Ferdinand Freiligrath

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ferdinand Freiligrath
Ferdinand Freiligrath vit à Unkel en 1839/40

Ferdinand Freiligrath (17 juin 1810 - 18 mars 1876) est un écrivain et poète allemand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il nait en 1810 à Detmold dans la principauté de Lippe. Il quitte l'école secondaire tôt et est formé pour être vendeur. Il travaille à Amsterdam de 1823 à 1836, époque à laquelle il commence à apprendre le français. En 1837, il devient comptable à Barmen. Puis, il commence à écrire des poèmes pour le Musenalmanach (édité par Adelbert von Chamisso et Gustav Schwab) et le Morgenblatt (édité par Cotta).

Son premier recueil de poèmes est publié en 1838 (Gedichte). Il devient écrivain professionnel en 1839. Ses premiers poèmes sont inspirés des orientales de Victor Hugo, poèmes d'Hugo qu'il traduit en partie en français. Ces poèmes parlent souvent de sujets exotiques. Par exemple le poème Der Mohrenfürst raconte la vie d'un prince guerrier noir ; battu à la guerre, il est vendu comme esclave et finit comme tambour dans un cirque. Ce poème est mis en musique par Carl Loewe.

Freiligrath est ami du poète américain Henry Wadsworth Longfellow. En 1842, alors qu'il suit une cure thermale à Boppart, Longfellow est présenté à Freiligrath dans sa maison de St. Goar. Freiligrath s'intéresse à la littérature et à la poésie américaine et les deux hommes se rencontrent par la suite en Allemagne et ailleurs. Longfellow présente à Freiligrath des exemplaires de ses livres Hyperion et Ballads and Other Poems. Leur amitié se développe par leur correspondance[1] .

À cause d'une censure politique et encouragé par le poète Hoffmann von Fallersleben[2], Freiligrath s'interesse à la politique. Ein Glaubensbekenntnis est publié en 1844 et rencontre un grand succès. Il doit alors quitter l'Allemagne et est contacté par Karl Marx en Belgique. Freiligrath arrive en suisse en 1844 et publie en 1845 ça ira!. Après un certain temps passé à Londres, il rentre en Allemagne et travaille pour le Neue Rheinische Zeitung (édité par Karl Marx). En 1847 Franz Liszt met en musique le poème O lieb, so lang du lieben kannst, la musique est plus tard réutilisée par Liszt pour son Liebestraume No. 3. Freiligrath doit encore quitter l'Allemagne en 1851 et il devient le directeur de la branche londonienne de la Schweizer Generalbank.

De retour en Allemagne après l'amnistie de 1868[2], Freiligrath devient nationaliste et publie même un poème patriotique, Hurra, Germania!, inspiré par l'annexion par l'Allemagne de l'Alsace-Lorraine. Il déclare également que les couleurs du drapeau allemand représentent la poudre à canon pour le noir, la sang pour le rouge, et la lueur du feu pour le jaune.

Freiligrath meurt en 1876.

Sources[modifier | modifier le code]

Buste funéraire de Freiligrath, œuvre d'Adolf von Donndorf

Notes[modifier | modifier le code]

  1. James Taft Hatfield, “The Longfellow-Freiligrath Correspondence,” Publications of the Modern Language Association, Vol. 48, No. 4 (December 1933), pp. 1223-1291.
  2. a et b Lebenserinnerungen bis zum Jahre 1850: Selections by Carl Schurz, edited with notes and vocabulary by Edward Manley, Allyn and Bacon: Norwood, Massachusetts, 1913, p. 200 (note to p. 18)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :