Pendant la Première Guerre mondiale, il participe en tant qu’officier, aux combats en France. Intégré dans la nouvelle armée allemande, la Reichswehr, après la fin du conflit, il entre à l’Abwehr en 1925. En 1932, il rejoint le gouvernement du chancelier Schleicher.

Avec Schleicher, dont il est le bras-droit, von Bredow fait partie des adversaires les plus résolus d’Adolf Hitler lors de la chute de la République de Weimar. Peu de temps avant la fin de la république, Bredow, en tant que chef du service de renseignements de Schleicher, dirige un grand nombre de services secrets le plus souvent concurrents les uns des autres : le SD, créé et dirigé par Reinhard Heydrich à la demande de Heinrich Himmler lui est théoriquement soumis.

De retour d’un voyage en France, Bredow est arrêté par la Gestapo en mars 1933.

Bredow est assassiné à Berlin-Lichterfelde le 30 juin 1934 par des membres de la SS appartenant à la Leibstandarte Adolf Hitler. Il est l’une des victimes de la "Nuit des Longs Couteaux", qui permet à Hitler de décapiter la SA mais aussi de liquider de nombreux opposants.

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]