Fave

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

48° 18′ 24″ N 7° 11′ 42″ E / 48.3067, 7.195

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fave (homonymie).
Fave
Près de Sainte-Marguerite en hiver.
Près de Sainte-Marguerite en hiver.
Caractéristiques
Longueur 22,2 km [1]
Bassin 178 km2 [2]
Bassin collecteur Rhin
Débit moyen 3,31 m3/s (la confluence
avec la Meurthe) [2]
Régime pluvial océanique
Cours
Source au pied du Climont (965 m)
· Localisation Lubine
· Altitude 640 m
· Coordonnées 48° 20′ 18″ N 7° 10′ 33″ E / 48.3383, 7.1757 (Source - Fave)  
Confluence la Meurthe
· Localisation entre Sainte-Marguerite et Saint-Dié-des-Vosges
· Altitude 351 m
· Coordonnées 48° 16′ 47″ N 6° 58′ 50″ E / 48.2798, 6.9805 (Confluence - Fave)  
Géographie
Pays traversés Drapeau de la France France
Département Vosges
Régions traversées Lorraine
Principales villes Saint-Dié-des-Vosges

Sources : SANDRE, Géoportail

La Fave est une rivière française de Lorraine qui coule dans le département des Vosges. C'est un affluent de la Meurthe, donc un sous-affluent de la Moselle, puis du Rhin.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Fave naît à Lubine au pied du Climont (965 m) dans le massif des Vosges et rejoint la Meurthe à Sainte-Marguerite après un parcours de 22 km[1]. Elle arrose notamment les prairies des communes de Colroy, Provenchères-sur-Fave, Beulay, Frapelle, Neuvillers et passe à proximité du hameau de Vanifosse sur la commune de Pair-et-Grandrupt avant Remomeix. Ses principaux affluents sont le ruisseau Sainte-Catherine issu de La Grande-Fosse, le Bleu issu de Lusse et la Morthe venant de Ban-de-Laveline, cette dernière gonflée des eaux du Blanc Rû.

On retrouve le nom de la rivière dans la dénomination de deux communautés de communes qu'il convient de distinguer, celle de la Fave et celle de la Fave et de la Meurthe.

Histoire et toponymie[modifier | modifier le code]

La Fave à Frapelle

La rivière a partagé son nom avec le village de Fave, qui s'épanouit au milieu de la vallée bien avant le XIIe siècle. Transformé en hameau après le XIVe siècle, il n'a laissé que des ruines au-delà de la guerre de Trente Ans.

D'après quelques anciens montagnards, le lieu de naissance de la Fave était vénéré à Fouillepré en amont de Lubine. D'après ce modèle culturel, tous les modestes affluents en amont de Lubine, qu'ils viennent du Climont, des Osières, de la Jambe de fer ou d'autres versants ou vallons, sont dénommés petites Faves. Leur réunion engendre la Fave. Une étymologie probable du cours d'eau indique l'eau qui creuse ou fouille en ancien français. Cette signification est semblable au gaulois Murta, signifiant creuser, raviner, rigoler, à l'origine de la Meurthe, de la Morte qui rejoint la Fave dans les chenaux de la prairie basse entre Neuvillers et Vanifosse, ou encore dans une autre vallée, la Mortagne, qui conflue avec la Meurthe plus en aval.

La rivière en aval de Colroy a été très intensément aménagée. Une partie de ces eaux était dérivée à partir de barrages pour alimenter des biefs d'installations hydrauliques ou des mères-royes qui désignent localement des amenées principales d'eaux afin de permettre l'irrigation des prairies humides. Des aménagements plus ténus permettaient le flottage.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Sur la commune de Remomeix

La Fave est une rivière abondante compte tenu de la relative exiguïté de son bassin. Le module de la rivière au confluent de la Meurthe vaut 3,31 m3/s pour un bassin versant de 178,1 km2[2]. La lame d'eau écoulée dans le bassin est de 586 millimètres, ce qui est élevé, près de deux fois supérieur à celle de la moyenne de la France, tous bassins confondus, mais aussi largement supérieur à l'ensemble du bassin français de la Moselle. En effet, la lame d'eau de celui-ci à Hauconcourt, près de sa sortie du territoire français s'élève à 445 millimètres[3]. Le débit spécifique ou Qsp de la Fave se monte dès lors à 18,59 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

Faune et flore[modifier | modifier le code]

La faune est constituée de truites, de perches, de carpes et de gardons pour les poissons . on y trouve des nèpes, des limnées, des larves de phryganes et les alevins (jeunes poissons) y sont fréquents. Il y a des tortues de Floride et de rares couleuvres à collier. Il y a aussi écrevisses, sangsues et libellules. En flore, on trouve des espèces de bambous et des prêles aquatiques.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références
  1. a et b Sandre, « Fiche cours d'eau - La Fave (A60-0200) » (consulté le 17 mars 2013)
  2. a, b et c Débits caractéristiques de la Fave [PDF]
  3. Banque Hydro - Station A7930610 - La Moselle à Hauconcourt (ne pas cocher la case "Station en service")

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Simon, Nos vallées au souffle du passé : Bruche, Fave, Rabodeau, Plaine, Blancrupt : images d'antan, L'Essor, Schirmeck, 1996, 239 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]