Felia Litvinne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Felia Litvinne

Felia Litvinne, de son vrai nom Françoise Jeanne Schütz, née le 11 octobre 1860 à Saint-Pétersbourg et morte le 12 octobre 1936 à Paris, est une soprano russe d'ascendance allemande et canadienne, naturalisée française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle étudie, à Paris, avec Barthe-Barderali, Pauline Viardot et Victor Maurel (pour la scène), qui la fait débuter en 1883 au Théâtre-Italien dans le rôle d'Amélia de Simon Boccanegra de Giuseppe Verdi en remplacement de Fides Devries. Un peu plus tard, elle y chanta Elvira d'Ernani du même Verdi.

En 1885, on l'entend à Bordeaux, à Genève et à Barcelone. Au cours de la saison 1885-1886 et grâce au mariage de sa sœur avec Édouard de Reszké, elle chanta à New York avec la Compagnie Mapleson. Puis de 1886 à 1888, elle se fixa au Théâtre de la Monnaie de Bruxelles où elle interpréta l'Africaine de Meyerbeer, Sigurd de Reyer, la Gioconda de Ponchielli, Hamlet d'Ambroise Thomas et la première Brünnhilde dans la Walkyrie de Wagner en version française.

En 1888, en Italie, elle chante la Reine (Hamlet) à Rome et à La Fenice de Venise le rôle de Valentine dans les Huguenots de Meyerbeer, rôle qu'elle reprend à l'Opéra de Paris et au Teatro San Carlo de Naples en 1890. L'année suivante, on la retrouve dans les théâtres impériaux de Moscou et de Saint-Pétersbourg pour y chanter Cavalleria rusticana de Pietro Mascagni et Judith d'Alexandre Serov.

Après une interruption pour se marier avec le docteur Dupoux, elle reprend son activité en 1895-1896 pour chanter Samson et Dalila de Camille Saint-Saëns à Monte-Carlo puis au Metropolitan Opera où elle paraît dans les Huguenots, Aïda, Don Giovanni, Siegfried et l'Africaine.

Elle est devenue une wagnérienne célèbre : soprano dramatique, sa voix est puissante, étendue, homogène et naturellement émouvante. Elle devient la première Isolde de Paris en 1899, la première Brünnhilde des Tétralogies intégrales de Bruxelles en 1903 et Paris en 1911. La première Kundry dans Parsifal à Monte-Carlo en 1913.

Elle chante Armide les 28-30 août 1904 au Théâtre des Arènes, à Béziers[1] devant plus de 12 000 spectateurs (drame en 5 actes tiré d'un poème de Philippe Quinault, musique de Gluck, d'après la partition de Pelletan, Camille Saint-Saëns et O. Thierry-Poux, sous la direction de Paul Viardot - Distribution : Félia Litvinne (Armide), Armande Bourgeois et Valentin Duc de l'Opéra).

Elle chante Le Crépuscule des dieux de Richard Wagner en 1907 à la Scala sous la direction de Toscanini. Elle est considérée comme la plus grande Alceste de Christoph Willibald Gluck de l'histoire.

Sa voix, aussi imposante que son physique, est l'une des rares voix féminines à supporter l'épreuve de l'enregistrement (une quarantaine).

Elle se retire de la scène en 1916 pour se consacrer à l'enseignement et eut de nombreux élèves comme Koshetz, Denya et, sans doute, la plus réputée en la personne de Germaine Lubin.

Elle a publié Exercices et Conseils (Paris 1924) et sa biographie sous le titre Ma Vie et Mon Art (Paris 1933)

Elle est inhumée au cimetière du Père-Lachaise (95e division)[2].

Ecouter sa voix[modifier | modifier le code]

Fichier audio
Ho jo to ho (info)

Des difficultés  pour  écouter le fichier ? Des problèmes pour écouter le fichier ?

Félia Litvinne dans un air de La Walkyrie de Wagner tiré d'une anthologie classique ACCORD centenaire de l'opéra de Monte-Carlo disque mono ACC 150002.II

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Temps, 6 septembre 1904, p. 4 : article de Pierre Lalo "La Musique, Aux Arènes de Béziers, première représentation d'Armide" disponible sur Gallica
  2. Paul Bauer, Deux siècles d'histoire au Père Lachaise, Mémoire et Documents,‎ 2006 (ISBN 978-2914611480), p. 511

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :