Ferdinand Marinus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marinus.

Ferdinand Marinus

Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait-charge de Ferdinand Marinus lithographié par Félicien Rops (1857).

Naissance 20 août 1808
Anvers
Décès 6 juillet 1890 (à 81 ans)
Namur
Nationalité Drapeau de la Belgique Belgique
Activités Peintre paysagiste
Formation Académie de peinture d'Anvers
Maîtres Balthasar Ommeganck
Mathieu-Ignace Van Bree
Élèves Armand Dandoy
Jean-Baptiste Kindermans
Joseph Quinaux
François Roffiaen
Félicien Rops
Mouvement artistique romantisme
Récompenses officier de l'ordre de Léopold
Un bac sur la Meuse à Houx
Image illustrative de l'article Ferdinand Marinus
Artiste Ferdinand Marinus
Date 1880
Technique huile sur toile
Dimensions (H × L) 93 × 172 cm
Localisation collection privée

Ferdinand Marinus (20 août 1808 à Anvers - 6 juillet 1890 à Namur) est un artiste-peintre belge spécialisé dans la représentation de paysages mosans.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ferdinand Marinus reçoit sa formation initiale à l'Académie de peinture d'Anvers auprès de Balthasar Ommeganck et Mathieu-Ignace Van Bree. Il poursuit son apprentissage par une série de voyages qui le conduisent aux Pays-Bas, en Allemagne, en France et en Italie, s’attachant alors à l’étude des paysages peints par Nicolas Poussin ou Claude Lorrain.

En avril 1835, les administrateurs de la ville de Namur lui confient la direction de l’académie de peinture locale dont ils viennent de décider la création. L'établissement ouvre ses portes le 23 novembre suivant et Marinus y formera, pendant près d’un demi-siècle, quantité d’artistes et d’artisans. Parmi ses élèves de la première heure, les auteurs et critiques du XIXe siècle citent et répètent avec une belle constance : Jean-Baptiste Kindermans, Joseph Quinaux et François Roffiaen. En 1857, Félicien Rops, qui a également suivi son enseignement, confie à l'Uylenspiegel un portrait-charge du maître.

En 1882, Ferdinand Marinus reçoit le prix Blondeau, attribué chaque année à une personnalité namuroise qui s’est distinguée par son courage, son dévouement ou son civisme. L’année suivante, il se voit décerner la croix civique de 1re classe et en 1885, il est fait officier de l’ordre de Léopold dont il était déjà chevalier depuis près de trente ans.

Son œuvre[modifier | modifier le code]

L’art de Marinus est en grande partie dédié à la représentation de paysages du pays mosan.

Qu’il s’agisse de tableaux de chevalet ou de grandes toiles destinées à décorer la salle du conseil provincial de Namur ou les pièces d’apparat de divers hôtels particuliers, les œuvres du maître restent fidèles à la sensibilité romantique des premiers temps de sa carrière et se caractérisent par un rendu topographique moins exact qu’elles n’en donnent l’impression au premier regard.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 1983 : André Dulière, notice " Marinus ", dans la Biographie nationale, t. 43, cc. 513-516 [1].
  • 1997 : Marie-Christine Claes, Pierre-Paul Dupont, Luc Hiernaux & Louis Richardeau, " Ferdinand Marinus, peintre mosan (1808-1890) ", De la Meuse à l'Ardenne (Saint-Hubert), n° 24, p. 17-32.
  • 2008 : Luc Hiernaux, " À l'occasion du 200e anniversaire de la naissance de Ferdinand Marinus (1808-1890), peintre de la vallée mosane ", De la Meuse à l'Ardenne (Saint-Hubert), n° 40, p. 151-160.

Liens externes[modifier | modifier le code]