Fatemeh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Arabic albayancalligraphy.svg Cette page contient des caractères arabes. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Article connexe : Translittération baha'ie.
Fatemeh

Fatemeh (en persan : فاطمه) est le premier personnage marquant de l'histoire des mouvements féministes en Iran. C'était aussi une grande poétesse et une théologienne de renom. Fáṭimih Baraghání (n.1817-1818, m.1852)[1], encore nommée Umm-i-Salmih ou Zakíyyih, était la fille de Ḥájí Mullá Ṣáliḥ, docteur en loi islamique (mujtahid) dans la ville de Qazvín près de Téhéran (Ṭihrán), et son oncle paternel Mullá Taqí était le chef (Imám-Jum’ih) de la principale mosquée de cette ville.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Sa sœur Marzieh et elle reçurent une éducation religieuse, et étaient plus particulièrement douées en littérature persane, arabe et en études islamiques. On la maria à l'âge de 13 ans avec son cousin Mullá Muḥammad Taqí Baraghání, un célèbre meneur religieux Usuli, une des écoles les plus orthodoxes et dogmatiques, qui défiait l'autorité des mujtahids. De leur union naquirent deux fils et une fille.

Ayant reçu de son père une éducation religieuse, elle commença une correspondance épistolaire avec Shaykh Aḥmad-i-Ahsá’í (1753-1826), le chef-fondateur de l'école religieuse Shaykhí, qui se développait alors fortement dans les villes saintes chiites iraquiennes de Najaf et de Karbilá, où le jeune couple finit par se rendre en 1828 pour parfaire ses études religieuses. C'est là qu'elle rencontra Siyyid Káẓim-i-Rashtí (1793-1843), le successeur de Shaykh Aḥmad-i-Ahsá’í à la tête de l'école Shaykhí, qui lui donna le titre de Qurratu'l-'Ayn ("consolation des yeux"); et c'est là aussi qu'elle fut sensibilisée à la politique européenne. Après la mort de celui-ci, elle continua sa correspondance et sa recherche et découvrit Siyyid ‘Alí Muḥammad Shirází (1819-1850), surnommé le Bāb et fondateur d'un mouvement religieux réformateur et millénariste appelé babisme. Elle reconnut en lui le Qá’im attendu par les musulmans et devint l'un de ses premiers disciples, la dix-septième "Lettre du Vivant" (Ḥurúf-i-Ḥayy), la seule femme de ce groupe et la seule à ne pas avoir rencontré physiquement le Báb. Cet engagement mit sa famille en péril.

Rôle dans le babisme[modifier | modifier le code]

Elle commença à enseigner sa nouvelle Foi dans la ville iraquienne de Karbilá, chez la veuve de Siyyid Káẓim-i-Rashtí. Mais à la suite de plaintes de quelques religieux chiites, le gouvernement la déplaça à Baghdád. Là, elle enseigna de nouveau la nouvelle Foi, défiant le clergé chiite dans des débats publiques. Les dirigeants de Bagdad et le gouverneur décidèrent alors, puisqu'elle était persane, que c'est en Perse qu'elle devait aller enseigner sa Foi, et ils la firent escorter de Bagdad jusqu'à la frontière avec d'autres babis.

Durant son voyage de retour vers Qazvín, elle enseigna la Foi babie à l'occasion des étapes à Karand et à Kirmánsháh, où elle débattit avec le chef du clergé de la ville Áqá ‘Abdu'lláh-i-Bihbihaní. Il s'ensuivit que ce dernier écrivit au père de Fáṭimih pour se plaindre d'elle et demander que des parents viennent l'emmener loin de Kirmánsháh. Elle se rendit ensuite aux petites villes de Sahnih et de Hamadán, où elle rencontra ses frères envoyés pour la prier de revenir à Qazvín. Elle consentit à revenir avec eux après une déclaration publique sur le Báb à Hamadán. Revenue à la maison, elle abandonna "officieusement" ses enfants et son époux, dont la famille s'opposait au Báb et à ses enseignements. En fait, elle le "répudia" quasiment (arabe : talaq), et cet acte inconcevable pour une femme, en ce temps et ce lieu, indique qu'elle se considérait à l'égale d'un homme… ce qui ne saurait étonner vu son engagement pour l'émancipation des femmes. Sa présence très forte au sein du mouvement babi initiera la formation du premier mouvement féminin organisé en Iran.

Elle fut soutenue dans son action par Marzieh, Khorshid Beygum Khanum, la mère et la sœur de Mullá Ḥusayn-i-Bushru'í (1813-1849, la "première Lettre du Vivant, tué le 2 février 1849 au cours du siège du fort de Shaykh Ṭabarsí), la mère de Hadi Nahri, Roustameh (première meneuse femme du mouvement), qui voyageaient dans tout le pays, organisait des réunions et aidait les babis. De nombreuses femmes de la cour royale soutenaient aussi Fáṭimih.

Alors qu'elle séjournait à Qazvín, son oncle Mullá Muḥammad Taqí fut assassiné et on lui reprocha d'avoir chargé quelqu'un de commettre ce crime, car c'était un ennemi irréductible de Shaykh Aḥmad al-Ahsá'í et le premier savant musulman à l'avoir condamné pour "mécréance". Bien qu'il n'y eut aucune preuve contre elle, cet événement entraîna sa mise en résidence surveillée dans la maison de son père, avec interdiction de sortir de sa chambre excepté pour les rites quotidiens de purification. Mais Bahá'u'lláh réussit à arranger sa fuite à Téhéran, puis au Khurásán[2].

