Favières (Somme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Favières.
Favières
Mairie et ancienne école.
Mairie et ancienne école.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Arrondissement Abbeville
Canton Rue
Intercommunalité Communauté de communes Authie-Maye
Maire
Mandat
Guy Taeck
2014-2020
Code postal 80120
Code commune 80303
Démographie
Gentilé Faviérois
Population
municipale
462 hab. (2011)
Densité 37 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 14′ 20″ N 1° 39′ 52″ E / 50.2388888889, 1.6644444444450° 14′ 20″ Nord 1° 39′ 52″ Est / 50.2388888889, 1.66444444444  
Altitude Min. 2 m – Max. 5 m
Superficie 12,62 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Favières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Favières

Favières est une commune française, située dans le département de la Somme en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Sol, Sous-sol, géologie, relief, hydrologie[modifier | modifier le code]

Le territoire est entièrement plat. Une grande partie provient des « lais », alluvions maritimes. Environ 800 hectares sont des « bas-champs » où l'agriculture obtient ses meilleurs résultats[1].

Vers le nord, une partie du sol comporte des éléments tourbeux. La partie qui touche à la baie de Somme est essentiellement composée d'argile blanche glaiseuse, provenant des dépôts de la mer.

Une nappe souterraine, à trois ou quatre mètres de profondeur, est en mesure d'alimenter puits et sources, sa qualité est médiocre. Une autre nappe, dans la couche calcaire, à 20-22 mètres donne une eau peu potable. La rivière de Favières a un faible débit mais déborde en temps de crue. Les profonds fossés du « Noc coût d'homme », de Becquerel, du Pêtre, des Routieux et du Hamelet sont voués à l'assèchement. Le canal de la Maye draine une partie du marais[1].

Quatre hameaux font partie du village : Becquerel, le Pontplimont, Le Hamelet et La Mollière[1].

En 1899, deux moulins à vent viennent d'être démolis, un moulin à eau vient d'être construit sur le canal de La Maye[1].

Fin XIXe siècle, le marais communal de 95 ha permet aux habitants d'élever des bovidés[1].

Situation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Firmin-lès-Crotoy Rue Forest-Montiers Rose des vents
Saint-Firmin-lès-Crotoy N Ponthoile
O    Favières    E
S
Le Crotoy Baie de Somme et Saint-Valery-sur-Somme Ponthoile

Toponymie[modifier | modifier le code]

Peut-être le nom du village vient-il de « Faba » qui signifie « fève » ? D'autant plus vraisemblable que le territoire est favorable à la culture de la « fève des marais »[1]. La terminaison en « ière » suggère un lieu occupé, cultivé.

À noter la similitude étymologique de Le Hamelet, hameau de Favières (Somme), avec Le Hamel, hameau de Ponthoile et Hamelet, commune voisine de Le Hamel. Ces ressemblances conduisent à des confusions fréquentes.

Au moins six localités portent le nom de Favières en France[2]. Dans le département de la Somme, Faverolles présente une origine très proche pour la formation de son nom.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • En 1138, le village a son église[1].
  • Le comte de Ponthieu confirme en 1203 le don fait par Simon de Nolette du personnat et du dîmage au trésorier.

Le chapitre de Saint-Wulfran possédait la moitié de la seigneurie, l'autre moitié avait son seigneur qui ne résidait pas à Favières[1].

  • Les coutumes locales furent rédigées le 17 septembre 1507.
  • Selon Dom Grenier, le village dépendait en totalité de l'Abbaye de Saint-Valery. Trois fiefs sont répertoriés dont deux venaient des Prévost et appartenaient aux Vaillant-Favières, en mouvance de l'abbaye. Le troisième est celui du sieur Le Blond-Favières qui l'a vendu audit Vaillant[1].
  • Le village n'a eu son école que vers 1700.
  • Entre 1790 et 1794, Le Hamelet est absorbé par la commune de Favières.
  • Pendant la période bourguignonne, la ville de Rue sert de refuge à plusieurs reprises aux habitants.
  • Le 6 mai 1791, 36 mesures de terres appartenant encore à l'abbaye de Saint-Valery, sont adjugées pour 10 075 livres[1].
  • En 1814 et 1815, les Anglais ruinent le pays.
  • 1849 : Comme dans toutes les communes de France, la population masculine majeure put, pour la première fois, aller voter grâce à l'instauration du suffrage universel.
Voici la répartition (en nombre) de quelques patronymes des 188 électeurs[3] :
(saisie non exhaustive !)
Bailleul Béthouart Berzin Bizet Caudron Crépin Horville Jassé Lahaye Ledoux
5 12 3 3 4 12 2 5 3 3

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2014 Marcel Lejeune[4]    
2014 en cours
(au 6 mai 2014)
Guy Taeck    

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

D’après le recensement Insee de 2007, Favières compte 456 habitants (soit une augmentation de 13 % par rapport à 1999). La commune occupe le 17 300e rang au niveau national, alors qu'elle était au 17 625e en 1999, et le 232e au niveau départemental sur 782 communes.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués à Favières depuis 1793. Le maximum de la population a été atteint en 1806 avec 690 habitants.

En 2011, la commune comptait 462 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
273 465 690 524 549 561 641 649 666
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
667 657 664 670 657 589 599 605 600
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
591 602 559 535 557 527 528 508 503
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
490 438 379 403 406 405 444 453 462
2011 - - - - - - - -
462 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Jean-Baptiste.
  • Chapelle Saint-Corneille à campenard au Hamelet, endommagée par l'occupant pendant la Seconde Guerre mondiale, réhabilitée depuis.

Cette chapelle dispose d'une cloche de 1541 classée. La toiture de la nef est en forme de coque de bateau renversée. Par ailleurs, elle est la seule du Ponthieu à être équipée de pots acoustiques. Un chemin de croix peint et des statues en plâtre complètent l'édifice[7].

  • Le marais communal.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Les pionniers de l'aviation, les frères Caudron, (Gaston (18 janvier 1882 - 10 décembre 1915) et René (1er juillet 1884 - 27 septembre 1959)) sont natifs de Favières.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Notice historique et géographique rédigée par l'instituteur, M. Delimeux, le 3 avril 1899, Archives départementales, Amiens
  2. Favières, commune française d'Eure-et-Loir ; Favières, commune française de Meurthe-et-Moselle ; Favières, commune française de Seine-et-Marne ; Favières, commune française de la Somme ; Favieres, ancienne commune française de l'Essonne ; Favières, ancienne commune française du Calvados
  3. http://archives.somme.fr/ark:/58483/a011335439673ietUSF
  4. Réélu pour le mandat 2008-2014 : « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr,‎ 9 juin 2008 (consulté le 13 août 2008)
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  7. André Guerville, conférence de Regnière-Écluse, 28 novembre 2014.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :