Ferchar Fota

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ferchar Fota (le long) ou Ferchar mac Feradaich roi des Scots du Cenél Loáirn avant 678 puis du Dalriada mort en 697[1].


Origine[modifier | modifier le code]

Selon le Genelach Rig N-Alban ,Ferchar Fota mac Feradaich descendait à la huitième génération de Loarn mac Eirc, le frère de Fergus Mòr mac Earca.

Ferchair Fota m Feradaich m Fergusa m Nechtain m Colmain m Baetain m Echdach m Muiredaich m Loairn mac Eircc.

Le Cenél Echdach division du Cenél Loáirn auquel il appartenait s’était établi dans l’Argyll près de l’actuel port d’Oban avec sa place forte principale de Dun Ollaigh.

Règne[modifier | modifier le code]

L’activité connue de Ferchar Fota probablement roi du Cenél nEchdach, commence vers 678 ce qui correspond assez bien avec le règne de 21 ans que lui accorde le Duan Albanach. Les Annales de Tigernach mentionnent cette année-là un massacre du Cenél Loáirn en Tiriu, l'île de Tiree dans les Hébrides intérieures du sud, c'est-à-dire « Ferchar Fota contre les Bretons qui sont victorieux »[2].

James E. Fraser identifie ces « Bretons » qui interviennent quatre ans après jusqu'en Antrim où ils tuent Cathassach mac Máele Cáich, des Uí Chóelbad roi de Dál nAraidi après avoir pris sa capital de Ráith Mór [3] comme les alliés du puissant roi des Pictes Bridei III lui-même issu par son père de la dynastie des rois de Strathclyde[4]

On note ensuite les traces d'une guerre pour la prise de contrôle de l'ensemble du Dalriada et la mort parfois violente de plusieurs personnages dans lesquels on peut reconnaître des membres du Cenél Gabráin et des rois de Dalriada :

La mort de Ferchar Fota est mentionnée en 697[10] , deux ans après, celle d’une certaine « Tommat femme de Ferchar » qui était peut être son épouse ce qui serait un cas unique dans les entrées concernant le Dál Riata[11].

Postérité[modifier | modifier le code]

Ferchar Fota eut comme successeur Eochaid mac Domangairt mais laissa comme héritiers deux fils qui continuèrent à combattre le Cenél Gabráin et à se disputer le trône entre eux :


Notes[modifier | modifier le code]

  1. Marjorie O. Anderson Kings and Kingship in Early Scotland, John Donald, 3e édition, 2011, (ISBN 9781906566302) p. 228.
  2. Annales d'Ulster AU: 678.3 & Annales de Tigernach AT: 678.3
  3. Annales d'Ulster AU 682.2 & Annales de Tigernach AT 682.3
  4. James E. Fraser From Caledonia to Pictland. Scotland to 795 E.U.P (Edinburgh 2009) (ISBN 978-0-7486-1232-1) p. 207
  5. Annales d'Ulster AU: 680.6
  6. Annales d'Ulster AU: 681.3
  7. Annales d'Ulster AU: 689.4
  8. Annales d'Ulster AU: 689.7
  9. Annales d'Ulster AU: 696.1
  10. Annales d'Ulster AU: 697.2
  11. Annales d'Ulster AU: 695.6

Sources[modifier | modifier le code]

  • (en) James E. Fraser From Caledonia to Pictland, Scotland to 795 The New Edinburgh History of Scotland. Edinburgh University Press, Edinburgh (2009) (ISBN 9780748612321) p.207,244,246-247,249-250,372.
  • (en) Alfred P. Smyth Warlords and Holy men Scotland AD 80~1000 Edinburgh University Press (1984) (ISBN 0-7486-0100-7)
  • (en) Ann Williams, Alfred P. Smyth and D P Kirby A bibliographical dictionary of Dark Age Britain Seaby London (1990) (ISBN 1-8526-4047-2)

Liens externes[modifier | modifier le code]