Séparation d'avec l'islam[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Conférence de Badasht.

Après l'arrestation du Báb, elle participa à la conférence de Badasht organisée en juin-juillet 1848 par les chefs du mouvement babi afin de planifier la libération du Báb. Ils ne réussirent pas à mettre sur pied un plan pour libérer le Báb, mais réalisèrent en fait une séparation brutale, complète et dramatique d'avec la Charia islamique en suivant ce que le Báb avait récemment révélé dans son Bayān.

Chaque jour que dura cette réunion, une loi islamique fut remplacée par une nouvelle loi babie. Le point culminant survint lorsque Fáṭimih apparut publiquement sans voile et proclama : "Je suis la parole, que le Qa'im doit prononcer, la parole qui fera fuir les chefs et les nobles de la terre", puis elle ajouta que "ce jour est un jour de réjouissance universelle, le jour où se brisent les chaînes du passé; que ceux qui participent à ce grand événement se lèvent et s'embrasent !". Cet acte "intolérablement indécent" frappa de stupeur l'auditoire, à tel point que l'un des babis se trancha la gorge sur place et que d'autres s'enfuirent en abandonnant la Foi. Quddūs, furieux, était sur le point de l'attaquer, quand Bahá'u'lláh apaisa l'atmosphère en lisant la 56e sourate du Coran intitulée "l'événement inéluctable" (al-Waqi'a) et faisant comprendre à tous par ses explications de ces versets, qu'ils étaient en train de vivre le "Jour de la Résurrection" !

À cette occasion Bahá'u'lláh lui décerna le titre de Ṭáhirih ("La Pure"), qui fut par la suite confirmé par le Báb lui-même[3].

C'est au retour de Badasht, à Bar-Furush, qu'elle rencontra pour la première et unique fois celui que la Báb allait désigner comme son successeur: Mirza Yahya Nouri Subh-i Azal.

Martyre[modifier | modifier le code]

Après cette conférence, Ṭáhirih fut arrêtée, conduite à Téhéran et emprisonnée dans la maison du maire Maḥmúd Khán, où les dames de la noblesse venaient pour la rencontrer et l'écouter.

Au premier regard que posa sur elle le roi de Perse Náṣiri’d-Dín Sháh Qájár (1831-1896), celui-ci tomba sous le charme et désira immédiatement l'épouser, mais elle déclina son offre. C'est pourquoi il ne lui vint pas en aide, quand ses ennemis réclamèrent sa tête après la tentative d'assassinat du roi le 15 août 1852.

Quand on lui annonça son exécution, elle se para comme la plus belle des mariées et déclara fièrement à ses bourreaux : "Vous pouvez me tuer quand vous voulez, mais jamais vous n'arriverez à empêcher l'émancipation des femmes !"[4]

Elle fut finalement étranglée avec son foulard de soie, dans le jardin de Ílkhání, par un soudard ivre. Son corps fut jeté au fond d'un puits et recouvert de pierres[5]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • "La Chronique de Nabíl" (Dawn-Breakers), écrit en persan à la fin du XIXe siècle par Muḥammad-i-Zarandí Nabíl-i-A’ẓam, traduit du persan en anglais par Shoghi Effendi, traduit de l'anglais en français par M.E.B. et édité par la Maison d'éditions baha'ies (Bruxelles 1986), D/1547/1986/6
  • "Dieu passe près de nous", écrit par Shoghi Effendi, publié par L’ASN des baha’is de France (Paris 1970)
  • "Mémorial des Fidèles", de 'Abdu'l-Bahá, chapitre 69, Maison d'éditions Fada'il (Niamey, Niger, 2002)
  • "Tahirih in History", Studies in the Bábí and Bahá'í Religions, Vol. 16: Perspectives on Qurratu'l-'Ayn From East and West", de Afaqi, Sabir (Ed.) (2004), Kalimat Press, Los Angeles, États-Unis, (ISBN 1-890688-35-5)
  • "The Báb: The Herald of the Day of Days", de Hasan M. Balyuzi (1973), George Ronald, Oxford, Royaume-Uni, (ISBN 0-85398-048-9)
  • "Tahirih: A Portrait in Poetry, Selected Poems of Qurratu'l-'Ayn", de Banani, Amin (Tr.) (2004), Kalimat Press, Los Angeles, États-Unis, (ISBN 1-890688-36-3)
  • "Tahirih, The Pure", de Martha L. Root, Kalimat Press, Los Angeles, États-Unis (2000), (ISBN 1-890688-04-5)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Compilation des écrits en arabe et en persan de Ṭáhirih sur h-net
  • Traduction en anglais de la poésie de Ṭáhirih par de Martha Root

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. certains témoignage affirment qu'elle est née la même année 1231 ap.H. (1817-1818) que Mírzá Ḥusayn-`Alí Núrí, surnommé Bahá'u'lláh et fondateur de la Foi baha'ie. On ne connait précisément ni la date de sa naissance ni celle de sa mort, car les registres la concernant ont disparu.
  2. "Chronique de Nabil", chapitre 15
  3. "Chronique de Nabil", chapitre 16
  4. "Women and the Baha'i Faith", dans "Religion and Women", par Susan S. Maneck
  5. "Chronique de Nabil", chapitre 26