Ferdinand Reich

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ferdinand Reich.

Ferdinand Reich (19 février 1799, Bernburg - 27 avril 1882, Freiberg) était un chimiste allemand qui a codécouvert l'indium en 1863 avec Hieronimus Theodor Richter. Ferdinand Reich était daltonien et pouvait uniquement voir en noir et blanc et c'est pourquoi Theodor Richter est devenu son collaborateur scientifique. Richter observait la réaction et les couleurs qui apparaissaient lorsqu'il testaient des matières. Reich et Richter ont fini par isoler l'indium en Allemagne, créant un petit stock, bien que ce soit par la suite découvert dans d'autres régions.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études scientifiques à l’Université de Leipzig et à l’École des mines de Freiberg (sous la direction d'Abraham-Gottlob Werner), il fut embauché comme assistant aux mines de fer de Freiberg en 1819.

Il effectua par la suite des voyages à Göttingen (1822) et à Paris (1823-24) pour y compléter ses connaissances ; de retour en Saxe, il fut employé comme inspecteur à l’École des mines de Freiberg, dont il occupa la chaire de physique en 1827 avant de devenir assesseur à la Direction de la Métallurgie de Freiberg. Devenu Conseiller général des Mines (Oberbergrat) en 1860, il démissionna de la chaire de Physique l'année suivante, et prit sa retraite en 1866. Son domicile du n°20 de la Waisenhausstrasse à Freiberg porte une plaque commémorative.

La plus grande découverte de Reich est l'identification et la purification de l'indium, faite en 1863 avec son collègue de l’École des Mines, Theodor Richter, alors qu'il procédait à l'analyse spectroscopique du sulfure de zinc noir. Le nom de l'élément « indium » a été retenu par les découvreurs en raison des raies spectrales de teinte indigo trouvées dans l'analyse de cet élément.

Les recherches de Reich embrassaient une grande variété de domaines, depuis les mesures de température au fond des grottes des monts Métallifères, jusqu'aux émanations toxiques des minerais en fusion, en passant par le géomagnétisme et la mise en évidence de la rotation de la Terre par des expériences de chute des corps. C'est ainsi qu'en 1833, Ferdinand Reich mit en évidence la déviation vers l'est d'un corps en chute libre. Pour cela, il laissa tomber des projectiles dans un puits de 158m de profondeur à Freiberg (Saxe), et observa une déviation de 28mm vers l'est du point de chute. Cette déviation est conforme aux lois de la mécanique dans un référentiel non inertiel, mises au point par Coriolis en 1835.