Femmes des ruines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Berlin, juillet 1946. Des femmes déblaient la Jägerstraße.
Berlin, une rue proche d'Unter den Linden, le 3 juillet 1945.

Les femmes des décombres (en allemand : die Trümmerfrauen, de Trümmer signifiant « décombres » et Frauen « femmes ») désignent les Allemandes et les Autrichiennes, souvent veuves ou dont les maris sont absents (soldats prisonniers, disparus ou invalides), qui, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, reprennent les villes en main et entreprennent leur déblaiement et la reconstruction du pays.

Le déblaiement de ces ruines de la Bombenkrieg (bombardements stratégiques alliés sur l'Allemagne nazie) conduiront à l'édification des Schuttbergen, véritables « montagnes de gravats », comme le Teufelsberg à Berlin.

Le thème de l'Allemagne en ruines et de sa reconstruction a donné naissance à un courant littéraire, la Trümmerliteratur, la « littérature des ruines ».

Mémorial[modifier | modifier le code]

Des monuments à la mémoire des « Femmes des ruines » et parfois également des « Hommes des ruines » (Trümmermänner) se trouvent dans de nombreuses villes allemandes.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sur les autres projets Wikimedia :