Federal League

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Federal League est une ligue américaine de baseball professionnel qui opéra en 1914 et 1915 en rivalité directe avec la Ligue américaine et la Ligue nationale. Le statut de Ligue majeure lui est accordé rétroactivement en 1968.

Histoire[modifier | modifier le code]

La Ligue est fondée en 1913 avec un statut de ligue mineure indépendante sur les cendres de l'éphémère United States League, qui n'opéra qu'une saison (1912). À sa tête, on trouve John T. Powers, président sortant la Columbia League[1].

De conséquents investissements sont faits afin de rénover ou de construire ex-nihilo six stades. Cy Young, manager de l'équipe de Cleveland, est alors la seule vedette alignée par la Federal League. La donne change à la suite d'une réunion secrète le 2 août 1913 : James Gilmore devient président de la Ligue à la place de John T. Powers. Il débauche rapidement de nombreux administrateurs des ligues majeures avant de se lancer dans une chasse aux joueurs vedettes. Nombre des meilleurs joueurs signent en effet pour la Federal League. Walter Johnson s'engage ainsi avec l'équipe basée à Chicago, mais une intervention de Clark Griffith des Washington Senators fait avorter ce transfert. La Federal League utilisera en deux saisons 81 joueurs ayant connu les ligues majeures. Ainsi, à partir de la saison 1914, la Federal League revendique le statut de Ligue majeure. Le premier match de la saison 1914 est joué le 13 avril à Baltimore devant plus de 27 000 spectateurs.

Les compétitions mettant aux prises huit franchises sont très disputées. En 1914, Indianapolis termine avec 1 1/2 victoire d'avance sur Chicago. En 1915, cinq formations peuvent encore prétendre au titre à une semaine de la fin du championnat. Chicago enlève ce titre.

Malgré ces belles prestations sportives, les recettes sont mauvaises, et l'espoir des propriétaires de la Federal League est de remporter un procès contre les Ligues majeures officielles au nom de la loi anti-trust (janvier 1915). C'est le Juge Kenesaw Mountain Landis, futur commissaire du baseball, qui tranche ce cas. Il propose un rapprochement entre les deux entités. Deux propréitaires de franchises de la Federal League sont alors autorisés à racheter des franchises de ligues majeures en difficultés financières durant l'hiver 1915-1916. Phil Ball, propriétaire des St. Louis Terriers, achète les St. Louis Browns (Ligue américaine) et Charlie Weeghman, propriétaire des Chicago Whales, achète les Chicago Cubs (Ligue nationale). Ils fusionnent leurs formations.

Palmarès[modifier | modifier le code]

  • 1914. Indianapolis Hoosiers
  • 1915. Chicago Whales

Les franchises[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert Peyton Wiggins, The Federal League of Base Ball Clubs: The History of an Outlaw Major League, 1914-1915, McFarland & Company, 2008, (ISBN 9780786438358)
  • Marc Okkonen, The Federal League of 1914-1915: Baseball's Third Major League, Garrett Park (Md), Society For American Baseball Research, 1989, (ISBN 9780910137379)
  • David Pietrusza, The Formation, Sometimes Absorption and Mostly Inevitable Demise of 18 Professional Baseball Organizations, 1871 to Present, Jefferson (NC), McFarland & Company, 1991, (ISBN 0-89950-590-2)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Jonathan Fraser Light, The cultural encyclopedia of baseball, Jefferson (NC), McFarland & Company, 2e éd., 2005, p.319