Gouvernorat du Fayoum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Fayum)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fayoum.
Gouvernorat du Fayoum
محافظة الفيوم
Image illustrative de l'article Gouvernorat du Fayoum
Image illustrative de l'article Gouvernorat du Fayoum
Administration
Pays Drapeau de l'Égypte Égypte
Capitale Médinet el-Fayoum
Démographie
Population 2 882 000 hab. (2012)
Densité 475 hab./km2
Géographie
Superficie 6 068 km2

Le gouvernorat du Fayoum (al-Fayyum) est l'un des gouvernorats de l'Égypte située dans le centre du pays.

Sa capitale est la ville également appelée Médinet el-Fayoum (Medinat al-Fayyum en arabe, الفيو), à 130 kilomètres au sud-ouest du Caire. Le Fayoum proprement dit est une oasis du désert de Libye, sa frontière orientale étant environ à 30 kilomètres à l'ouest du Nil. Couvrant une surface de 1 270 km², le Fayoum est une région distincte de la vallée du Nil et d'autres oasis de désert : ses champs sont arrosés par un canal venant du Nil, Bahr Youssef. L'eau s'écoule dans une dépression du désert à l'ouest de la vallée du Nil, le lac Fayoum, un grand lac d'eau douce dans l'antiquité, mais actuellement de dimension plus modeste et dont l'eau est salée. Grâce au Bahr Youssef, le Fayoum est une riche région agricole.

La surface du lac est d'environ 200 km². Différente d'une oasis typique, dont la fertilité dépend de l'eau obtenue à partir des sources, la terre cultivée dans le Fayoum est constituée de la boue du Nil charriée par le Bahr Youssef. De ce canal de 24 kilomètres de long, de Lahun (entrée de la zone de collines) à Medina, plusieurs canaux s'embranchent de part et d'autre, irriguant ainsi l'ensemble de la province, l'eau de drainage coulant dans le Birket Qéroûn.

Le sud-ouest du Fayoum, et de la province, est la dépression de Gharak. Une autre dépression, entièrement stérile, le Wadi Rayan, couvrant 725 km², se situe à l'ouest du Gharak. La région entière est sous le niveau de la mer, et, excepté l'espace mentionné, est encerclée par les collines libyennes. La partie la plus basse de la province, l'extrémité du nord-ouest, est occupée par le lac Birket Qéroûn dont le niveau est à 43 m sous le niveau de la mer.

Production agricole[modifier | modifier le code]

Le Fayoum est réputé pour ses productions agricoles, en particulier les figues, le raisin et les olives.

Le lac Birket Qéroûn abonde en poissons, notamment la carpe du Nil. Médinet el-Fayoum, la capitale de la province, est un grand centre agricole, avec une population qui a augmenté de 26 000 habitants en 1882 à plus de 300 000 habitants en 2000[1]. Au Nord des monticules sont la marque de l'emplacement de la ville d'Arsinoé, connue des Grecs comme Crocodilopolis, où dans l'antiquité les crocodiles vivant dans le lac de Moéris étaient adorés. En plus de Médinet el-Fayoum il y a plusieurs autres villes dans la province, parmi elles Senuris et Tomia au nord de Médinet el-Fayoum et Senaru et Auuksa sur la route au lac.

Il y a également, particulièrement dans le voisinage du lac, beaucoup de ruines de villages et de villes antiques. Le Fayoum est l'emplacement du lac Moéris des Égyptiens antiques, dont le lac Birket Qéroûn est le reste.

Histoire[modifier | modifier le code]

Aline, portrait funéraire du Fayoum

Cette région, à l'évidence la plus ancienne région agricole en Égypte, était un centre d'activité royale pendant le Moyen Empire et de la période ptolémaïque. Le Fayoum était un des principaux greniers à blé du monde antique.

Au cours des trois premiers siècles de l'ère chrétienne, les habitants du Fayoum et d'ailleurs en Égypte romaine non seulement embaumaient leurs morts mais plaçaient également un portrait des défunts au-dessus du visage de la momie. Préservés par l'environnement sec du désert, ces portraits du Fayoum composent le plus riche corpus de portraits qui ait survécu de l'Antiquité. Ils nous fournissent une vision d'une société remarquable composée de peuples d'origines mélangées : les Grecs, les Égyptiens, les Romains, les Syriens, les Libyens et d'autres qui se sont épanouis il y a 2 000 ans dans le Fayoum.

Vers la fin du premier millénaire, le secteur arable s'est rétréci, et les implantation humaines autour du bord du bassin ont été abandonnées. Ces emplacements incluent une partie des sites les mieux préservés de la fin de l'empire romain, notamment de Karanis, et de Byzance ainsi que des débuts de la période islamique. Au XIVe siècle, Az-Zâhir Sayf ad-Dîn Barquq fit redéfricher.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. 212 523 habitants au recensement de 1986, 260 964 habitants au recensement de 1996, 316 669 habitants prévus en 2007.