Felipe Cazals

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Felipe Cazals

Felipe Cazals est un réalisateur, scénariste, producteur, acteur, directeur de la photographie et monteur mexicain né le 28 juillet 1937 à Guéthary (France).

Biographie[modifier | modifier le code]

Né au Pays basque français, Felipe Cazals vit au Mexique depuis l'enfance. Au début des années soixante, il bénéficie d'une bourse pour étudier à l'IDHEC à Paris. En Europe, il devient l'assistant de réalisateurs comme Joshua Logan et Mauro Bolognini. Rentré au Mexique, il collabore à l'émission de télévision La hora de Bellas Artes, sous la coordination de Manuel Michel pour lequel il réalise ses premiers courts métrages (Que se callen, Leonora Carrington o el sortilego, Cartas de Mariana Alcoforado) en 1965. Cazals réalise son premier long métrage en 1968, La manzana de la discordia (La Pomme de discorde) en tant que production indépendante. Film noir situé à contre-courant des conventions du genre, La manzana de la discordia marqua une rupture dans le cinéma mexicain de l'époque. Afin d'ouvrir une brèche dans le cinéma industriel dominant, Cazals forme avec Arturo Ripstein et Rafael Castanedo un groupe éphémère, le Cine Independiente de Mexico qui produit en 1969, grâce à la vente de tableaux légués par ses amis peintres, son deuxième long métrage, Familiaridades (Familiarités), une comédie désopilante plutôt atypique dans l'œuvre de ce cinéaste. Il participe ensuite au cinéma commercial classique en réalisant des films historiques à gros budget comme Emiliano Zapata (1970), projet conçu, financé et interprété par Antonio Aguilar, acteur-chanteur de nombreuses comédies rancheras ou El jardín de tía Isabel (Le Jardin de tante Isabelle), l'année suivante, avec le soutien de fonds publics. 1975 constitue un tournant décisif de sa carrière : Canoa, récompensé au Festival de Berlin 1976, et El apando (Le Mitard), adaptation d'un roman de José Revueltas sur les conditions de vie des prisonniers de droit commun, sont restés des films fondamentaux du cinéma mexicain et ont attiré un public massif[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Leonardo García Tsao, in : Le cinéma mexicain, Éditions du Centre Georges Pompidou, Paris, 1992, p. 240.

Filmographie[modifier | modifier le code]

comme réalisateur[modifier | modifier le code]

comme scénariste[modifier | modifier le code]

comme producteur[modifier | modifier le code]

comme acteur[modifier | modifier le code]

comme directeur de la photographie[modifier | modifier le code]

comme monteur[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]