Ferdinand Maximilien Mériadec de Rohan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ferdinand Maximilien Mériadec de Rohan
Biographie
Naissance
Paris
Décès (à 74 ans)
Paris
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale
Par le card. Louis René Édouard de Rohan-Guéméné
Archevêque-duc de Cambrai
1791
(résigne le )
Précédent Henri-Marie-Bernardin de Rosset de Rocozel de Fleury Claude Primat
(évêque constitutionnel)
Suivant
Archevêque de Bordeaux
Primat d'Aquitaine
Précédent L.-Jacques d’Audibert de Lussan Jérôme Marie Champion de Cicé Suivant

Ornements extérieurs Comtes Archevêques de l'Empire français.svg
Blason Ferdinand Maximilien Mériadec de Rohan (1738-1813).svg
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org


Ferdinand Maximilien Mériadec de Rohan, né le à Paris et décédé dans la même ville le , est un aristocrate et religieux français du XVIIIe siècle. Il fut l'aumônier de l'impératrice Joséphine de Beauharnais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Ferdinand Maximilien Mériadec de Rohan est le septième et dernier enfant d'Hercule-Mériadec de Rohan, duc de Montbazon puis prince de Guéméné et de sa cousine, Louise Gabrielle Julie de Rohan (1704–1780). Il descend donc, aussi bien par son père que par sa mère, de la Maison de Rohan, l'une des familles de la haute noblesse les plus influentes de l'époque.

Archiépiscopat[modifier | modifier le code]

Il est prieur et docteur de la Sorbonne, grand prévôt de l'église de Strasbourg avant d'être nommé archevêque de Bordeaux le . Confirmé à ce poste le , il est ordonné évêque le 8 avril.

Il n'y séjourne que très peu de temps. En 1772, il fait construire le Palais Rohan (actuel Hôtel de ville de Bordeaux) et vend pour cela des terres à l'emplacement du quartier qui porte désormais le nom de Meriadeck). Mais les travaux durent jusqu'en 1784 et il quitte la ville avant que l'édifice ne soit achevé.

Le , il est nommé prince-archevêque de Cambrai et est confirmé le 2 avril de la même année. Il fut le dernier abbé commendataire de l'abbaye du Mont Saint-Quentin[1].

Ayant refusé de prêter serment à la constitution civile du clergé, il quitte Cambrai pour l'abbaye de Saint-Ghislain de Mons et fut destitué. Le , il est créé comte de l'Empire. Il meurt à Paris le .

Titre[modifier | modifier le code]

Armoiries[modifier | modifier le code]

Parti au premier de gueules à neuf mâcles d'or posés 3, 3 et 3 ; au second d'argent aux mouchetures d'hermines de sable ; au quartier des comtes-archevêques[2].

Famille et descendance[modifier | modifier le code]

Homme d’Église, il aura pourtant des enfants illégitimes avec Charlotte Stuart (en), elle-même fille de Charles Édouard Stuart et de sa maîtresse Clementina Walkinshaw.

  • Aglaé Clémentine de Rohan, (1781-1825)
  • Marie Béatrice de Rohan, (1783-1823)
  • Charles Édouard de Rohan, surnommé chevalier de Roehanstart (abréviation de Rohan-Stuart), (1784- il est tué dans un accident de voiture à cheval à Perthshire, en Écosse

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Abbé Paul Decagny, L'arrondissement de Péronne ou Recherches sur les villes, bourgs, villages et hameaux qui le composent, Amiens, 1844
  2. a, b et c Archives nationales BB/29/974, p. 150.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]