Ferdinand de Marsin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marsin.
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme ; voir : Marchin.
Ferdinand de Marsin
Buste de Ferdinand de Marsin, Galerie des batailles, Versailles.
Buste de Ferdinand de Marsin, Galerie des batailles, Versailles.

Surnom Ferdinand de Marchin
Naissance 10 février 1656
Liège
Décès 9 septembre 1706 (à 50 ans)
Turin, Piémont Piémont
Origine LuikVlag.gif  Principauté de Liège
Allégeance Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Grade Maréchal de France
Distinctions Chevalier de Saint-Louis
Chevalier du Saint-Esprit
Famille Fils de Jean-Gaspard Ferdinand de Marchin

Ferdinand de Marsin, né le 10 février 1656 à Liège, aujourd'hui en Belgique et mort le 9 septembre 1706 à Turin, aujourd'hui en Italie, comte de Marchin et du Saint Empire, marquis de Clermont d'Entraygues, comte de Graville, seigneur de Modave[1] et de Vieux Valeffe, est un militaire des XVIIe et XVIIIe siècles. Il est élevé à la dignité de maréchal de France en 1703.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Jean-Gaspard Ferdinand de Marchin ou Marsin, lieutenant-général du Saint Empire, et de Marie de Balzac (° 1617 - † 9 novembre 1691), seule héritière de tous les biens de sa maison, après la mort de sa sœur ainée.

À la mort de son père, il passe à la cour de Louis XIV, et reçoit le commandement d'une compagnie de gendarmes de Flandres, créée pour lui. Brigadier en 1688.

Il est blessé au cours de la bataille de Fleurus en 1690. Maréchal de camp en 1693, il combat dans les Flandres pendant la guerre de la Ligue d'Augsbourg, notamment à Neerwinden et Charleroi. Directeur général de la cavalerie en 1695, il obtient le brevet de lieutenant général. De 1701 à 1702, il est ambassadeur de France auprès du roi d'Espagne.

Il prend ensuite part à la bataille de Luzzara où il se couvre de gloire. De retour en France, il reçoit le gouvernement d'Aire. Après la prise de Spire pendant la guerre de Succession d'Espagne, il est créé maréchal de France, il commande les troupes en Bavière, et livre en 1704, avec le maréchal de Tallard la bataille de Blenheim. Battu par Eugène de Savoie et Marlborough, il protège la retraite.

Il commande ensuite en Alsace, avant d'être envoyé dans le Piémont, où il dirige les opérations du duc d'Orléans. Le 7 septembre 1706, il est gravement blessé et fait prisonnier à la bataille de Turin, livrée contre son avis. Il meurt deux jours plus tard des suites de ses blessures.

Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
French heraldic crowns - marquis v2.svg
Blason Ferdinand de Marsin.svg

Écartelé : aux I et IV, d'argent à un barbeau de gueules, mis en pal (de Marsin) ; aux II et III, d'azur, à trois flanchis d'argent, au chef d'or chargé de trois flanchis d'azur (Balzac d'Entraygues).[2],[3],[4] Armes des Balzac d'Entraygues.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il vend la seigneurie et le château de Modave en 1682 après des années de négligence.
  2. Johannes Baptist Rietstap, Armorial général : contenant la description des armoiries des familles nobles et patriciennes de l'Europe : précédé d'un dictionnaire des termes du blason, G.B. van Goor,‎ 1861, 1171 p. (lire en ligne), et ses Compléments sur www.euraldic.com
  3. www.heraldique-europeenne.org
  4. Michel Popoff et préface d'Hervé Pinoteau, Armorial de l'Ordre du Saint-Esprit : d'après l'œuvre du père Anselme et ses continuateurs, Paris, Le Léopard d'or,‎ 1996, 204 p. (ISBN 978-2-86377-140-2)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • P. Roger, Biographie générale des belges morts ou vivants; hommes politiques, membres des assemblées..., 1849, p. 144
  • Encyclopédie méthodique - ou par ordre de matières : par une société de gens de lettres..., 1832, p. 471