Fenestrelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fenestrelle
Nom piémontais Fenestrele
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Flag of Piedmont.svg Piémont 
Province Provincia di Torino-Stemma.svg Turin 
Code postal 10060
Code ISTAT 001103
Préfixe tel. 0121
Démographie
Population 571 hab. (31-12-2010[1])
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 02′ 00″ N 7° 03′ 00″ E / 45.03333, 7.0545° 02′ 00″ Nord 7° 03′ 00″ Est / 45.03333, 7.05  
Altitude Min. 1,215 m – Max. 1,215 m
Superficie 4 900 ha = 49 km2
Divers
Saint patron San Luigi
Fête patronale 25 août
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Piémont

Voir sur la carte administrative du Piémont
City locator 14.svg
Fenestrelle

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Fenestrelle

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Fenestrelle
Liens
Site web http://www.comune.fenestrelle.to.it/

Fenestrelle est une commune italienne de moins de 1 000 habitants située dans la province de Turin dans la région Piémont dans le nord-ouest de l'Italie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Hameaux[modifier | modifier le code]

  • Chambons.
  • Champs.
  • Depot.
  • Fondufaux.
  • Granges.
  • Mentoulles.
  • La Latta.
  • Puy.
  • Pequerel.
  • Ville Cloze.

Histoire[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Particularisme linguistique[modifier | modifier le code]

La commune de Fenestrelle, en application de la loi n. 482, du 15 décembre 1999[2], a déclaré appartenir à la minorité culturelle de langue française[3] et à la minorité culturelle de langue occitane[4].

Monuments et patrimoine[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Stefano Bourlot, né à Puy, le 10 mars 1849 fait partie du groupe initial des vocations de Don Bosco. Il apprend à lire auprès de son père qui était instituteur de Puy et de Péquerel. Il entre ensuite au petit séminaire de Fenestrelle dont son oncle don Michele Bourlot était le recteur. Il étudie de 1863 à1866 au séminaire de Pignerol et termine ses études à Turin. Il est ordonné prêtre le 23 décembre 1871 à Pignerol, et devient curé vicaire de Laux en 1875. En 1876, il décide de revenir auprès de Don Bosco qui l'envoie, en compagnie de don Francesco Bodrato et de don Luigi Lasagna à Buenos Aires où il débarque du navire « Savoia ». En 1879, il est nommé à la La Boca, un quartier situé à la convergence des embouchures du Rio Riachuelo et du Río de la Plata dont les argentins appellent les habitants « Xeneizes », parce que si quelques-uns sont des immigrants français ou basques, ils sont en majorité originaires de Gênes. La Boca est alors marquée par la misère, la criminalité et la prostitution. Stefano Bourlot y crée le collège Saint Jean Évangéliste qui accueille 500 élèves, un patronage pour les enfants, des cours du soir et des associations catholiques qui atteignent rapidement plus de 1000 adhérents. Il crée aussi le collège de filles « Notre Dame du Bon Secours » qui accueille 500 élèves et un millier de jeunes filles au sein de son patronage. Il fonde et dirige le journal « Cristoforo Colombo » et se dévoue corps et âme pour les habitants lors de l'épidémie de coléra en 1880. Il meurt le 28 novembre 1919. Plus de soixante dix mille personnes assistent à ses funérailles qui sont présidées par l'archevêque de Buenos Ayres, en présence des autorités civiles de la ville. Il repose dans l'église Saint Jean Evangéliste qu'il avait fait édifier et qu'il avait consacrée en 1886[5].
  • Jean Frézet, né a Mentoulles, devient prêtre de la Congrégation de Saint Joseph de Lyon. En 1790, il est professeur au collège de Belley. La Révolution ferme le collège et Jean Frézet devient précepteur des enfants de la famille La Marmora, puis de Gustave et de Camille Cavour qui parlait de lui comme du « Bon Abbé »[6]. Devenu professeur de belles lettres à Académie Royale de Turin (it), il écrit et publie une « Histoire de la maison de Savoie » assez peu critique vis à vis de la dynastie de ses protecteurs[7].


Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
29 mai 2007 en cours Michele Chiappero civica  
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Champs- Chambons - Depot - Fondufaux - Pequerel - La latta - Mentoulles - Granges - Villecloze

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Méans, Mattie, Usseaux, Pragela, Roure, Massello


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. (it)« Legge 15 Dicembre 1999, n. 482 "Norme in materia di tutela delle minoranze linguistiche storiche" pubblicata nella Gazzetta Ufficiale n. 297 del 20 dicembre 1999 », sur Parlamento Italiano/Camera dei deputati-Parlement Italien/Chambre des Députés
  3. (it)« Comuni piemontesi che hanno dato applicazione alla Legge 15 dicembre 1999 n. 482 dichiarando la propria appartenenza territoriale alla minoranza linguistica francese, Provincia di Torino », sur Regione Piemonte
  4. (it)« Comuni piemontesi che hanno dato applicazione alla Legge 15 dicembre 1999 n. 482 dichiarando la propria appartenenza territoriale alla minoranza linguistica occitana, Provincia di Torino », sur Regione Piemonte
  5. (it)« 165 anni fa nasceva al Puy Stefano Bourlot, sacerdote, salesiano e missionario in Argentina, Davide De Bortoli, Vita diocesana pinerolese, février 2014 », sur Vita diocesana pinerolese (consulté le 13 juillet 2014)
  6. (fr)« Paul Matter, Cavour et l'Unité Italienne avant 1848, [[Paris]], Félix Alcan,‎ 1922, 364 p., page 27 », sur Bibliothèques de l'Université de Toronto (consulté le 13 juillet 2014)
  7. (fr)« Jean Frézet, Histoire de la maison de Savoie - Tome 1, [[Turin]], Alliana et Paravia,‎ 1826-1827, 481 p., Jean Frézet, Histoire de la maison de Savoie - Tome 2, [[Turin]], Alliana et Paravia,‎ 1826-1827, 580 p., Jean Frézet, Histoire de la maison de Savoie - Tome 3, [[Turin]], Alliana et Paravia,‎ 1826-1827, 688 p. », sur Bibliothèque Nationale de France (consulté le 13 juillet 2014)