Faten Hamama

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Faten Hamama
فاتن حمامة

Description de cette image, également commentée ci-après

Faten Hamama (années 1950).

Nom de naissance Faten Ahmed Hamama (فاتن احمد حمامة)
Naissance
Al Mansurah, Gouvernorat de Dakhleya (Égypte)
Nationalité Drapeau de l'Égypte Égypte
Décès (à 83 ans)
Le Caire (Égypte)
Profession Actrice, productrice, scénariste

Faten Hamama (arabe: فاتن حمامة) est une actrice et star de cinéma égyptienne, née le 11 avril 1931[1] à Al Mansurah (Égypte) et morte le 17 janvier 2015 au Caire (Égypte) [2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Faten Hamama dans Jours heureux (1940).

Fille d'un professeur de mathématiques, elle tourne son premier film à l'âge de sept ans et va enchaîner les rôles pendant près d'un demi-siècle.

Très jeune, elle épouse, contre l'avis de ses parents à cause de la différence d'âge, le spécialiste du mélodrame, le réalisateur égyptien Ezzedine Zulficar[3]né en 1919, dont elle a une fille, Nadia.

En 1954, déjà très grande star, elle joue dans Ciel d'enfer du réalisateur égyptien Youssef Chahine. Le film, présenté au Festival de Cannes 1954, fera partie de la sélection des 150 meilleures productions égyptiennes, lors du centenaire du cinéma égyptien, en 1996. Sur le tournage, elle s'éprend du jeune premier débutant qui a son âge, Michel Shalhoub. Elle divorce et ils se marient en 1955. Pour épouser Faten, Michel se convertit à l'Islam et prend le nom d'Omar Sharif. Ils ont un fils, Tarek Sharif, jouent dans de nombreux films ensemble, notamment dans Le Fleuve de l'amour (1961), une adaptation du roman de Léon Tolstoï Anna Karénine, et forment le couple mythique du cinéma égyptien. Faten et Omar continueront à tourner sous la direction d'Ezzedine.

La carrière de Faten Hamama, connait son apogée entre les années 1950 et 1970. Elle joue dans des comédies romantiques, avec notamment la star des comédies musicales égyptiennes, Abdel Halim Hafez, et aussi dans des films engagés, dénonçant les inégalités sociales ou défendant les droits des femmes. Dans Ouridou Hallan (Je veux une solution), où elle interprète le combat d'une femme égyptienne pour obtenir le divorce, ce film polémique permettra la révision de la législation en faveur des femmes désirant divorcer. Elle soutient la guerre d'indépendance des Algériens.

Faten poursuit sa carrière en Égypte, alors qu'Omar Sharif entame de son côté une carrière internationale ; il signe un contrat de sept ans avec les studios hollywoodiens Columbia Pictures et s'installe avec leur fils à Hollywood aux États-Unis. En 1968, malgré leurs sentiments réciproques, Omar et Faten se séparent d'un commun accord pour « incompatibilité de la vie de couple avec la vie d'acteur international », et divorcent en 1974.

Après son divorce, elle se remarie avec un médecin, Mohamed Abdel Wahab.

Elle a été nommée docteur honoris causa de l'université américaine de Beyrouth pour sa popularité, ses combats pour la liberté et son engagement féministe.

Elle meurt le 17 janvier 2015 au Caire.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Faten Hamama dans Le Péché (1965).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Omar Sharif, The Eternal Male: My Own Story, Doubleday, New York, 1re éd., p. 69, 1977.
  2. (fr) « Décès de l'actrice égyptienne Faten Hamama », sur lefigaro.fr,‎ (consulté le 18 janvier 2015)
  3. http://www.africultures.com/php/index.php?nav=personne&no=10461

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]