Feministiskt initiativ

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Feministiskt initiativ (Fi) est un parti politique suédois féministe fondé en avril 2005, qui s’est présenté aux législatives suédoises 2006 et encore quelques élections régionales. Cependant, le parti n'a obtenu aucun siège politique. En 2010, Fi a annoncé son intention de participer encore une fois législatives suédoises 2010 et à plusieurs élections régionales et communales (dont celles des majeures villes : Stockholm, Göteborg et Malmö).

Histoire[modifier | modifier le code]

Feministiskt initiativ a été mentionné pour la première fois lors d'une conférence de presse à Stockholm, le 4 avril 2005, par les membres du comité central Gudrun Schyman, Tiina Rosenberg, Sofia Karlsson (sv), Monica Amante et Susanne Linde. Au bout d’une semaine, 2 000 s'étaient ensuite dits futurs membres.

Pendant la campagne de 2006 sont venues en Suède, entre autres, Jane Fonda et Eve Ensler pour déclarer leur appui.

Le parti n’ayant pas obtenu suffisamment de votes pour entrer à la Riksdag, en 2006, des doutes sur la survie de Fi se sont répandus. Le 20 février 2007, le comité central a annoncé que « Feministiskt initiativ se focalisera sur la sensibilisation féministe des Suédois pendant que le parti prend la décision s’il a, ou s'il n’a pas, les moyens pour participer aux élections futures ».

À une conférence de presse, le 28 janvier 2008, Gudrun Schyman y a déclaré que le parti allait participer aux législatives suédoises de 2010 et aux élections européennes de 2009.

La Politique[modifier | modifier le code]

Feministiskt initiativ applique aux question politiques la théorie sociologique d'intersectionnalité sur les multiples oppressions. Le parti cherche donc à réunir le mouvement ouvrier, le Black Feminism, l'écoféminisme, le militantisme LGBT et le militantisme en faveur des personnes handicapées.

À l’Assemblée de 9 septembre 2005, les membres du parti avaient donné leur avis sur plus de 200 sujets. À partir de ces discussions, on s’est mis d’accord sur ces principes généraux :

  • salaire égal entre les salariés du secteur public (majoritairement des femmes) et ceux du secteur privé (majoritairement des hommes) ;
  • responsabilité départementale pour les maisons d’hébergement des femmes ayant subi la violence conjugale, souvent gérées par des associations caritatives en Suède ;
  • emploi à plein-temps pour tous, et une semaine de 30 heures ;
  • une répartition égale (forcée) des congés de paternité et de maternité ;
  • une réforme de la politique de logement.

Il était en plus considéré important que :

  • Les citoyens puissent choisir n’importe quel nom pour eux-mêmes ou pour leurs enfants, même quand ce nom est traditionnellement associé à l’autre sexe.
  • La définition légale de viol soit réformée pour qu’un manque de consentement soit une évidence suffisante pour un procès judiciaire.
  • Les règlements de retraite soient réformés et une parité hommes-femmes y soit instaurée.
  • Le budget des soins obstétriques soit augmenté.
  • Les persécutions dues à la féminité et à l’homosexualité soient officiellement des causes d’asile (l’État suédois utilise le terme diverses raisons humanitaires pour ces catégories de réfugiés, quand le droit d’asile ne leur est pas refusé).

Le résultat des législatives de 2006 et des élections européennes de 2009[modifier | modifier le code]

Aux législatives de 2006, le parti a eu à peine 0,7 % des votes, ce qui en fait le deuxième plus grand parti en dehors du Riksdag. Feministiskt Initiativ est derrière Sverigedemokraterna et avant Piratpartiet. [1]

Aux élections européennes de 2009, Fi a obtenu 2,2 % des votes, et des scores notamment élevés dans les villes de Stockholm et de Malmö.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]